Qui est Yana Vagner, auteur du roman Le Lac?

Pavel Kostomarov/Premier Studios, 2019; Ekaterina Tchstnokova/Sputnik
Le premier livre de Vagner, Le Lac, lui a valu la renommée en Russie puis a donné naissance à une série télévisée, lui apportant une célébrité internationale. Toutefois, lorsque Vagner a commencé à l'écrire chapitre par chapitre sur son blog, elle ne comptait nullement le publier sous forme de livre, encore moins le transformer en série à succès sur Netflix.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

« To the lake une sacrée bonne série russe sur Netflix »,a écrit Stephen King sur Twitter le 12 octobre 2020. La série réalisée par Pavel Kostomarov en 2019 est basée sur le romanVongozero de Yana Vagner. Sur fond de Covid-19, l'intrigue post-apocalyptique sur une famille moscovite fuyant la ville ravagée par un virus mystérieux a trouvé un écho auprès de milliers de téléspectateurs du monde entier.

To the lake est actuellement en cours de traduction dans 11 langues supplémentaires, en plus des versions russe et anglaise existantes, et a reçu une note de 7,2 sur IMDB sur la base de plus de 3 000 avis à ce jour. Une version sous-titrée en français est déjà disponible sur Netflix. 

Yana Vagner aurait difficilement pu imaginer un tel succès en 2011, lorsque le livre a été publié pour la première fois. En fait, elle ne souhaitait même pas devenir écrivain…

Comment un manager logistique est devenu écrivain

Yana Vagner est née en 1973 dans une famille soviétique bilingue, d'une mère tchèque et d'un père russe. Diplômée de l'Université d'État russe des sciences humaines en 1994, elle a jusqu'en 2010 travaillé comme traductrice et manager au sein d’une entreprise de logistique.

>>> Les douze romancières contemporaines russes à connaître absolument

Yana avait toujours été passionnée par les histoires post-apocalyptiques. À un moment donné, elle en a lu tellement qu’elle s’est rendu compte qu’elle avait dévoré toutes les bonnes œuvres. « Il y a une bonne stratégie : quand il vous manque une histoire, écrivez-la vous-même. Et c’est ainsi que j’ai inventé une épidémie survenue à Moscou, et pas ailleurs », se souvient Yana dans un podcast de Writer’s Coffee.

En 2008, elle a lancé un blog avec de courtes observations. Mais il s'agissait alors d'un récit fictif à la première personne d'un survivant après une épidémie de virus post-apocalyptique, qui est justement devenu viral en recueillant des centaines de commentaires et de réactions.

Selon le scénario, Moscou est frappée par un virus mortel inconnu qui infecte rapidement les habitants. Ils toussent du sang, leurs yeux deviennent blancs, perdent la raison et meurent peu après. Une famille et leurs amis essaient de fuir la ville, ce qui n’est pas une tâche facile - elle est encerclée par les forces armées qui ne laissent personne sortir. L’objectif des personnages est d’atteindre un lac reculé de la république de Carélie, au nord de la Russie, afin de se cacher dans une maison abandonnée et de survivre à la pandémie.

Comment Vongozero a vu le jour

En 2008, lorsque la crise financière a éclaté, la société dans laquelle travaillait Yana a mis la clé sous la porte. Vagner a décidé de se concentrer sur ce qui lui apportait de la joie - l'écriture. Elle a donc continué à raconter son histoire d'épidémie, publiant régulièrement de nouveaux chapitres. « C'était compliqué, car vous ne pouvez pas revenir en arrière et modifier le texte une fois qu'il est en ligne », se souvient Yana.

>>> Ces Russes faisant de leur quotidien une préparation à l’apocalypse

Lorsque le scénario est arrivé au point où les personnages atteignent le lac, Yana a réalisé que c'était déjà une longue histoire, ressemblant plus à un roman. Elle a admis que le récit à la première personne lui faisait peur. Mais si l’auteur n’a pas peur, le lecteur ne sera pas effrayé non plus, affirme Vagner.

« Je suis absolument sûre que tous les écrivains sont névrosés. Les gens heureux ne racontent pas d’histoire, ils n’en ont tout simplement pas besoin. Mais ceux qui ont une névrose, cachée ou ouverte, ont besoin de l'explorer, de creuser plus profondément. Et ce processus donne naissance à une variété d'œuvres littéraires bonnes ou mauvaises », a déclaré Yana dans une interview.

Vongozero a été publié en livre de poche quelques mois seulement après sa mise en ligne. Yana a rencontré un agent qui a offert son aide - et le livre a été publié par l'une des plus grandes maisons d'édition de Russie en 2011. Finalement, il a été traduit en 11 langues.

Le livre a été un succès total. Il a été nominé pour plusieurs prix littéraires russes prestigieux. En 2013, Yana a poursuivi l'histoire de ces survivants à l'épidémie. Les Gens vivants décrit leur quotidien dans la maison isolée sur le lac et explore les relations humaines particulières dans un espace clos. Les drames personnels et familiaux se sont donc à nouveau retrouvés au centre des préoccupations de l’écrivain.

D'un blog à Netflix

Inévitablement, une adaptation télévisée a suivi. La série To The Lake (le titre original russe est L’épidémie ou Эпидемия) réalisé par Pavel Kostomarov est sortie fin 2019 et est rapidement devenue célèbre au niveau national. C'était un projet coûteux pour les cinéastes russes, qui normalement ne bénéficient pas de budgets hollywoodiens. Selon les sources du journal Kommersant, un épisode coûtait jusqu'à 30 millions de roubles (environ 385 000 dollars) et il y en a huit.

>>> Cinq raisons de regarder «To the lake», une minisérie russe sur une épidémie

La série diverge légèrement de l'intrigue du livre. Le personnage principal de l’adaptation télévisée est un homme nommé Sergueï, tandis que le livre est écrit à partir du point de vue de sa femme, Anna. Plusieurs personnages ont été supprimés. Cependant, Yana admet que la série donne l'impression d'avoir gagné en rythme et en volume. « C'est un truc bourré d'action avec des poursuites, des rebondissements et qui est conçu pour un public de masse », affirme-t-elle.

Vagner n’a pas travaillé sur le scénario, mais elle l’a lu, a visionné le pilote et a même formulé plusieurs suggestions, qui ont été acceptées par les cinéastes. Elle a apprécié certains des rebondissements inclus par les créateurs de la série (pour ne citer qu'une chose, le fils d'Anna n'était pas autiste dans le livre), même si d'autres ont été jugés ridicules par Yana.

Netflix a acheté l'émission pour sa franchise Originals pour 1,5 million de dollars, battant le record de vente de droits internationaux d'émissions de télévision russe. Elle a rapidement atteint la troisième place du top 5 des émissions de Netflix dans le monde en octobre 2020, selon flixpatrol.com. Elle est actuellement toujours à la cinquième place.

Une autre œuvre sur le point d'être projetée

Le dernier roman de Yana Vagner, publié en 2017, Qui ne s’est pas caché ? (paru dans la traduction française sous le titre L'Hôtel) est un drame psychologique avec une trame détective hermétique comme fil directeur. Un groupe de vieux amis se rend dans un petit hôtel isolé dans les montagnes pour une escapade d'une semaine. À cause de la pluie verglaçante, ils restent coincés sur place. Peu de temps après, ils retrouvent l'un d'eux assassiné, et le suspense commence.

>>> Comment vit-on dans les lieux les plus reculés de Russie?

Encore une fois, Yana évoque l'amitié et explore à quel point les gens changent dans des situations extrêmes. Qu'est-ce qui pourrait se cacher au plus profond de l’âme de vos amis proches ? Les critiques comparent ce roman à la fois au Crime de l'Orient-Express d'Agatha Christie et à L’Histoire secrète de Donna Tart. Les droits pour une adaptation télévisée de L'Hôtel ont déjà été vendus. Vagner dit que la littérature contemporaine est une excellente source d'intrigues pour le cinéma et affirme apprécier le fait que de nombreux livres modernes soient vendus et adaptés en séries et films.

Malgré son succès, la vie de Vagner n’a pas beaucoup changé. Elle vit toujours en banlieue de Moscou dans une maison, le seul avantage de la vie d’écrivain étant qu’elle n’a pas besoin d’aller au bureau tous les jours.

« Les redevances pour la diffusion permettent à l'auteur d'oublier les problèmes financiers pendant un an. Vous n’aurez toujours pas de Rolls-Royce, mais un écrivain ne devrait pas compter là-dessus », estime Yana. Ceux qui veulent devenir riches rapidement devraient travailler dans la production cinématographique, ou songer à un travail sans lien avec l’écriture, conclut Yana Vagner.

Dans cet autre article découvrez six meilleurs films russes sur l'apocalypse et la vie après la fin du monde.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies