Les dix livres et écrivains préférés de Vladimir Poutine

Mikhaïl Klimentiev/Bureau présidentiel russe de presse et d'information/TASS
Le président russe aime citer des vers de poètes nationaux ou des œuvres de classiques étrangers, tandis que ses livres préférés comprennent aussi bien des contes pour enfants que des œuvres historiques majeures.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

La bibliothèque de Vladimir Poutine contient des ouvrages allant des romans de Fiodor Dostoïevski et de Vladimir Nabokov à Ethnogenèse et biosphère de la Terre de Lev Goumilev, en passant par le Yi Jing chinois (Livre des changements). Le président est un grand admirateur des poètes russes, d'Alexandre Pouchkine à Sergueï Essenine. Connaisseur de la langue allemande, Poutine apprécie également les poèmes d’Heinrich Heine et de Wolfgang Goethe. Le chef d’État affirme en outre qu'il n'a pas lu un seul livre sur lui-même car il « sait déjà tout ».

Nous avons compilé les œuvres dont il a parlé le plus souvent et le plus vivement.

Léon Tolstoï, Guerre et Paix

Lors d’une allocation publique en direct, en juin 2021, le président a cité ce roman épique portant sur la guerre de 1812 contre la France napoléonienne parmi les œuvres de fiction qui l'ont le plus influencé.

Le conte traditionnel russe Kolobok

C'est l'histoire d'un morceau de pâte qui a pris vie, qui a fait trop confiance à tous ceux qui l'entouraient et qui a fini par être mangé par un renard rusé – une autre œuvre dont la moralité a marqué le président. Vladimir Poutine a conseillé à tous ceux qui occupent de hautes fonctions de bien relire le conte. « Dès lors que vous, chers collègues, prendrez les discours flatteurs pour de la pure vérité et que vous sombrerez dans un état correspondant sous l'influence de ce que l'on vous dit, vous risquez d'être mangés », a-t-il déclaré lors d’une allocution en 2021.

Mikhaïl Lermontov

En 2016, lors d'une rencontre avec les lauréats du prix « Professeur de l'année », Vladimir Poutine a admis qu'il devait souvent lire quelque chose qu'il n'aimait pas. Il a toutefois ajouté qu'il avait toujours un livre de Mikhaïl Lermontov sur son bureau pour « réfléchir à quelque chose, se distraire et, en général, entrer dans un autre monde – utile, beau et intéressant ».

Dans une émission, Poutine a même procédé à une analyse du poème Adieu, pays mangé des puces, en citant plusieurs vers. Le président estime que Lermontov, qui a combattu dans l'armée active, était un homme extrêmement courageux : « Il était prêt à donner sa vie pour les intérêts de son pays et de sa patrie ».

Lire aussi : «Allo, Vladimir?», comment joindre le Kremlin par téléphone?

Samouil Marchak, Douze mois

Lors d'une conférence de presse en décembre 2020, Poutine a évoqué les livres qu'il lit à ses petits-enfants. Il a mentionné de nombreux classiques russes et soviétiques et a nommé Douze mois de Samouil Marchak comme l'un de ses préférés. Il s’agit d’un conte assez riche d’enseignements sur une jeune reine fantasque qui exige un panier de perce-neige le soir du Nouvel An en échange d'une récompense.

Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince

C’est avec grand plaisir que Poutine a lu l'histoire de ce garçon énigmatique et, dans une interview, il a même admis l'avoir apprise par cœur. Plus d'une fois, dans des discours publics, le président a évoqué Le Petit Prince, et il a également assisté à des pièces de théâtre inspirées de cette œuvre. Selon lui, le conte enseigne « que nous sommes responsables de ceux qui ont besoin d'aide ».

En 2020, alors qu'il discutait des questions environnementales au club de Valdaï, Poutine a conseillé de prendre l'exemple du Petit Prince. « Il y a une règle ferme. Tu t’es levé le matin, t’es lavé, t’es mis en ordre – fais alors immédiatement la toilette de ta planète. [...] C'est un travail très ennuyeux, mais pas difficile du tout », a cité le président.

Alexandre Dumas

L'auteur des Trois Mousquetaires est un autre des écrivains préférés de Poutine. Dans une interview accordée à la rédaction française de Paris Match en 2000, il a déclaré avoir autrefois lu Dumas. « Quand j'ai fini de lire tous les nombreux volumes de ses œuvres, il y a eu une sorte de vide, un vide complet. Je ne savais pas quoi faire d'autre, car rien ne m'intéressait, à part lire ces livres », a-t-il confié.

L'intervieweur a mentionné que Dumas s'était rendu en Russie et avait écrit ce qui suit à son sujet : « Ici, le président ou le tsar siège au Kremlin. Que voit-il de sa fenêtre ? Rien ». Poutine a alors répondu qu'il était absolument d'accord avec l'écrivain et a ajouté : « Le plus grand malheur – tant sur le plan personnel que professionnel – d'occuper de hautes fonctions gouvernementales est le très fort degré d'isolement ».

Lire aussi : Comment Poutine garde-t-il la forme?

Ernest Hemingway

En 2011, Vladimir Poutine a accordé une longue interview au magazine américain de chasse et de pêche OutdoorLife, dans laquelle il a déclaré avoir aimé lire Jack London, Jules Verne et Ernest Hemingway dans sa jeunesse. « Les personnages décrits dans leurs livres, courageux, pleins de ressources et s’embarquant dans des aventures excitantes, ont assurément à la fois façonné mon for intérieur et nourri mon amour pour les activités en plein air ».

Poutine a également déclaré que parmi ses œuvres préférées d'Hemingway figurent L'Adieu aux armes, Pour qui sonne le glas et Le Vieil Homme et la Mer.

Ivan Tourgueniev

Dans son interview accordée à OutdoorLife, le président russe a recommandé à chacun de lire « l'un des meilleurs classiques russes » d'Ivan Tourgueniev. Il a notamment conseillé Mémoires d'un chasseur, le livre préféré de tous les chasseurs russes, qui « reflète la philosophie de la chasse en Russie dans son ensemble, où ce qui importe n'est pas le résultat mais le processus lui-même, le fait d'être proche de la nature et de communiquer avec les gens », a déclaré Poutine.

Omar Khayyam

En 2007, Vladimir Poutine a expliqué lors d'une conférence de presse comment il faisait face à la mauvaise humeur : l’aidaient pour cela son chien Koni et les poèmes d'Omar Khayyam. Le président a déclaré que sa femme lui avait offert un livre du poète persan et qu'il y avait là « beaucoup de choses intéressantes qui peuvent aider dans de telles situations ».

Sergueï Essenine

Vladimir Poutine respecte ce poète russe « paysan » pour son amour véritable de sa patrie. S'adressant à des journalistes à la veille des élections de 2012, il a cité le poème d’Essenine Oh toi, ma douce Russie : « Si la troupe des anges me hèle: "Fuis la Russie, viens au paradis!", Je dirai: "Que m’importe le ciel, Laissez-moi vivre dans ma patrie!" ».

Dans cet autre article, nous vous révélions quelle musique écoute Vladimir Poutine.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies