Quels sont les professionnels les plus recherchés en Russie?

AP
Si vous êtes un expert en informatique ou en agriculture, vous avez de bonnes chances de trouver du travail en Russie. Alors que la société russe, à l'image du reste du monde, connait des changements significatifs, Russia Beyond analyse pour vous les profils les plus prisés sur le marché de l'emploi de ce pays.

D'ici 2030, le monde pourrait faire face à une pénurie drastique de personnel hautement qualifié, selon une étude de Korn Ferry Hay Group. Pour la Russie, cela pourrait entraîner une pénurie de 2,8 millions de travailleurs hautement qualifiés, et générer des pertes de 300 milliards de dollars pour les entreprises. En fait, on constate déjà un manque de professionnels dans certains domaines. Selon Michael Germershausen, directeur général de la société de recrutement Antal, la demande dans une profession particulière est basée sur la rapidité avec laquelle les gens peuvent trouver un emploi. Le récent sondage d'Antal montre que 41% des professionnels de l'informatique trouvent un nouvel emploi en moins d'un mois !

Malgré la perception répandue selon laquelle le marché du travail est inondé de candidats, il est toujours difficile pour les entreprises de trouver du personnel expérimenté et qualifié, a déclaré Germershausen. Pourtant, certains secteurs connaissent un manque criant de candidats appropriés.

Lire aussi : Trouver un emploi en Russie: sept questions à se poser

TI

Les entreprises ont besoin de programmeurs qualifiés et de spécialistes techniques, et à mesure que le champ des nouvelles technologies se développe, la demande pour ces professionnels augmente également. Certaines technologies se développent tellement vite qu'il n'y a pas assez de temps pour former le personnel nécessaire, ce dernier pouvant s'avérer inexistant parmi les spécialistes actuels.

« Les conditions pour le marché informatique sont déterminées par les candidats eux-mêmes et les employeurs doivent s'adapter, a déclaré Germershausen. Les informaticiens s'inquiètent peu des salaires, généralement élevés, mais sont plus préoccupés par d'autres facteurs, tels que la nature du projet et leurs responsabilités, ainsi que des opportunités d'apprentissage et de développement de carrière dans l'entreprise ».

Lire aussi : Attention, deadline: comment les Russes font-ils face aux délais?

Selon Korn Ferry Hay Group et le site russe de recherche d'emploi Headhunter, le pays connaît depuis longtemps une forte demande d'analystes de données, de programmeurs et de spécialistes techniques.

Fabrication

Les travailleurs qualifiés, les mécaniciens et les couturières ont également la cote. « Il est difficile, par exemple, de trouver un tourneur ou un soudeur à gaz hautement qualifié, a déclaré Germershausen. Il est tout aussi difficile est de mettre la main sur une bonne couturière, car une telle profession n'est pas populaire. En fait, ces travailleurs peuvent gagner plus que l'employé de bureau moyen ».

Selon Pavel Sigal, vice-président d'Opora Rossii, une association de petites et moyennes entreprises russes, on note aussi un manque d'ingénieurs qualifiés. « Les ingénieurs en aéronautique diplômés de l'Institut de l'aviation de Moscou, par exemple, trouvent des emplois très rapidement et leur charge de travail peut atteindre 180 à 200% », explique-t-il. Cela signifie une énorme demande pour un nombre accru de professionnels dans ce domaine.

Lire aussi : Citoyen étranger cherche ferme en Russie

Agriculture

Les spécialistes de l'agriculture - agronomes, vétérinaires, zoo-techniciens, spécialistes techniques de la production végétale et animale - sont également très recherchés, a rapporté Headhunter.

Les employeurs attendent beaucoup des candidats, et ils ne devraient pas seulement être des professionnels expérimentés : la maîtrise de l'anglais est également un plus. Cette exigence est importante pour les entreprises qui cherchent à se développer à l'international, investir dans de nouveaux modèles d'affaires et améliorer la production en utilisant des technologies et des équipements étrangers. Au cours des dernières années, de nombreuses entreprises agricoles russes ont été incapables de trouver du personnel qualifié au niveau national, et invitent donc des travailleurs étrangers, a déclaré Germershausen.

Les expatriés peuvent-ils combler le vide?

En général, il existe une demande pour des professionnels qualifiés dans n'importe quel domaine, a déclaré Sigal. Les produits pharmaceutiques, les biotechnologies et la médecine sont des domaines qui affichent un besoin chronique de spécialistes, a rapporté Headhunter.

Lire aussi : Ce scénariste moscovite présente son CV sous forme de bande dessinée

En ce qui concerne les avocats, le marché local en possède suffisamment. « L'offre répond plus ou moins à la demande », a déclaré Alim Bichenov, associé directeur du cabinet d'avocats BMS. La clé est la capacité des universités à répondre à la demande, et c'est ce qui manque dans les secteurs mentionnés ci-dessus, qui ont du mal à trouver les bons candidats pour pourvoir des postes.

« Les universités ne préparent pas les professionnels dont les entreprises ont besoin, a déclaré Germershausen. Si le secteur informatique comble cette lacune en coopérant avec les universités, les industriels, eux, ne le font pas. Ces derniers coopèrent avec les collèges techniques, ce qui a un effet limité car les collèges ne peuvent pas attirer plus d'étudiants, entraînant ainsi une pénurie de travailleurs ».

Dans ce cas, la pratique consistant à inviter des spécialistes étrangers est courante parmi les entreprises russes, a noté l'expert. « Dans l'agriculture, l'expérience de l'utilisation d'équipements ou de la mise en œuvre de nouvelles technologies est souvent partagée. Cela fonctionne également pour les détaillants qui invitent les gestionnaires expatriés à mettre en œuvre les meilleures pratiques commerciales en Russie », ajoute-t-il.

Pour en savoir plus sur la mentalité des Russes au travail, voici notre article sur leur comportement vis-à-vis des délais à respecter.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies