Pourquoi le premier empereur russe a-t-il exécuté sa maîtresse écossaise?

Musée régional des beaux-arts d'Omsk / Wikipedia
Descendante d'aristocrates écossais, Mary Hamilton (morte en 1719) n'était pas seulement une dame d'honneur de la cour de Pierre le Grand, mais aussi sa maîtresse (pas si) secrète. Son destin a été scellé quand elle a tenté de cacher la vérité à la famille impériale…

Pierre le Grand (qui a régné de 1682 à 1721), créateur et premier souverain de l'Empire russe, fut choqué après avoir découvert une scène terrible près d'un de ses palais : un cadavre de bébé, étranglé, enveloppé dans un mouchoir après avoir été noyé dans une dépendance. Cela s'est passé vers 1716; à ce moment-là, personne ne savait de qui était l'enfant malchanceux.

Quelques années plus tard, cependant, la vérité a éclaté. Le bébé appartenait à Mary Hamilton, ou, comme l'appelaient les Russes, à Maria Danilovna Gamontova. Elle était la dame d'honneur de l'impératrice Catherine, épouse de Pierre et futur dirigeant de la Russie après sa mort.

Lire aussi : Trois sinistres mystères qui assombrissent le règne de Pierre le Grand

Mary avait donné naissance hors mariage - mais qui était le père ? Comme Mikhaïl Koubeïev, un journaliste russe et auteur, l'a écrit dans son livre 100 grands crimes, « cela aurait pu être l'enfant de Pierre. Selon les lois de l'État de l'époque, pour avoir assassiné un bébé de sang royal, Mary aurait dû être soumise à l'anathème et enterrée vivante ». Mais comment s'était-elle donc retrouvée en Russie ?

Relation et prospérité

Les ancêtres de Mary, membres de la famille écossaise Hamilton, s'installèrent en Russie sous le règne d'Ivan le Terrible (1547-1584) et servirent les tsars russes pendant des décennies. On estime généralement qu'elle était la fille de William (Daniil) Hamilton et elle a vraisemblablement rejoint la cour de Catherine en 1713.

Comme les chroniqueurs de l'époque le remarquaient, Pierre ne pouvait s'empêcher de remarquer la jeune et belle Mary et « voyait en elle des traits qui provoquaient la convoitise ». En d'autres termes, Mary devint la maîtresse de Pierre - à l'époque dire « non » à un tsar était tout à fait impensable.

Lire aussi : Pierre le Grand a ouvert le bal et créé un phénomène culturel 

Une telle pratique était commune. Pierre avait beaucoup de maîtresses. Sa femme Catherine n'était pas du genre jaloux; après tout, elle avait également accédé à sa position en étant la concubine de Pierre (et de plusieurs de ses officiers). Ainsi, elle montrait même de la bienveillance envers les maîtresses de Pierre, y compris Mary; et l'empereur retournait toujours vers sa femme après ses badinages. C'est exactement ce qui est arrivé à Mary et après que l'intérêt de Pierre eut tari, sa vie a basculé.

Corde descendante

Quand sa relation avec Pierre était sur la corde descendante, Mary est tombée amoureuse de son aide de camp Ivan Orlov, mais leur relation était condamnée dès le début. Gros buveur, il la battait souvent. Comme Mary l'avouera plus tard, elle a commencé à « voler à Sa Majesté l'Impératrice différents objets et pièces d'or » pour les donner à Orlov comme cadeau.

Mary a cependant rencontré d'autres problèmes. Comme les moyens contraceptifs étaient presqu'inexistants au début du XVIIIe siècle en Russie, elle est tombée enceinte au moins trois fois. Elle a perdu les deux premiers bébés en provoquant des avortements spontanés avec « des médicaments que je recevais des médecins du palais, prétendant que j'en avais besoin pour d'autres raisons ». Mais elle n'a pas pu empêcher la naissance de son troisième bébé. Pendant des mois, elle a caché sa grossesse sous de larges crinolines et autres jupons, et finalement elle l'a noyé.

Lire aussi : Combien de sang russe dans les veines des Romanov?

Personne ne sait avec certitude qui était le père. Certains historiens, y compris Koubeïev, disent que l'enfant pourrait être de Pierre car le tsar a toujours rendu visite à Mary même après qu'elle fut tombée en disgrâce, mais d'autres soutiennent que le père le plus probable de l'enfant était Orlov. De toute façon, donner naissance à un bâtard aurait détruit la vie de Mary dans le cercle impérial.

Déchéance

C'est Orlov qui a révélé la vérité sur Mary, mais par lâcheté plus que par honnêteté. Selon le dictionnaire biographique russe « un jour l'empereur s'est fâché contre Orlov qui avait perdu un document ». Orlov croyait qu'il subissait les foudres de l'empereur à cause de sa relation avec Mary, et a donc décidé de parler de sa relation avec la dame et de ses fausses couches. Pierre se rappela du bébé mort trouvé quelques années auparavant et fut pris de doutes.

Interrogée et torturée en présence du tsar, Mary a avoué avoir provoqué ses fausses couches, avoir tué un bébé et volé l'impératrice (elle resta cependant loyale à Orlov en affirmant qu'il n'avait rien à voir avec cela - alors que lui de son côté rejetait toute la faute sur elle).

Lire aussi : Ce que Pierre le Grand a ramené d’Europe en Russie

Pierre n'a pas enterré vivant sa maîtresse - mais il l'a envoyée au bourreau, en dépit de sa femme Catherine qui lui demandait de lui pardonner. On rapporte que l'empereur l'aurait embrassée avant l'exécution et lui aurait dit : « Sans violer les lois de Dieu et l'État, je ne puis vous sauver de la mort, alors acceptez votre exécution et croyez que Dieu vous pardonnera ». Quelques instants plus tard, Mary était décapitée.

Russia Beyond revient également, dans cette autre publication, sur l'incroyable destin de Catherine I, première femme à monter sur le trône de la Russie impériale.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer