Les cinq secrets minceur des Russes

Alena Repkina
Par le passé, on pensait en Russie qu'une femme devait être bien en chair et la minceur était considérée comme un signe de mauvaise santé. Même chose pour les hommes. Catherine Ière avait même été forcée de prendre du poids avant son mariage avec l'empereur Pierre Ier. Les repas russes étaient également connus bien au-delà les frontières : les invités de marque se voyaient présenter les meilleurs plats dans des quantités impressionnantes. Malgré tout, les Russes ont aussi leurs secrets minceur...

Image par Alena RepkinaImage par Alena Repkina

1. Des rations « comme au village »

Dans le milieu paysan la minceur était la norme, renforcée par le travail physique permanent et le manque fréquent de différents produits. De plus, à partir de la moitié du printemps, les paysans partaient travailler aux champs et y passaient presque tout leur temps, y passant même souvent la nuit.

Et aux champs, ils ne prenaient pas beaucoup de nourriture avec eux : du pain et du lait caillé dans une cruche, sans plus, car le reste se serait gâché à cause de la chaleur (le kvas et le lait caillé était les deux boissons préférées des paysans de l'ancienne Russie). Ils mangeaient également tout ce qui poussait dans les potagers et les forêts : chou, navet, oseille, baies et champignons – des « gourmandises » estivales très faibles en calories.

Les simples paysans ne pouvaient pas se permettre de sucreries : le sucre coûtait très cher et le miel n'était consommé que pour les fêtes et comme médicament. Les confitures étaient donc rares également.

Image par Alena RepkinaImage par Alena Repkina

2. Les jeûnes religieux

Les traditions orthodoxes ont également contribué à la minceur naturelle de la population. Selon les règles de l’Église, tous les mercredis et les vendredis sont considérés comme des jours de jeûne. Ces jours là, il n'est pas seulement proscrit de manger de la viande, des produits laitiers et des œufs, mais en général il est recommandé de ne manger que le nécessaire.

Hormis ces jours de la semaine, quatre longs jeûnes rythment l'année : le Grand Carême au printemps et le Jeûne de la Nativité durant 49 jours et quelques semaines (en fonction de la date de Pâques), le Jeûne Petrov et le Jeûne Ouspenskiy. Pendant ces périodes de jeûne, particulièrement les plus stricts, il n'est pas seulement recommandé de ne pas manger de protéine animale : il est également conseiller d’exclure l'huile végétale, et en général de limiter les quantités de nourriture. Avant la confession et la communion, auxquelles il est prescrit de participer régulièrement, il est également imposé de jeûner au minimum trois jours.

Image par Alena RepkinaImage par Alena Repkina

3. Le « banya »

Une méthode efficace pour perdre du poids et se libérer de nombreuses maladies était, dans l'ancienne Russie, de se rendre aux bains (chaque samedi était le jour du bain). On pensait que l'eau et la vapeur nettoyaient le corps, mais aussi l'esprit de ses mauvaises pensées et de ses péchés.

Les physiologistes contemporains expliquent que sous l'effet d'une chaleur importante suivie d'un refroidissement soudain, le corps se libère de ses excès d'eau et les processus métaboliques sont accélérés. Autrefois, il est vrai, personne n'allait aux bains spécialement pour mincir mais c'est aujourd'hui une méthode très populaire.

Image par Alena RepkinaImage par Alena Repkina

4. La ration de l'empereur

Contrairement au quidam, l'élite de la société russe ne pouvait pas se permettre n'importe quel excès alimentaire et devait contrôler sa consommation. Ainsi, on se souvient de Pierre Ier (1689–1725) comme d'un régent bien bâti et soigné, qui faisait très attention à son régime alimentaire. Il se levait très tôt – avant cinq heures du matin – et petit-déjeunait rapidement pour avoir le temps de s'occuper de toutes ses affaires. L'empereur ne déjeunait jamais après midi.

Son menu se composait habituellement d'une soupe au chou (ou « chtchi »), de viande (canard rôti froid ou porcinet froid à a crème), de jambon ou de fromage. Pierre le Grand aimait aussi les fruits du jardin impérial. Autrement dit, le tsar privilégiait un régime à base de protéines et de légumes, combiné à des fruits frais.

Image par Alena RepkinaImage par Alena Repkina

5. Pas de dîner

Sous l'Empire russe, une autre méthode pour mincir était populaire au sein de l'élite : ne pas manger de dîner. C'est notamment ce qu'écrivait Ivan Gontcharov dans son roman Une histoire commune. L'un des héros, membre de la haute société de Saint-Pétersbourg, trouvait que dîner était une habitude de paysans et de rustres. Beaucoup d'empereurs ne dînaient pas non plus – Nicolas Ier (1825–1855), par exemple. A Saint-Pétersbourg, le déjeuner était également tardif et se prenait autour de 17h-18h.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.