De Michael Jackson à De Gaulle: ces étrangers qui ont des monuments en Russie

Savez-vous quelles sont les personnalités étrangères les plus appréciées des Russes?

Charles de Gaulle

Le monument au président de la République française, qui pendant la Seconde Guerre mondiale a appelé les Français à se lever contre les nazis, est apparu à Moscou en face de l'hôtel Cosmos en 2002. Il a été inauguré par le président russe Vladimir Poutine et son homologue français de l’époque, Jacques Chirac. La statue a été créée par Zourab Tsereteli, auteur du monument géant à Pierre le Grand à Moscou et des Larmes de chagrin à New York, un sculpteur dont la créativité a été critiquée à maintes reprises par les Moscovites. Cette statue elle non plus n'a pas échappé aux virulentes critiques des habitants de la capitale. 

Karl Marx, Ho Chi Minh et Telman

Bien que les communistes soviétiques suscitent dans la société une attitude très ambiguë et que leurs monuments soient parfois démolis (par exemple, celui à Felix Dzerjinski), leurs frères de parti étrangers ont eu plus de chance. Et en premier lieu, les fondateurs du communisme Karl Marx et Friedrich Engels, dont les monuments sont installés dans de nombreuses villes russes.

Lire aussi : Dix stations de métro en Eurasie s'inspirant de la Russie

Le monument le plus célèbre de Marx se trouve sur la place Teatralnaïa de Moscou. Il est apparu en 1961 sur un projet de Lev Kerbelema. Au cœur du concept se trouvait la phrase jadis prononcée par le le révolutionnaire soviétique Anatoly Lounatcharski « Marx est un bloc monolithique » : la figure puissante de l'auteur du Capital semble émerger d'un énorme bloc de granit gris de 160 tonnes juste en face du théâtre Bolchoï.

Le « Lénine vietnamien » Ho Chi Minh a obtenu un monument à Moscou en 1990, contre la volonté de l’intéressé, qui avait appelé à ne pas créer de monuments en son honneur. Mais les autorités soviétiques en ont décidé autrement, parce que c'était pendant son séjour en URSS qu’Ho Chi Minh avait été formé en tant que leader communiste. Par conséquent, dans le parc près de la station de métro Academitcheskaïa un parterre de fleurs et des arbres ont été détruits, et on y a installé un support de granit. Le monument constitue un portrait du leader sur fond de disque solaire. Devant est représenté un Vietnamien à genoux en train de se relever.

Lire aussi : Qui vit sous la mer?

Après l'effondrement de l'URSS, le monument a failli être démoli, mais l'ambassade du Vietnam à Moscou est intervenue pour le sauver. Cependant, les habitants ont rapidement oublié le rapport entre le leader vietnamien et la Russie, et ont doté le monument d'autres significations parfois étranges - il est maintenant appelé « monument à la soucoupe volante » et « monument du tricentenaire du joug tataro-mongol ».

On se souvient mieux en Russie du leader des communistes allemands Ernst Telman. Le monument en son honneur se dresse sur la place du même nom à Moscou, près de la station de métro Aéroport.

Indira et Mahatma Gandhi

L'idée d'établir un monument à Indira Gandhi, peut-être la femme indienne la plus célèbre dans le monde, a surgi dès les années 1930. Mais elle n’a été réalisée qu’en 1987, quand le monument a été installé dans un parc près de l’avenue Lomonossov, non loin de l'Université de Moscou. Indira s’est même vu décerner le titre de professeur honoraire de l’Université d’État de Moscou – tant sa popularité était grande dans l'Union soviétique.

À proximité se trouve le monument au Mahatma Gandhi, offert à Moscou par le peuple de l'Inde en 1988. Le héraut de l’indépendance de l’Inde était également très populaire en URSS, il s’est inspiré de la révolution russe et a entretenu une correspondance avec Léon Tolstoï.

Lire aussi : De Staline au prince Vladimir: ces monuments russes controversés

Michael Jackson

L'initiateur du monument au « roi de la pop » était le fan club de Michael Jackson à Ekaterinbourg (1790 km à l'est de Moscou). « Pourquoi Ekaterinbourg ? Parce que c'est la frontière de l'Europe et de l'Asie. Michael était un citoyen du monde, et il était aimé à la fois en Europe et en Asie », a expliqué le membre du Fan Club Alexander Olimpiev.

Avec un poids de près d’une demi-tonne et près de trois mètres de haut, la star a été figée dans une posture de danse emblématique en 2011, deux ans après sa mort.

Johann Christoph Friedrich von Schiller

En fait, le monument au philosophe et poète allemand à Kaliningrad (1259 km à l'ouest de Moscou) n'a pas été installé par les Russes : il a été érigé par les Allemands en 1910, quand la ville portait encore le nom de Königsberg et appartenait à l'Allemagne. Mais les Russes ont empêché sa destruction, ce qui a nécessité beaucoup d'efforts.

Tout d'abord, le monument a survécu à la fin de la Seconde Guerre mondiale à un raid de l'aviation britannique qui a détruit la moitié de la ville. Les soldats russes ont alors accroché sur lui un panneau stipulant « Ne tirez pas! Il est des nôtres ! » Ainsi Schiller a survécu au changement de « propriétaire » en 1944, quand la ville est passée en possession de la Russie et était activement purgée de son patrimoine allemand.

Après la guerre, il a failli partir à la ferraille – on avait déjà attaché une corde à son cou quand des citoyens et le KGB sont intervenus. Selon une autre version, Schiller a bien été emporté, mais grâce à la police il a été retrouvé quelque part près de Magnitogorsk dans le sud de l'Oural, à 1 700 km à l'est de Moscou.

Pouvez-vous imaginer une entrée de métro parisien à Moscou ou Big Ben en Sibérie ? Pour en savoir plus, n'hésitez pasà vous diriger vers notre  article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies