Viande à la française et café viennois: ces plats russes faisant semblant d’être étrangers

Legion Media
Les Français et les Tchèques seraient très étonnés d’apprendre que ces plats leurs sont associés en Russie.

La grande sympathie qu’a la Russie pour l’Europe concerne également la gastronomie : plusieurs plats sont encore aujourd’hui considérés comme français, tchèques et finlandais, et ce, même si vous ne risquez pas de les trouver dans ces pays.

Roulé tchèque

Si vous commandez un « roulé » en République tchèque, on vous servira un plat à base de porc et de knedle (boulettes de pâte). En Russie néanmoins, le roulé tchèque est un gâteau à base de pâte génoise au chocolat avec une crème au chocolat onctueuse. Il a été imaginé par les pâtissiers du légendaire restaurant moscovite Praga (Prague) durant l’ère soviétique, tout comme d’autres desserts emblématiques dont les gâteaux vatslavski, ptitchié moloko (lait d’oiseaux) et, bien entendu, le praga. Beaucoup se remémorent ces gâteaux avec beaucoup de nostalgie et les classent parmi les meilleurs desserts soviétiques. Aujourd’hui le roulé tchèque est présent non seulement dans les rayons pâtisserie des magasins ordinaires, dans les cafétérias, mais également au buffet de nombreux théâtres.

>>> La cuisine russe par les étrangers: un chef français revisite le hareng sous son manteau de fourrure

Gâteaux polonais

Deux variétés de pâtisseries populaires en Russie portent le nom de villes polonaises. Le cracovien est un dessert de forme rectangulaire à base de pâte sablée recouverte de meringue aux amandes, alors que le varsovien est un gâteau à trois couches : une couche fruitée séparant la pâte et celle à la noix. Ces gâteaux ont fait leur apparition en URSS au milieu des années 1950 et étaient alors assez rares. Or, vous ne pourrez sans doute pas en trouver en Pologne, qui considère que son dessert national est la kremówka, préparée également avec une pâte sablée, mais contenant cependant de la crème pâtissière et du sucre en poudre.

Viande à la française

Vous souhaitez surprendre vos amis français ? Parlez leur de ce plat, encore mieux, faites-leur goûter. La viande à la française n’a en réalité rien à voir avec l’escalope ou l’entrecôte connues dans l’Hexagone. En Russie, c’est un morceau de viande porcine (plus rarement bovine), cuit au four avec des tomates, de la mayonnaise et du fromage râpé. Un grand classique des tables russes ! Ce plat ressemble beaucoup au veau Orloff, très célèbre à l’étranger, mais sans champignons ni pommes de terre (même si certains peuvent en ajouter pour plus de satiété). Le plat aurait été préparé pour la première fois par un chef cuisiner français pour le comte Alexeï Orlov au début du XIXe siècle. Durant l’époque soviétique, il a ensuite été légèrement modifié pour en faire une recette véritablement nationale.

>>> La viande à la française: un plat russe simple et nourrissant

Café viennois

Vienne est la capitale mondiale du café, et les manières de préparer cette boisson y sont nombreuses, mais la plus traditionnelle reste le « mélange ». C'est un café composé de lait mousseux chaud et d'expresso, souvent servi avec de la crème fouettée non sucrée. En Russie, dans une multitude d’établissements il est possible de commander un café viennois. Cependant, il ressemble très peu au « mélange » et les recettes diffèrent selon les adresses. Il peut être fait sur base d’américano ou d’expresso, ou même de café au lait, le tout est ensuite saupoudré de chocolat et de crème fouettée, la plupart du temps sucrée.

Cervelas finlandais

Après les Jeux olympiques de Moscou en 1980, des produits étrangers provenant de pays capitalistes sont apparus en Union soviétique. L'un d'entre eux était le saucisson finlandais salami, qui a été tellement apprécié par les citoyens, que sa production a été autorisée dans le pays. Cependant, à la place du salami l’URSS s’est rapidement mise à produire du cervelas fumé. En général dans le pays, un saucisson dans le frigo faisait souvent office d’indicateur du niveau de vie des habitants de l’appartement. Or, le saucisson finlandais était un produit en forte pénurie et donc un signe de privilège. Les personnes qui avaient réussi à s’en procurer essayaient de le garder pour les repas de fête, afin de surprendre les invités. Aujourd'hui, il est toujours produit en Russie et la recette reste inchangée: bœuf, porc (moitié maigre, moitié gras) et épices. 

Dans cet autre article, nous vous présentons dix plats russes ressemblant à des mets étrangers, tels que l’équivalent local de la quiche française.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies