Cinq plats russes adoptés par les cuisines étrangères

Malgré leurs noms très russes, ces plats sont si solidement «ancrés» dans le menu des pays européens qu'ils sont désormais considérés comme des spécialités locales.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Veau Orloff - Porc à la française

Ce plat est connu en Russie comme la « viande à la française », et en France - comme le « Veau Orloff ». Au milieu du XIXe siècle, il a été cuisiné pour la première fois par le chef français du comte Alexeï Orlov, Urbain Dubois. La recette, qui comprend du veau sous une couche de pommes de terre, de champignons et de fromage, le tout cuit avec de la sauce béchamel, a été adoptée dans le monde entier. Mais en Russie, c’est une version simplifiée avec du porc, des oignons, des tomates, du fromage et, bien sûr, de la mayonnaise qui a pris racine.

Coulibiac – cette élégante tarte française

Le gâteau de fêtes russe Coulibiaka s'appelle dans la cuisine française Coulibiac. Le plat y est apparu grâce au chef Auguste Escoffier, qui travaillait comme cuisinier à Nice dans les années 1870 (c'est lui qui a introduit l'ordre de service « russe » en France, c'est-à-dire lorsque les plats sont apportés l'un après l'autre, et a également introduit le concept de « haute cuisine »). Un jour, il a reçu des marins russes qui avaient le mal du pays et leur a préparé un Coulibiac. Le plat a été apprécié par les clients russes, et plus tard, il s'est répandu dans tout le pays. Même Julia Child, dans son livre de cuisine pour les Américains, a décrit la recette du Coulibiac de saumon comme un plat français.

>>> Quatre plats russes savoureux à base de brochet

Solianka – Un « patrimoine soviétique » en Allemagne de l'Est

Saviez-vous que le record du monde de préparation de soupe russe solianka avait été établi en... Allemagne ? En novembre 2019, le chef Andre Domke a fait bouillir jusqu'à 268 litres de solianka de morue dans un restaurant sur le littoral de la mer Baltique. Les Allemands connaissent-ils vraiment la solianka ? Non seulement c’est le cas, mais ils la considèrent en plus comme une partie intégrante de leur cuisine !

La célèbre soupe russe est considérée comme un monument culinaire sur les terres de l'Allemagne de l'Est. Elle est entrée dans le menu des restaurants dans l'après-guerre, lorsque le pays était divisé en RFA et en RDA. Pourquoi a-t-elle pris racine ici ? Très probablement, le fait est que dans la cuisine allemande traditionnelle, il y a beaucoup de plats fumés, et la solianka s'intègre parfaitement dans l'ADN culinaire des Allemands. Même Angela Merkel a admis que la solianka, le letcho en conserve et le chachlik (barbecue) sont ses plats préférés.

Cependant, la solianka allemande est différente de son ancêtre russe. De la moutarde, des câpres, du letcho en conserve et du jus de citron peuvent y être ajoutés. Il existe également une version bavaroise avec des rognons de bœuf.

Le « pain russe », ce n’est pas ce que vous imaginez…

Si dans un magasin allemand vous voyez un paquet de « pain russe » (Russisch Brot), alors vous serez très surpris de son contenu - c'est ainsi que les Allemands appellent les biscuits traditionnels en forme de lettres. Beaucoup de Russes ont probablement dégusté un tel « alphabet » dans leur enfance. On pense que ce biscuit a été apporté en Allemagne au XIXe siècle par le pâtissier Ferdinand Friedrich Wilhelm Hanke. Il avait étudié à Saint-Pétersbourg, où pour la première fois il a vu des biscuits en forme de lettres, puis a ouvert une boulangerie à Dresde. Bien sûr, les biscuits allemands sont fabriqués à partir de lettres latines.

>>> L’ultime recette de la salade russe (ou salade Olivier)

Bœuf Stroganov aux saucisses version suédoise

L'un des plats russes les plus populaires au monde, sous une forme légèrement modifiée, est entré dans la cuisine nationale suédoise sous le nom de Korv Stroganoff. Certes, au lieu du bœuf, on trouve des saucisses de porc Falukorv, ainsi que du coulis de tomate, de la crème, des oignons et de la moutarde. Si le bœuf Stroganov en Russie est consommé avec du sarrasin ou de la purée de pommes de terre, en Suède, on le mange plus souvent avec du riz ou des pâtes.

En Russie, dans un Coulibiaka, on trouve en règle générale plusieurs types de garnitures différentes, séparées les unes des autres par de minces crêpes. En France, cette approche n'est pas très populaire - la tarte y est faite le plus souvent avec du saumon (Coulibiac de saumon). En plus du poisson, du riz, des œufs durs et des légumes verts y sont ajoutés et avant d’emballer dans une « roulette » de type Wellington.

Dans cet autre article découvrez cinq recettes ultrasimples de chefs russes pour le confinement.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies