L’épopée du rouble à travers le temps, du Moyen Âge à nos jours

Slava Petrakina, Andreï Zaïtsev
Que pouvait-on acheter avec 100 roubles à différentes périodes de l'histoire russe? Russia Beyond a compilé une rétrospective de l'évolution du rouble, révélant ses hauts et de ses bas à travers diverses réformes et crises.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

À partir du XIIIe siècle, les gouvernements de différents pays ont mesuré leur monnaie nationale en fonction de sa valeur réelle équivalente en cuivre, en argent ou en or. À la fin du XIXe siècle, l'or était devenu le vainqueur incontesté dans la bataille pour le rôle de principal étalon.

Cependant, dans les années 1930, le monde a progressivement commencé à abandonner le soutien des monnaies par l'or et, au début des années 1970, l'« étalon-or » a été complètement aboli. Depuis 40 ans, le coût de la monnaie, ainsi que la fréquence de son émission, dépendent de l'état de l'économie, des attentes du marché et des décisions prises par la banque centrale des pays.

Le rouble russe a généralement suivi les tendances de l'histoire monétaire mondiale. Il a été adossé à l'argent, au cuivre, à l'or, et depuis le milieu des années 1970, lorsque les plateformes de forage soviétiques ont commencé à produire de grandes quantités de pétrole, il est devenu une « pétrodevise », directement dépendante de la valeur de l'or noir. Comme les prix mondiaux du pétrole ne sont pas connus pour leur stabilité et sont sujets à des changements soudains – tout comme les prix mondiaux de l'or – il n'est pas surprenant qu'au XXe siècle, le rouble ait subi six réformes monétaires, huit redénominations et une série de cas d'hyperinflation, lorsqu'il a perdu plus de 200% de sa valeur en quelques années seulement.

>>> Rouble: cinq astuces pour avoir le meilleur taux de change

Bien sûr, les variations des prix du pétrole ou de l'or ne sont pas les seuls facteurs qui provoquent les hauts et les bas des devises, sans oublier les facteurs économiques et politiques qui en découlent.

C'est dans cet esprit que Russia Beyond a composé une rétrospective du rouble sur cinq siècles, révélant l'histoire de la longue quête du pays pour moderniser son système monétaire et acquérir une monnaie stable, tout en présentant le pouvoir d'achat des citoyens. Que pouvait-on acheter avec 100 roubles de cuivre en 1666 ? Et avec 100 roubles soviétiques dans les années 1920 ?

Le rouble d'argent, 1534

100 roubles = 100 vaches ou 100 chevaux

Le premier système monétaire russe est apparu grâce à une jeune princesse lituanienne, Elena Glinskaïa, mère d'Ivan le Terrible, qui était à la tête de l'État dans les années 1530. À cette époque, la Russie était confrontée à une crise financière causée par l'absence de système monétaire national et un marché inondé par la contrefaçon de la monnaie. Glinskaïa a alors ordonné la frappe de pièces plus difficiles à contrefaire, établissant ainsi le rouble d'argent comme article de base de la circulation et première monnaie forte de Russie.

Le rouble de cuivre, 1662

100 roubles = 20 tonneaux d'esturgeon du Nord ou 4 onéreux manteaux de fourrure pour femme avec or et dentelle

Le tsar Alexis Ier, père de Pierre Ier (le Grand), a tenté de mettre en place une réforme monétaire pour financer la guerre russo-polonaise de 1654-1667. Il a alors été décidé de prendre l'argent « à crédit du peuple » et d'émettre des équivalents en cuivre, qui pourraient être échangés contre des roubles d'argent à l'avenir. Les salaires des fonctionnaires et des archers étaient versés en cuivre, tandis que les impôts étaient perçus en argent. Comme le cuivre était facile à falsifier, la valeur de cette nouvelle monnaie a néanmoins été réduite par sept en deux ans, ce qui a donné lieu à ce que l’on a baptisé l’« émeute du cuivre » de 1662, un soulèvement à Moscou qui a impliqué jusqu'à 10 000 Moscovites, principalement des soldats, des archers et des paysans. La révolte a été réprimée et les pièces de cuivre ont été retirées de la circulation. Cependant, seul Pierre le Grand a finalement pu stabiliser le rouble, presque 40 ans plus tard.

Le rouble de papier, 1769

100 roubles = 10 izbas

Au milieu du XVIIIe siècle, alors que l'Europe disposait déjà d'un vaste réseau de banques et de caisses utilisant des billets de banque en papier, les Russes effectuaient encore leurs paiements uniquement avec des pièces de monnaie en métaux précieux, dont la production coûtait cher à l'État. L'impératrice Catherine II a donc décidé d'introduire le premier papier-monnaie, des « billets de banque » indexés au rouble d’argent. Cependant, la Russie n'était pas prête pour cette innovation. Les gens ne voulaient pas conserver leurs économies en billets de banque et n’avaient aucune confiance dans le papier-monnaie. De plus, chaque année suivante, l'État a augmenté l'émission de billets de banque, quelle que soit leur valeur réelle en argent. Tous ces facteurs allaient entraîner une grave crise financière après la mort de Catherine.

>>> Où la Russie conserve-t-elle ses réserves d’or?

Le rouble d’or, 1895

100 roubles = un cheval de trait ou un piano d'occasion

L'une des réformes monétaires les plus réussies de l'histoire russe a été menée par le ministre des finances Serge Witte sous le règne du dernier tsar, Nicolas II. Witte a remplacé le rouble d'argent par le rouble d'or, mettant fin à la dévaluation des billets émis sous Catherine (dont certains étaient encore en circulation), ainsi qu'à la spéculation monétaire. La réforme a favorisé l'afflux de capitaux étrangers en Russie et a donné au pays une monnaie nationale forte au change.

Le rouble soviétique, 1924

100 roubles = 26 paires de galoches ou 6 ans de trajets dans le premier tramway soviétique

Après le renversement du pouvoir en 1917, la guerre civile et la politique du « communisme de guerre » ont conduit à l'hyperinflation la plus sévère de l'histoire de la monnaie russe. Le rouble s'est déprécié de plus de 50 millions de fois en l'espace de cinq ans seulement. Par exemple, en 1917, 100 roubles permettaient d'acheter 9 dollars, mais en 1923, la même somme ne valait plus que 0,00004 dollar. Pour stabiliser la situation, l'URSS a introduit en 1924 une nouvelle monnaie soviétique indexée sur l'or. Ce nouveau rouble n'a duré que six ans avant que le cours ne soit supprimé et que la monnaie ne soit remplacée par des tickets pour le pain, la viande et d'autres produits de première nécessité. Pendant toute la période soviétique, de 1917 à 1991, le système de bons a été introduit quatre fois – pour faire face à des pénuries aigues de nourriture.

Fait intéressant : au début des années 1920, l'Union soviétique a dû faire face à un défi inattendu : strictement opposés au nouveau régime communiste, les pays occidentaux refusaient d'accepter le paiement de marchandises sous forme de pièces de monnaie portant les symboles soviétiques. Pour résoudre ce problème, en 1925-1927, le gouvernement a par conséquent fait frapper des pièces d'or à l'effigie de Nicolas II. Cela a permis au gouvernement soviétique d'acheter les biens nécessaires à l'étranger en utilisant des pièces de monnaie portant l'image du tsar détrôné et exécuté.

Le pétro-rouble, 1970-1990

100 roubles = 27 bouteilles de champagne soviétique ou 1 paire de jeans (vendue clandestinement)

À partir de 1931, le rouble soviétique est devenu une monnaie nationale à usage privé et seul l'État avait le droit d'en échanger contre des devises étrangères et d'acheter des marchandises à l'étranger. En raison de la croissance des prix mondiaux du pétrole et de l'augmentation de la production pétrolière à partir du milieu des années 1970, la part du pétrole et des autres sources d'énergie dans les exportations totales de l'URSS a fortement augmenté, atteignant un record de 54% en 1985. L'économie de l’Union soviétique était devenue dépendante du pétrole, ce qui allait s'avérer coûteux en 1985-1986, lorsque la chute des prix de cette denrée a frappé les recettes en devises du pays ainsi que le rouble. À partir de 1990, toutes les recettes en devises étrangères ont ainsi été destinées à couvrir la dette en devises étrangères de l'URSS. Dans le même temps, la dette du pays en roubles a commencé à augmenter en raison du déficit budgétaire. Tout cela a joué un rôle dans l'effondrement de l'URSS et a conduit à la crise financière désastreuse dans la Russie nouvellement formée. Au cours de la décennie suivante, le rouble a connu une inflation et une redénomination pas moins de quatre fois.

>>> Trois facteurs majeurs qui ont contribué à la chute de l'URSS

Le rouble de Poutine, années 2000-2010

100 roubles = un gros régime de bananes ou 2 cheeseburgers à McDonald's (selon les prix de mai 2020)

Au XXIe siècle, la monnaie nationale russe n'a pas fait l'objet de réformes importantes. Pourtant, elle n'a pas pu éviter les fluctuations soudaines dues à différentes crises. Depuis le début des années 2000 et jusqu'en 2014, les Russes avaient l'habitude d'acheter un dollar américain pour un montant ne dépassant pas 35 roubles, mais avec la crise russo-ukrainienne et la forte baisse des prix mondiaux du pétrole, tout a commencé à changer. Avec une forte dévaluation en décembre 2014, la monnaie russe n'a jamais réussi à retrouver ses niveaux d'autrefois et, malgré des rebonds occasionnels, s'est habituée à la nouvelle norme – 50-60 roubles par dollar américain. Cette année, la situation a continué à se détériorer. Après que la Russie s’est retirée des négociations de l'OPEP+, les prix du pétrole se sont effondrés, et avec eux le rouble. En mai 2020, la monnaie nationale russe s'échange ainsi à environ 73 roubles par dollar américain.

Cet article est basé sur des documents provenant des Archives économiques d'État de Russie et des données en libre accès.

Dans cet autre article, nous vous relations comment le rouble s’était imposé en tant que monnaie nationale russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies