Le côté obscur des Romanov: quand les tsars régnaient par la violence

L'exécution des streltsy sur la place Rouge par Vassily Sourikov (1848-1916).

L'exécution des streltsy sur la place Rouge par Vassily Sourikov (1848-1916).

Vassily Sourikov / Wikipedia
Au cours du XVIIIe siècle - connu comme l'âge des Lumières - une nouvelle puissance montait en Europe: la Russie. Le pays a d'abord été propulsé par Pierre Ier, puis par Catherine II, mais l'influence accrue de la Russie a coûté cher et beaucoup ont été victimes des violences de la monarchie qui resserrait son emprise.

Pierre le Grand: exécutions sans pitié au nom de l’européanisation

Pierre le Grand était un dirigeant pour le moins passionné. Il a appliqué la même ferveur pout moderniser le pays que pour combattre ses ennemis, et la façon dont il a réprimé la révolte des streltsy en 1698 a choqué ses contemporains.

Les streltsy (« tireurs ») étaient des troupes d'élite qui étaient comparées aux gardes prétoriennes de la Rome antique. Ils étaient au nombre d’environ 50 000 à la fin du XVIIe siècle et Pierre le Grand ne les voyait pas d’un bon œil car ils avaient pris le parti de ses ennemis, qui s'opposaient à sa politique de modernisation forcée.

Les souvenirs du rôle des streltsy dans une autre révolte, survenue en 1682, était également trop frais pour le tsar. À l'âge de dix ans seulement, le régiment a participé à un coup d’État sanglant qui a éloigné Pierre et sa mère du pouvoir pendant plusieurs années en faveur de sa sœur Sophie. Le jeune monarque a été le témoin du spectacle des soldats enragés qui déchirèrent littéralement sa famille au Kremlin.

Cela explique peut-être en partie la cruauté avec laquelle il a puni ceux qu'il croyait liés à l'insurrection 16 ans plus tard. Environ 4 000 personnes ont été arrêtées et torturées - au moins 1 000 personnes ont été mises à mort. La plupart ont été décapités sur la place Rouge.

Certains comptes-rendus affirment que Pierre en personne a coupé les têtes de plusieurs suspects avant de demander à ses nobles de suivre son exemple. Les soldats qui n’avaient pas été décapités furent pendus juste à côté des fenêtres du monastère où Sophie avait été enfermée après avoir été forcée de prendre ses vœux monastiques. Les cadavres pendus à la potence pendant des mois étaient un acte délibéré visant à défier sa sœur, que Pierre soupçonnait d'être impliquée dans la révolte.

« La répression de l'insurrection des streltsy en 1698 est considérée comme la dernière grande date de l'histoire de la Rus’ de Moscou avant sa transformation en Empire russe [sous Pierre le Grand] », a déclaré l'historien Lev Goumilev.

Lire aussi : La fuite du fils de Pierre le Grand

Sophie n'était pas le seul parent de Pierre à avoir été victime de son humeur belliqueuse. Le tsar a exécuté son propre fils - Alexeï - pour une trahison présumée 20 ans après la deuxième mutinerie des Streltsy. Il était convaincu qu'il faisait partie d'une conspiration impliquant des puissances étrangères et les opposants aux réformes du tsar. Au cours de l'enquête, on pense que Pierre a enfoncé des aiguilles sous les ongles de son fils, qui a finalement admis sa culpabilité.

Pierre le Grand et Alexeï.

Catherine la Grande: deux tsars assassinés

Catherine II est montée sur le trône durant l'époque qui a plus tard été baptisée l’ « ère des coups de palais ». Elle a conquis le pouvoir avec l'aide de ses gardes d'élite et a déposé en 1762 son mari, l'empereur Pierre III. Quelques jours plus tard, il était mort.

On ne sait pas si Catherine était complice de son meurtre, mais il existe des rumeurs insistantes à ce sujet. Selon la version officielle, Pierre III est mort de coliques hémorroïdales, mais certains historiens affirment qu'il a été tué par les partisans de sa femme. Beaucoup de contemporains doutaient également de la version officielle.

Lire aussi : Ces empereurs russes brutalement assassinés avant 1917

La séquence des événements n'a pas amélioré l'image de Catherine en tant que monarque progressiste qui échangeait des lettres avec Voltaire et Diderot et est considérée à juste titre comme une actrice de premier plan des Lumières européennes.

Les historiens ont tendance à afficher une certaine compassion pour l'impératrice et le coup d'État qu'elle a dirigé. La fin de son règne a donné une impulsion à un âge d'or de l'Empire russe et Pierre continue à être considéré comme un faible qui était manipulé par le roi prussien, Frédéric le Grand. Le célèbre historien russe Sergueï Soloviov qualifiait Pierre III de « tsar étranger » et d’« ennemi juré » du pays. Vassili Klioutchevski, un autre historien russe éminent de la période impériale, a écrit que le gouvernement illégal de Catherine II a mieux servi l'intérêt national russe que le cabinet de Pierre.

Au cours de son règne, un autre monarque russe a perdu sa vie : le tsar Ivan VI. Ce dernier a « gouverné » pendant un peu plus d'un an, alors qu’il était âgé de deux ans seulement. En 1741, le prédécesseur de Catherine, Elizabeth Ière, a renversé Ivan et la régente, sa mère. Ils ont d'abord été exilés, puis Ivan a été emprisonné.
Ivan a passé toute sa vie derrière les barreaux et ne pouvait communiquer avec presque personne. Il aurait perdu

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer