Les clés d’une réussite business en Russie: Sébastien Jeanpaul, directeur général d’Antalis Russie

Aliona Repkina; Archives personnelles
Dans sa série «Parole de dirigeant à l’international», Antoine Leygonie-Fialko, fondateur de la société Cadran et consultant auprès des entrepreneurs souhaitant se développer à l’étranger, s’entretient avec des hommes et femmes d’affaires parvenus à pénétrer avec succès le marché russe. Il donne cette fois la parole à Sébastien Jeanpaul, directeur général de la filiale russe d’Antalis, leader mondial des papiers et supports de communication.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Antoine Leygonie-Fialko: À un Occidental qui souhaiterait entreprendre en Russie, quels conseils donneriez-vous ?

Sébastien Jeanpaul: La première chose à faire, c’est de changer de paradigme et d’oublier l’image d’un pays froid, gris et triste… Venez voir par vous-même! Moscou est une ville très occidentale, qui n’a rien à envier à nos grandes capitales européennes.

Ensuite, il est relativement facile de démarrer une activité en Russie, d’enregistrer une société et de commencer à travailler. Il y aura quelques écueils au départ et il faudra être bien conseillé, mais il faut oser se lancer.

Enfin, en termes d’approche commerciale, la Russie est un pays qui est beaucoup plus capitaliste que la France d’aujourd’hui.

Pour un entrepreneur, la Russie actuelle est un endroit où il est possible de s’exprimer, un pays extrêmement actif et bien plus développé que l’Europe sur le plan digital.

Quels sont les facteurs de succès en Russie ?

Pour réussir en Russie, il faut énormément travailler, en portant ses efforts sur le développement commercial, et oser tester des nouveautés, ce qui se fait assez facilement ici. En Russie, il est primordial de travailler avec une personne de confiance qui gère l’administratif, la comptabilité et qui s’occupe de l’aspect légal. Construire une forte relation de confiance avec un collaborateur russe permet de déléguer de nombreuses tâches.

Le contrôle reste toutefois nécessaire pour s’assurer que tout se déroule comme prévu. Des incompréhensions peuvent parfois émerger, et il ne faut pas hésiter à soumettre ses demandes de manière très formelle. La confirmation écrite, le « prikaz », est très importante en Russie !

Je terminerai par un conseil très personnel : pour comprendre la Russie dans sa nature, dans ses us et coutumes, et parce qu’il y a des choses qui ne changent absolument pas, je recommande à tout nouvel arrivant à Moscou de se replonger dans l’œuvre de Jules Verne, Michel Strogoff. Ce livre n’a été traduit et édité en russe que très récemment. J’en ai acheté 50 exemplaires et j’en offre un à tout nouvel employé que je recrute.

Retrouvez l'intégralité de l'entretien accordé à Antoine Leygonie-Fialko par Sébastien Jeanpaul sur la plateforme de Cadran en suivant ce lien.

Retrouvez par ici le précédent entretien, consacré à Sébastien Pillot, directeur de Faiveley Transport.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies