La photographie, passe-temps des Romanov

UNDATED: Children of Tsar Nicholas II. The series of the unique pictures were taken by the Tsar Nicholas II himself or people close to the royal family. They were realized in 1915-1916, the most terrible years of World War I. Nicholas II was an insatiable photographer. He took special care of pictures, filed them with care in numerous albums. He passed down his love for photography to Maria, his third daughter, who is responsible for colouring most of the pictures.

UNDATED: Children of Tsar Nicholas II. The series of the unique pictures were taken by the Tsar Nicholas II himself or people close to the royal family. They were realized in 1915-1916, the most terrible years of World War I. Nicholas II was an insatiable photographer. He took special care of pictures, filed them with care in numerous albums. He passed down his love for photography to Maria, his third daughter, who is responsible for colouring most of the pictures.

Getty Images
Au début des années 1900, le monde a été révolutionné par la photo. La famille royale russe n’a pas été épargnée par la tendance. Cette série d’images de 1915-1916 présente le quotidien des membres de la famille Romanov et de leur entourage.

Le tsar Nicolas II. Crédit : Getty ImagesLe tsar Nicolas II. Crédit : Getty Images

La famille royale a partagé l’engouement pour la photographie qui a déferlé au début du XXe siècle sur l’Europe et les États-Unis. Les progrès réalisés dans la photographie ont rendu ce domaine accessible au grand public et l’empereur russe a beaucoup aimé cette activité. 

Les enfants du tsar Nicolas II. Crédit : Getty ImagesLes enfants du tsar Nicolas II. Crédit : Getty Images

Les Romanov possédaient le meilleur appareil photo de l’époque, un Kodak fabriqué aux États-Unis. Ils ont souvent pris des photos de leur entourage le plus proche et posé pour des photos de groupe.

Cette photo effrayante présente Anastasie, l’espiègle cadette du Tsar Nicolas II, qui aimait poser avec des dents artificielles devant la caméra. Crédit : Getty ImagesCette photo effrayante présente Anastasie, l’espiègle cadette du Tsar Nicolas II, qui aimait poser avec des dents artificielles devant la caméra. Crédit : Getty Images

L’impératrice Alexandra aimait également la photo. Elle a commandé des équipements en Grande-Bretagne et a payé des services professionnels en y sacrifiant des sommes importantes.

Le tsar Nicolas II et ses enfants (de gauche à droite) : Maria (née en 1899), Olga (née en 1895), Alexis (né en 1904), une femme inconnue et Tatiana (née en 1897). Crédit : Getty ImagesLe tsar Nicolas II et ses enfants (de gauche à droite) : Maria (née en 1899), Olga (née en 1895), Alexis (né en 1904), une femme inconnue et Tatiana (née en 1897). Crédit : Getty Images

La photo étant devenue le passe-temps préféré de toute la famille Romanov, un atelier a été ouvert à Tsarskoïe Selo, résidence impériale située dans les environs de la capitale, Saint-Pétersbourg.

Olga dans sa chambre. Crédit : Getty ImagesOlga dans sa chambre. Crédit : Getty Images

L’atelier a réalisé jusqu’à 2 000 photos par an.

Olga, Tatiana, Alexis, le tsar Nicolas II et un inconnu en 1915 à Ropcha, la retraite préférée de la famille royale et un lieu de pêche apprécié situé à 20 kilomètres au sud de Peterhof (connue pour ses palais et jardins construits sur ordre de l'empereur Pierre le Grand). Crédit : Getty ImagesOlga, Tatiana, Alexis, le tsar Nicolas II et un inconnu en 1915 à Ropcha, la retraite préférée de la famille royale et un lieu de pêche apprécié situé à 20 kilomètres au sud de Peterhof (connue pour ses palais et jardins construits sur ordre de l'empereur Pierre le Grand). Crédit : Getty Images

Nicolas II possédait également un appareil fabriqué exclusivement pour lui par Kodak, ce qui lui a permis de prendre des vues panoramiques.

Les filles du tsar Nicolas II : Maria, Olga et Tatiana. Crédit : Getty ImagesLes filles du tsar Nicolas II : Maria, Olga et Tatiana. Crédit : Getty Images

Les clichés pris par les membres de la famille royale et leurs amis ont donné naissance à un album photo qui retrace leur vie quotidienne, capture leurs regards et donne une idée de leur personne.​

Une femme inconnue et Olga. Crédit : Getty ImagesUne femme inconnue et Olga. Crédit : Getty Images

Selon un journal tenu par Nicolas II, la famille a passé de nombreuses soirées à travailler sur les albums photo.

 Le tsar Nicolas II et son fils, l’héritier du trône Alexis. Crédit : Getty Images Le tsar Nicolas II et son fils, l’héritier du trône Alexis. Crédit : Getty Images

D’habitude, le tsar et ses filles archivaient eux-mêmes les photos, en inscrivant les dates correctes et les endroits où les photos avaient été prises.

La famille du tsar Nicolas II. Crédit : Getty ImagesLa famille du tsar Nicolas II. Crédit : Getty Images

Maria et Anastasie décoraient les albums photo de fleurs et y peignaient des images.

Tatiana et un inconnu. Crédit : Getty ImagesTatiana et un inconnu. Crédit : Getty Images

Le passe-temps préféré du tsar, qui l’a lié à son peuple, donne une idée de sa personne.

Anastasie et Maria rendent visite à des soldats blessés à l’hôpital pendant la Première Guerre mondiale. Crédit : Getty ImagesAnastasie et Maria rendent visite à des soldats blessés à l’hôpital pendant la Première Guerre mondiale. Crédit : Getty Images

Les albums photo de la famille royale présentent les enfants du tsar, son épouse et leur entourage le plus proche.

La famille royale. Crédit : Getty ImagesLa famille royale. Crédit : Getty Images

Ils sont rarement consacrés à des rassemblements officiels ou des cérémonies.

Le tsar Nicolas II avec ses filles : Maria, Anastasie, Olga et Tatiana. Crédit : Getty ImagesLe tsar Nicolas II avec ses filles : Maria, Anastasie, Olga et Tatiana. Crédit : Getty Images

L’appareil photo du tsar n’a fixé que les moments agréables de la vie de sa famille, ordinaire et harmonieuse.

Lire aussi : 

Dix faits importants concernant l’assassinat de la famille royale

La vie secrète des Romanov

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer