Ces groupes de heavy metal soviétiques devenus cultes

Le groupe Aria sur scène en 1987

Le groupe Aria sur scène en 1987

Igor Mikhalev/Sputnik
Le heavy metal était loin d'être aussi répandu en URSS que le pop rock, mais certains groupes de métal soviétiques sont encore appréciés de nos jours.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Tchiorny Kofé

À Moscou, en 1987

Le leader permanent du groupe de heavy metal Tchiorny Kofé (Café Noir), Dmitri Varchavski, affirme que l'histoire de son groupe a débuté avec leur première chanson en 1979. Cette année-là, Varchavski a rencontré Fiodor Vassiliev et ils ont commencé à jouer ensemble. Après quelques années, ils ont donné leur premier concert dans un club appelé Iskra (Étincelle) à Moscou en 1984. La même année, ils enregistraient leur premier album sur cassette intitulé Pridi i Vsio Vozmi (Viens et prends tout) avec de nombreuses chansons sur le thème de l'amour et de l'espoir. Tchiorny Kofé a donné de nombreux concerts devant des salles pleines, mais le ministère de la Culture de l'URSS considérait que les chansons du groupe étaient idéologiquement mauvaises, car elles n’étaient pas consacrées au socialisme. Elles n'ont été officiellement approuvées qu'en 1987 et le groupe a alors signé un contrat avec le label Melodia qui a mis à la disposition des musiciens un studio professionnel.

En 1992, Varchavski est parti aux États-Unis. Son objectif était d’y observer l'industrie de la musique. En 1999, il a décidé qu'il en avait assez appris et est revenu en Russie, ce qui a permis à Tchiorny Kofé de faire son grand retour. Le groupe a officiellement sorti 10 albums et continue de se produire, étant reconnu pour la qualité professionnelle de sa musique et ses textes consacrés à la liberté, à la culture russe et à la religion.

Legion

À Moscou, en 1987

Le groupe de heavy metal Legion s'est formé en 1979. C'était l'idée d'Oleg Tsariov, qui est devenu son leader et son guitariste basse. Le style de musique des débuts du groupe ressemblait à celui de Deep Purple et de Black Sabbath. Legion a été l'un des premiers groupes de métal soviétique à écrire ses propres compositions, au lieu de se contenter de faire des reprises. Les thèmes principaux de ses paroles étaient l'histoire, l’univers fantasy et l'héroïsme. Il a donné de nombreux concerts dans des clubs et est devenu un groupe culte au milieu des années 1980.

En 1988, Legion a fait une tournée en URSS couronnée de succès, mais dans ce cadre, Tsariov et le chanteur Alexeï Boulgakov ont eu de sérieux désaccords et le premier a donc quitté le groupe. L'une des raisons de ce conflit était leur style de heavy metal, correspondant à celui de la vieille école des années 1970 – tout le monde pensait qu'il était devenu obsolète. Le groupe a par conséquent cherché de nouvelles idées. Finalement, en 1992, il a sorti l'album Knights of Cross, qui était totalement original et ne ressemblait pas du tout à l'ancien style : c'était un mélange de métal progressif à la Mekong Delta et d'art rock à l’image d’Uriah Heep, mais qui perpétuait la tradition des thèmes lyriques du groupe. Aujourd'hui, Legion est toujours un exemple culte des groupes de métal russes : il a déjà sorti 10 albums studio.

Lire aussi : Comment le «Woodstock russe» est-il devenu réalité en Union soviétique?

Aria

À Moscou, en 1978

L'histoire du mythique groupe de heavy metal Aria a débuté le 31 octobre 1985, à la sortie de son premier album à succès, Mania Velitchia (Mégalomanie), dont les chansons étaient dédiées à l'amour et au courage. Une partie des membres avait déjà joué ensemble dans un groupe appelé Poïouchtchié Serdtsa (Les Cœurs chantants). La musique des débuts d'Aria rappelait le style d'Iron Maiden, en raison de l’influence significative du groupe britannique.

En 1987, des conflits au sein du collectif ont conduit à une rupture, à la suite de laquelle certains membres l’ont quitté et ont créé un nouveau groupe appelé Master. En 1994, le chanteur d’Aria, Valeri Kipelov, a beaucoup joué avec ce dernier, et l'année suivante, il l’a rejoint. En 2002, le groupe a changé de chanteur : Artour Berkout a pris la place de Kipelov. Aria se produit toujours et a travaillé avec des groupes étrangers comme UDO et Rammstein, mais aussi avec ses anciens membres.

Master

En 1987

Après un conflit au sein d’Aria en 1987, quatre membres ont formé un nouveau groupe. Il n'a pas été facile de trouver un chanteur, mais finalement, Mikhaïl Serychev a endossé ce rôle. Le style de musique s'est dessiné petit à petit au cours des mois de 1987 et s'est transformé en trash metal, après quoi Master a enregistré son premier album éponyme. Les thèmes des paroles étaient le fantastique, la guerre et l'amour. Un million d'exemplaires de l'album ont été vendus. L'année suivante, le groupe a fait une tournée en Pologne et en Belgique, où il a rencontré un grand succès, surtout dans ce second pays. Ils jouaient deux ou trois fois par jour dans des bars et des clubs et le public assurait souvent que Master devrait plutôt se produire dans des stades.

En 1991, le groupe a enregistré son premier album anglophone intitulé Talk of The Devil, conservant ses traditions lyriques. Il s'agissait d'une expérimentation et l’album devait Initialement sortir en Belgique, mais le label a fait faillite. En 1991, Mikhaïl Serychev a participé à l'enregistrement de la version russe du rock-opéra Jesus Christ Superstar dans le rôle du Christ. En 1999, Serychev a été remplacé par Alexeï « Lexx » Kravtchenko, avec qui Master continue de se produire et de sortir de nouveaux albums.

Gorky Park

Le groupe devant l'entrée du parc Gorki

Le groupe de glam metal Gorky Park était un cas soviétique particulier : il s'agissait d'un ambitieux projet de production d'un musicien de rock soviétique du nom de Stas Namine. Il avait décidé d'ouvrir son propre centre de production basé dans le parc Gorki, à Moscou. C'est de là que vient le nom du groupe. Le groupe Gorky Park a été créé dans ce centre en 1987. Les quatre musiciens étaient d'anciens membres du groupe Tsvety de Namine, mais le chanteur Nikolaï Noskov était totalement nouveau pour eux. Le style – le glam métal – n'était pas du tout commun pour la musique soviétique, contrairement aux États-Unis où il était en vogue. Leurs costumes étaient eux aussi particulièrement extraordinaires, bien qu'ils soient typiques de ce style.

Dennis Berardi, le président de la société Kramer Guitars, est devenu le manager américain du groupe, avec lequel ils se sont rendus outre-Atlantique pour réaliser de meilleurs enregistrements. C'est ainsi qu'est sorti leur premier album éponyme en août 1989. Les thèmes évoqués dans leurs morceaux étaient l'amour, l'espoir et la liberté. L'une de leurs chansons, intitulée Bang, s’est hissée à la troisième place du Top 15 de MTV. 450 000 exemplaires ont été vendus et au Danemark, l’album a été disque d'or. Le même mois, Gorky Park est retourné à Moscou pour jouer avec des groupes de renommée mondiale comme Bon Jovi et Scorpions au Festival de musique pour la paix de Moscou. MTV a diffusé l’événement dans 59 pays. Cependant, en 1990, Noskov a quitté le groupe. Sans lui, l'histoire du collectif a pris fin. Quelques tentatives de réunification ont été entreprises, et Gorky Park a réussi à sortir trois autres albums studio, mais sans réel succès.

Dans cet autre article, découvrez pourquoi Viktor Tsoï, roi du rock soviétique, est toujours aussi vénéré de nos jours.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies