Quand et comment l’Union soviétique a-t-elle donné naissance à la Russie?

Getty Images
À la suite de luttes économiques et politiques, ainsi que de la dislocation de l’ensemble de l’Union, un nouvel État est né: la Fédération de Russie.

La Russie, anciennement connue sous le nom de République socialiste fédérative soviétique de Russie (RSFSR), était l'une des 15 républiques ayant existé au sein de l'URSS de 1922 à 1991. En fait, elle était la plus vaste de toutes et le « cœur » de l'État socialiste. . La RSFSR a toujours été cruciale pour l’existence de l’URSS : c’est à Moscou que les décisions étaient prises et les Russes constituaient la majorité de la population de l’Union.

L’idée que la RSFSR quitte l’URSS était alors comparable à un scénario où Washington, New York et la Californie se sépareraient des États-Unis, et apparaissait donc invraisemblable. Pourtant, c'est exactement ce qu’il s'est passé. Quand est-ce arrivé et, surtout, pourquoi?

Une nation en proie aux troubles

L'économie soviétique faisait, depuis la fin des années 1980, face à d’importants problèmes : surchargé par les dépenses militaires, l'État avait du mal à fournir à ses citoyens des produits de première nécessité, notamment des vêtements et de la nourriture. Le prix du pétrole, tombant de 24 à 12 dollars le baril en 1986, n’a fait qu’aggraver la situation.

Lors d'une manifestation préélectorale en soutien à la perestroïka, à un élargissement de la démocratie et de la transparence, à un déploiement de réformes politiques. Sur la bannière:

Dans ce contexte, les politiques entreprises par Mikhaïl Gorbatchev de « glasnost » (« transparence » : critique libre du Parti et du gouvernement) et de « perestroïka » (« reconstruction » : restructuration du système économique) n’ont rencontré de grand succès. « Le gouvernement ne pouvait ni contrôler ses propres réformes ni prévoir leurs conséquences », écrit le journaliste Alekseï Dournovo.

En colère contre la situation économique désastreuse, les citoyens disposaient désormais de la possibilité de critiquer ouvertement le pouvoir en place, ce qui, comme l’on pouvait s'y attendre, a conduit à de graves crises, notamment ethniques.

Lire aussi : Comment les États baltes ont-ils réclamé leur indépendance grâce à une chaîne humaine record?

Tout tombe en pièces

Parmi les autres causes de la chute de l’URSS, Dournovo mentionne par ailleurs la quête de pouvoir des élites régionales. « C’était honorable et rentable d’être le principal communiste dans une république soviétique. Mais être président d'un État indépendant, c'était encore mieux. Ainsi, alors qu’elles sentaient que l’Union s’affaiblissait, les élites régionales ont commencé à séparer leurs "pièces" », écrit-il. Ajoutez à cela des conflits ethniques « endormis » et vous obtenez soudainement un chaos incontrôlable dans plusieurs régions du pays.

Une foule rassemblée à Erevan (capitale arménienne), protestant contre l'afression de l'Azerbaïdjan dans l'enclave disputée du Haut-Karabagh.

À la fin des années 1980, plusieurs conflits ont en effet éclaté : la discorde arméno-azerbaïdjanaise dans la région du Haut-Karabakh, les affrontements entre Géorgiens et Abkhazes ainsi qu’entre Géorgiens et Ossètes, les querelles entre différentes ethnies et groupes religieux au Tadjikistan, etc. Les tentatives du gouvernement d’apaiser les tensions se sont alors avérées totalement inefficaces. Plus tard, dans de nombreux cas, ces conflits se transformeront en guerres à grande échelle, faisant des milliers de morts.

Cet État est trop petit pour nous deux

Alors que les républiques soviétiques déclaraient leur indépendance les unes après les autres à la fin des années 1980 et au début des années 1990, Gorbatchev, en tant que président de l'URSS, luttait pour maintenir le pays uni. Un grand nombre de dirigeants des républiques de l'Union n’étaient que peu enclins à lui obéir, et parmi eux, celui à la tête de la RSFSR. Cela signifie que Gorbatchev était confronté à une concurrence féroce, même à Moscou. Et son rival dans la capitale n’était autre qu’un populaire leader soviétique du nom de Boris Eltsine.

Le président du Soviet suprême de la RSFSR Boris Eltsine (gauche) et le leader de l'URSS Mikhaïl Gorbatchev (droite).

Ce dernier a été élu à la tête du Présidium du Soviet suprême de la RSFSR en mai 1990 (malgré l'opposition de Gorbatchev à sa candidature) et a transformé cet emploi essentiellement bureaucratique en un poste très important. Aussi, le 12 juin 1990, le Congrès des députés du peuple de la RSFSR adoptait une déclaration de souveraineté. Cela n’équivalait pas encore à un départ de l’URSS, mais créait une situation étrange : il y avait à présent deux dirigeants à Moscou, un pour l’URSS (Gorbatchev) et un pour la RSFSR (Eltsine).

Lire aussi : Boris Eltsine: vingt-cinq photos rares du premier président de la Russie

Fin de la partie

Eltsine est ensuite allé plus loin : en juillet 1990, il a quitté le Parti communiste, manifestant ouvertement sa désobéissance à Gorbatchev. La RSFSR a tenu ses premières élections présidentielles le 12 juin 1991, et Eltsine l'a remportée. Malgré son opposition à Gorbatchev, il a quelques mois plus tard joué un rôle actif dans l’échec d’une tentative de coup d'État par des communistes extrémistes s'opposant à lui-même et au dirigeant de l'URSS. De cette manière, Eltsine s’est présenté comme un dirigeant fort, leader de la résistance du peuple, tandis que Gorbatchev, lui, était en vacances en Crimée lors de la tentative de coup d’État.

Le président russe Boris Eltsine prononce un discours en se tenant sur un véhicule blindé, devant le bâtiment abritant le gouvernement, en août 1991.

À la fin de l’année 1991, Gorbatchev, qui demeurait officiellement le président de toute l'URSS, avait une influence quasi nulle sur les politiques menées. Le 8 décembre 1991, Eltsine a de son côté finalement rencontré les présidents d’Ukraine et de Biélorussie (qui avaient également déclaré leur indépendance à ce moment-là) pour signer les accords de Belaveja (aussi appelés accords de Minsk), qui reconnaissaient la dissolution de l'URSS.

Gorbatchev n'a alors eu d'autre choix que d'accepter ce qui s'était déjà passé. Le 25 décembre 1991, il a officiellement démissionné de ses fonctions de président de l'URSS. L’État communiste a dès lors cessé d’exister, chacune des 15 républiques étant désormais indépendante, y compris la Fédération de Russie.

Dans cette galerie photo, découvrez le visage de Moscou juste après la chute de l’URSS.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies