Romanov, Lénine, Poutine: d’où viennent les noms des dirigeants du pays?

Global Look Press; RB
Les circonstances de la vie ont souvent eu une influence sur les noms de ceux qui ont forgé l’histoire du pays…

C’est au XIIIe siècle que les premiers noms de famille apparaissent en Russie ; toutefois, le processus de leur distribution prendra près de sept siècles et ne s’achèvera qu’en 1930. Aujourd’hui, la plupart d’entre eux traduisent soit le métier des ancêtres - Kouznetsov (du mot « kouznets » - forgeron), soit leurs origines – Kazansky (de Kazan), soit les particularités physiques qui les distinguaient – Bespalov (du mot « bespaly », une personne sans doigts). Nous vous invitons à étudier l’histoire des noms de famille de deux personnalités politiques et d’une dynastie qui ont marqué l’histoire du pays.

Lire aussi : Quand les Russes se donnent des noms d'animaux

Poutine

Personne ne connaît l’origine exacte du nom de famille du président actuel, mais, selon une des hypothèses, il proviendrait du nom Poutiaï. En effet, en plus de leur nom de baptême, les Russes avaient souvent un surnom. Héritée de leurs ancêtres slaves, cette tradition avait pour objectif de cacher aux mauvais esprits le vrai nom de l’individu, celui donné par l’église. Le nom « Poutiaï » était généralement donné aux enfants nés en route, pendant un déplacement, le mot russe « pout’ » voulant dire « chemin ». Selon une autre version, il était donné aux nouveau-nés qu’on enveloppait étroitement dans des langes (le mot « pouty » prenant le sens d’entrave).

Les descendants de Poutiaï ont reçu le nom de « Poutine », ce qui indique leur appartenance à un arbre généalogique particulier.

Lire aussi : Vova, Vladimir, Vladimir Vladimirovitch: les mystères des prénoms russes

Romanov

Sans aucun doute, il s’agit de l’un des noms de famille russes les plus célèbres aussi bien en Russie qu’à l’étranger – de Michel Ier à Nicolas II, la dynastie portant ce nom a tenu les rênes du pays pendant plus de trois siècles.

L’un des premiers ancêtres mentionnés de cette lignée impériale fut Andreï Kobyla (Jument), fils d’un Prussien promu boyard sous le prince Ivan Kalita (XIVe siècle). Il devient l’aïeul des Kobyline et des Kochkine (du mot « kochka » - chat). Ce n’est qu’à la fin du XVIe siècle que Fiodor, l’un des descendants de ces derniers, prendra le nom de Romanov en l’honneur de son grand père Roman Zakharine.

Lire aussi : Trucs et astuces pour optimiser votre apprentissage de la langue russe

Lénine

Lénine n’est qu’un des pseudonymes qu’a portés le leader du prolétariat mondial, mais c’est sans doute le plus connu de tous. Plusieurs théories cherchent à expliquer pourquoi Vladimir Oulianov l’a adopté.

Selon l’une des versions, il l’a pris en l’honneur d’ouvriers exécutés par le régime tsariste après une grève dans les mines d'or de la Léna. Toutefois, la plupart des chercheurs se montrent plutôt sceptiques face à cette théorie, soulignant que le pseudonyme a été pour la première fois mentionné bien avant cet événement tragique également connu sous le nom de « massacre de la Léna ».

Lire aussi : Cinq mots russes dont les autres langues ont besoin

D’autres supposent qu’il l’a pris en référence au fleuve de Sibérie Léna et ce pour taquiner le menchevik Plekhanov qui signait souvent du nom de Volguine (du nom du fleuve russe Volga).

Une autre version voit derrière ce pseudonyme les traces d’une femme que le grand révolutionnaire aimait, Lena étant un diminutif du nom Elena.

La dernière version est la moins poétique et la plus crédibles de toutes : pour induire en erreur les agents du régime tsariste, Vladimir Oulianov devait se servir de faux papiers. L’un des passeports était délivré au nom de Nikolaï Lénine, pseudonyme qu’il a ensuite conservé.

Pour en savoir plus sur les noms de famille en Russie, suivez le lien

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer