Devenir immortel, c’est possible? Ce Russe dit «oui» et a même un plan!

Archives personnelles, Getty Images
Alexeï Tourtchine, 47 ans, habitant de Moscou, étudie le thème de l’immortalité depuis des années. Selon lui, «passer au numérique» est notre meilleure chance de vivre pour toujours.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Bloqué chez lui en raison du confinement, comme beaucoup d'entre nous ces jours-ci, Alexeï Tourtchine ne se tourne pas les pouces. Il travaille non seulement sur son nouveau livre intitulé Immortalité, mais recueille régulièrement de grandes quantités de données sur lui-même - de l'ADN dans ses coupures d'ongles aux détails sur ses rêves en passant par des enregistrements sonores et des notes sur les choses qu'il fait tous les jours. Pourquoi ?

« Prolongateur de vie » assidu et défenseur de l'immortalité numérique, il croit que l'humanité assistera un jour à l'émergence d'une intelligence artificielle si forte qu'elle pourrait « télécharger » ces données personnelles dans son système, permettant ainsi à une personne de vivre pour toujours.

Comme il l’assure, l'accumulation de telles données n'est que l'une des trois options disponibles pour le moment.

>>> Ces Russes faisant de leur quotidien une préparation à l’apocalypse

La deuxième consiste simplement à survivre jusqu'à la création d'une puissante intelligence artificielle. « Jusqu'à présent, la principale cause de décès chez l'homme était le vieillissement et si nous pouvions apprendre à contrer ce processus, nous pourrions vivre jusqu'à 3 000 ans, dit-il. La lutte contre le vieillissement n'est qu'une première étape pour atteindre l'immortalité dans ce scénario. Si nous mourons, nous ne vivrons pas assez longtemps pour voir la création de technologies qui permettront aux humains de transformer notre corps en cyborgs, par exemple, et finalement de nous "télécharger" dans un supercalculateur ».

Il y a une troisième option - la cryonique, c'est-à-dire préserver le corps et/ou le cerveau dans de l'azote liquide à basse température dans l'espoir qu'un jour l'humanité puisse les ressusciter et en quelque sorte « scanner » le cerveau pour créer une copie numérique dans un supercalculateur.

 « L’immortalité numérique est inévitable »

Mais quand exactement une telle IA émergera-t-elle ? Dans 500 ans au plus tôt, affirme le chercheur russe.

« Le développement de l'IA se déroule assez rapidement, mais nous sommes encore loin de pouvoir "télécharger" un humain dans un ordinateur. Si nous voulons le faire avec une bonne probabilité de succès, alors comptons sur [l'année] 2600, pour être sûrs », note-t-il, ajoutant que des versions plus simples et imparfaites d'une telle IA pourraient même voir le jour au cours des deux prochaines décennies.

>>> En images: évolution des combinaisons de protection biologique du XVIIe siècle à nos jours en Russie

D’après lui, l'épidémie de coronavirus actuelle pourrait même jouer un rôle dans les progrès de la recherche dans ce domaine. « La pandémie augmentera l'intérêt du public pour la biologie, la virologie et la prolongation de la vie, car la Covid-19 a tendance à frapper plus souvent les personnes âgées. Par conséquent, nous verrons que nous avons besoin d'un système de santé plus efficace pour faire face à ces menaces. Cela pourrait potentiellement conduire les médecins à avoir plus de pouvoir pour déterminer nos priorités de recherche et rapprocher l'humanité d’un l'allongement de l’espérance de vie moyenne », fait valoir Alexeï.

L'humanité verra inévitablement l'émergence de l'immortalité numérique sous une forme ou une autre, mais ce que nous voyons actuellement dans les films et les émissions de télévision comme Transcendance ou Black Mirror n'est pas quelque chose que nous observerons dans les faits, dit le chercheur. « J'aime Westworld, mais ce n'est pas correct à 100%. Chaque émission de télévision doit avoir un conflit pour être divertissante, alors que dans la vraie vie, ce n'est pas toujours le cas , explique-t-il. Dans les œuvres de fiction, la super IA est souvent dépeinte comme sans âme ou imparfaite, mais ce ne sera pas nécessairement le cas ».

Selon lui, la situation idéale serait celle où l'humanité inventerait une IA qui soit son « amie » : « Elle sera intéressée par la préservation des valeurs humaines et pourra créer un modèle complet de notre histoire et recréer chaque individu comme partie de cette simulation. Ainsi, elle nous permettra de vivre "deux fois" ».

Dans cet autre article découvrez comment les Russes font face à la mort.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies