Que trouve-t-on dans l’assiette de monsieur Poutine?

Aleksey Nikolskyi/RIA Novosti
Un rapide coup d’œil aux photos du président russe torse nu suffit pour affirmer qu’à l’âge de 65 ans, il est encore en forme. Si son régime alimentaire y est certainement pour quelque chose, diriger le plus vaste pays du monde l’estomac vide est évidemment hors de question. Russia Beyond fait donc la lumière sur son menu quotidien.

Un petit déjeuner présidentiel

Pour bien commencer la journée, le chef de l’État russe savoure généralement de la kacha, du tvorog avec du miel, et gobe également des œufs de caille crus. Ces informations ont été diffusées par la chaîne de télévision NTV, qui a eu la chance de partager un petit déjeuner avec Poutine en 2012. Elle a également rapporté qu’il aime boire un cocktail à base de jus de betterave rouge et de raifort.

Quelques années plus tard, le leader russe a par ailleurs déclaré aux journalistes qu’il appréciait le riz et le sarrasin, mais pas les flocons d’avoine. 

« Je n’ai pas beaucoup de temps à consacrer à la nourriture », a-t-il confié. « J’aime les légumes : tomates, concombres, salades. Le matin : kacha, tvorog et miel. S’il y a le choix entre de la viande et du poisson, je préfère le poisson, j’aime aussi l’agneau. », a-t-il précisé, avant d’ajouter qu’il n’est pas un grand fan de sucré, bien qu’il apprécie déguster de temps en temps une glace.

Lire aussi : Sept petits déjeuners russes pour bien commencer la journée

Déjeuner sur le pouce

Poutine voyage beaucoup à travers le pays et au-delà de ses frontières. Ce qu’il mange lors de ses déplacements est une autre histoire.

« Quand je vais quelque part, je suis ravi de goûter la cuisine locale. Je suis habitué au thé vert … Je ne prends généralement pas de diner, je n’ai pas le temps. Dans l’après-midi, j’essaye de manger des fruits, de boire du kéfir quand il y en a à ma disposition, et quand ce n’est pas le cas, je préfère ne rien manger du tout », a assuré le maître du Kremlin.

Il y a plusieurs années, le restaurant pétersbourgeois Podvorye a confectionné un menu spécial, Le déjeuner de Vladimir Poutine, qui proposait les plats favoris du président. Il s’y est d’ailleurs rendu à maintes reprises et commandait généralement un assortiment de viandes appelé « poêle », qui comprenait un bifteck de bœuf, une saucisse, une escalope, et des kotlety (boulettes de viande) préparées maison. Il a également un faible pour l’esturgeon fumé assaisonné de citron et de beurre.

Lire aussi : Pourquoi le président russe est-il si macho?

À chaque fois que Poutine déjeune avec des journalistes, son choix de plat devient un sujet de conversation majeur. Par exemple, en 2003 à Kaliningrad, dans le café répondant au nom de Sur le bord de la route, il a commandé de l’oukha (une soupe de poisson), une tourte avec du caviar rouge, de l’anguille fumée et des blinis à la fraise. En 2008, lors d’un voyage au Tatarstan, il a cependant opté pour une salade, une soupe de poulet avec des nouilles, du bœuf accompagné de riz, et une tourte. On peut dire qu’il a bon appétit !

Que boit Poutine?

En 2010, le chef-cuisinier du Kremlin, Anatoli Galkine, a déclaré que Poutine préférait le vin ou la bière. Ce spécialiste de la gastronomie a d'ailleurs partagé la recette d’un cocktail spécial, bu par les convives lors des réceptions officielles : une grande quantité de glace, une goutte de jus de citron, de la menthe et 50 grammes (5 centilitres) de champagne. Galkine a certifié que cette boisson était vraiment désaltérante.

Lire aussi : «L’espion qui ne pouvait pas se rendre»: sept blagues de Vladimir Poutine

Plusieurs médias ont en outre avancé que le leader du pays appréciait les vins rouges d’Espagne. Apparemment, il aime aussi avaler un shooter de vodka après avoir mangé, ou une mesure de cognac du Daghestan.

Saveurs d’enfance

Poutine a un jour partagé les souvenirs qu’il avait de sa mère, qui « cuisait des tourtes avec du chou, de la viande, ou encore du riz, et des vatrouchki (tartelettes avec du tvorog) ». Cela explique d’ailleurs sûrement son penchant pour les tourtes.

Dans le livre La famille du président V. V. Poutine, rédigé par Alexander Poutine (son cousin éloigné) et publié en 2002, on en apprend un peu plus sur Spiridon Poutine, le grand-père de l’actuel chef d’État, qui travaillait en tant que cuisinier dans un restaurant de Saint-Pétersbourg, près du ministère de la Marine.

Lire aussi : Poutine or not Poutine: de qui sont ces déclarations fracassantes?

« En 1918, Spiridon a été invité à travailler à Moscou, dans les cantines du gouvernement, où il a alors cuisiné pour Lénine et l’élite soviétique. Il y a des rumeurs affirmant qu’il est plus tard devenu le cuisinier personnel de Staline, dans la résidence officielle de la présidence, à Valdaï », peut-on y lire.

Spiridon Poutine est décédé alors que Vladimir n’avait que 12 ans. Mais heureusement, avant la disparition de son grand-père, le futur homme fort du Kremlin a tout de même pu goûter à sa soupe de poisson et à l’agneau préparé par ses soins avec des herbes du Caucase.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer