Comment les Soviétiques ont ruiné la vie de l’Allemand qui les avait prévenus de l'invasion nazie

Un nazi se rend à un soldat soviétique à Odessa. Image d'illustration

Un nazi se rend à un soldat soviétique à Odessa. Image d'illustration

TASS
Comment les Soviétiques ont ruiné la vie de l’Allemand qui les avait prévenus de l'invasion nazie Le soldat allemand Alfred Liskow, qui a fait défection côté soviétique peu de temps avant le lancement de l'opération Barbarossa, a été chaleureusement accueilli. Cependant, son conflit inattendu avec les dirigeants soviétiques lui a coûté la vie.

Le 21 juin 1941, à 21 heures, le soldat allemand Alfred Liskow a traversé la rivière Bug, la frontière naturelle entre l'Union soviétique et le Troisième Reich. Il a informé les gardes-frontières soviétiques que le lendemain 22 juin à 4 heures du matin, les armées allemandes attaqueraient leur pays. Liskow ignorait que cet acte lui coûterait bientôt la vie.

Les informations et la personnalité de Liskow ont été soigneusement examinées par les unités de police locales du NKVD. Quand l'information parvint à l'état-major général et à Staline, il était trop tard - l'artillerie allemande avait déjà commencé à tirer.

Lire aussi: Les Russes avaient-ils leurs propres dirigeables pendant la Première Guerre mondiale?

Pourquoi un tel acte ?

Il s'est avéré qu'en fuyant en Union soviétique, Alfred Liskow a laissé derrière lui une femme, un enfant, un père et une mère.

Alfred Liskow

Il a expliqué son acte par le fait que c'était son devoir en tant que communiste dévoué, déclarant qu’il agissait conformément à son initiative personnelle. Il avait auparavant été membre de la Ligue des combattants du Front rouge, une organisation communiste allemande semi-légale. Même au sein de cette organisation radicale, Liskow était considéré comme trop extrême.

« Je viens d'une famille de travailleurs, de Kohlberg. Mes parents et moi détestons Hitler et son régime. Pour nous, l'URSS est un pays ami, et nous ne voulons pas nous battre contre le peuple soviétique. Il y a beaucoup de familles comme cela en Allemagne. Elles ne veulent pas de guerre avec vous », a-t-il dit.

Soldat de la propagande

Le déclenchement de la guerre a confirmé qu'Alfred Liskow avait dit vrai. Son activité ultérieure fut liée à la propagande soviétique. Avec les antifascistes, il a réalisé des opérations d’agitation dans tout le pays, déclarant aux gens que les soldats allemands n'avaient aucun désir de guerre.

Tract d'agitation

La machine de propagande soviétique utilisait activement l'image de Liskow. Sa photo a été publiée dans des journaux et des matériaux de propagande avec des commentaires tels que: « Ce soldat allemand, qui ne voulait pas se battre contre le peuple soviétique, a fait défection pour nous rejoindre ».

Jusqu'à ce qu'ils voient un de ces documents de propagande, les Allemands supposaient que Liskow était mort le 22 juin. Après que la vérité eut été révélée, la famille de Liskow fut convoquée à la Gestapo pour interrogatoire et Alfred fut condamné par contumace pour trahison.

Lire aussi : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les services spéciaux russes (et soviétiques)

Conflit mortel avec le Komintern

À peine devenu membre du Komintern (contraction russe d'Internationale communiste), Liskow entra en conflit avec ses dirigeants - Palmiro Togliatti, Dmitri Manouïlsky et Georgi Dimitrov, qu'il accusa de trahir les idéaux du communisme et de « travailler pour les nazis ». Les vrais communistes qu'il rencontra étaient loin de ce qu’il imaginait.

Comité exécutif du Komintern

Les protégés de Staline étaient cependant bien plus puissants que lui et le conflit avec le Komintern ne se termina pas bien pour Liskow. Il a lui-même été accusé par Dimitrov de fascisme et d'antisémitisme.
Le 22 janvier 1942, Alfred Liskow a été arrêté par le NKVD. En captivité, il présentait des signes de maladie mentale. On ne sait pas si ces symptômes étaient réels ou simulés. En juillet, Liskow fut relâché et envoyé en Sibérie, où on perdit toute trace de lui. On pense que Liskow est mort dans des circonstances suspectes près de Novossibirsk à la fin de l’année 1943.

Une chose est certaine: Liskow a survécu au Komintern (dissous en mai 1943), qu'il méprisait de tout son cœur.

Savez-vous quelles unités de combat étrangères ont combattu les nazis aux côtés de l'armée soviétique ? La réponse à cette question, vous la trouverez dans cette autre publication

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies