Que représentait-on sur les vitraux en URSS?

Même les vitraux ont servi les buts propagandistes de l’art officiel soviétique. Les panneaux en verre attiraient l’attention de simples ouvriers et traitaient des thèmes accessibles au peuple: on y voyait Lénine, des soldats de l’Armée rouge, des symboles soviétiques, ainsi que le prolétariat.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que les vitraux sont devenus un élément populaire du décor architectural en Russie. Ces ornements en verre coloré se sont ainsi parfaitement mariés avec le style néo-russe, avant de devenir une partie intégrante de l’Art nouveau. « Les fenêtres ornées », comme on appelait les vitraux jusqu’au début du XXe siècle, étaient fabriquées dans les meilleures verreries, ateliers dont le pays ne comptait qu’une vingtaine.

Après la Révolution, la fabrication du verre a été nationalisée et s’est orientée sur la satisfaction des besoins usuels. Vers les années 1930, l’intérêt pour les vitraux a refait surface : au même titre que les mosaïques, ils sont devenus l’un des volets les plus spectaculaires de la propagande artistique.

« La paix aux nations ! Le pouvoir aux Soviets ! La terre aux paysans ! »

Sur la photo : une carte postale reproduisant les vitraux du Musée de l’Histoire politique à Saint-Pétersbourg, œuvre de l’artiste-monumentaliste Alexandre Korolev.

Leader de la Révolution

>>> Ces mosaïques communistes qui hantent dans les rues de Russie

32 vitraux dans toute leur splendeur ornent la station Novoslobodskaïa du métro de la capitale. Ils ont été réalisés par des spécialistes de Riga (Lettonie) en s’appuyant sur les croquis de l’artiste soviétique Pavel Korine, et ce, à partir des vitres destinées aux cathédrales catholiques lettonnes.

Vitraux du métro de Moscou

Ce musée a vu le jour au cours des années 1920 à Temriouk, dans la région de Krasnodar (Sud). La majeure partie de la collection est dédiée à la Seconde Guerre mondiale, à laquelle la ville n’a pas échappé. Sur les vitraux, on voit un soldat de l’Armée rouge, mais aussi un guerrier vêtu du costume national caucasien.

Vitraux du Musée d’histoire locale de Temriouk

Toute une série de vitraux, faisant 4m² chacun, a été réalisée en 1984 par l’artiste Sergueï Aprychko pour orner cette fabrique.

Vitraux de l’usine textile de Novotcherkassk

Plusieurs vitraux réalisés au cours des années 1980-1990 et consacrés à des sujets scientifiques ornent l’Université polytechnique de la capitale dite du Nord. C’est l’œuvre de l’artiste Boris Bestchastny.

Vitraux de l’Université polytechnique de Saint-Pétersbourg

Cette série « Quatre saisons » a été réalisée en 1991 par Iouri et Larissa Outenkov pour la Maison de culture d’une usine.

Et ce travail monumental réalisé en 1985 par ce même couple Outenkov orne la Salle de la mémoire du mémorial de la Seconde Guerre mondiale à Voronej.

Ce vitrail en verre miroir a été conçu par l’artiste lituanien Morkunas pour la pharmacie centrale de Moscou.

Cette composition monumentale de Morkunas ornait le stand russe à l’exposition internationale Expo-70 à Osaka, au Japon.

Dans cet autre article, nous vous expliquions pourquoi l'art soviétique est si esthétiquement agréable.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies