12 films d'horreur cultes russes

L’adaptation à l'écran de la nouvelle de Nikolaï Gogol « Viï » en 1967 demeure jusqu’à présent le seul exemple de film d'horreur soviétique. Source : kinopoisk.ru

L’adaptation à l'écran de la nouvelle de Nikolaï Gogol « Viï » en 1967 demeure jusqu’à présent le seul exemple de film d'horreur soviétique. Source : kinopoisk.ru

La Russie d’Aujourd’hui a sélectionné les 12 films russes les plus effrayants de tous les temps.

VII, DIX PETITS NEGRES, MONSIEUR LE DECORATEUR

Les premiers films d'horreur ont fait leur apparition avant même la révolution de 1917 mais n'ont malheureusement pas survécu jusqu’à nos jours. À bien des égards, ceci est lié à l’apogée du symbolisme et d'autres tendances décadentes en littérature, qui ont activement suscité un intérêt pour le mysticisme. Plus tard, sous l’URSS, quand le seul courant artistique acceptable était le réalisme socialiste, on ne tournait pas de films d’horreur. L’adaptation à l'écran de la nouvelle de Nikolaï Gogol « Viï » en 1967 demeure jusqu’à présent le seul exemple de film d'horreur soviétique. Durant la perestroïka, on note un regain d'intérêt pour ce genre. On a depuis tourné de nombreux films d'horreur, mais dans la plupart des cas, ce sont des films peu connus et à petit budget, les films les plus méritants sont généralement du genre du thriller.

1. Viï


Année : 1967

Réalisateur : Konstantin Erchov

Il est considéré comme le premier (et le seul) film d'horreur soviétique. Il est inspiré par une nouvelle de Nikolaï Gogol. C’est un des films soviétiques les plus vus en 1968 (32,6 millions de spectateurs).

Une nuit, le personnage principal, l’étudiant Khoma Brout, tue accidentellement une sorcière. Peu après, il est appelé à veiller pendant trois nuits une jeune femme, qui se trouve être la sorcière elle-même, qui veut désormais se venger de Khoma.

2. Dix petits nègres



Année : 1987

Réalisateur : Stanislav Govoroukhine

Plusieurs personnes qui ne se sont jamais vues auparavant se rendent sur une île isolée. Parmi elles, un militaire à la retraite, un médecin, une enseignante, un policier, un juge. En somme, des gens de différentes classes sociales.

Ils découvrent avec étonnement que le propriétaire, qui a envoyé l'invitation, est absent, et que le service est assuré par des domestiques n'ayant aucune idée de qui les a embauchés. En raison du mauvais temps, la liaison avec la terre est interrompue ; le bateau qui les a amenés ne revient pas. Les arrivants s’installent dans la maison et décident d'attendre que la situation s’éclaircisse.

3. Monsieur le décorateur

Année : 1989

Réalisateur : Oleg Teptsov

L’action de cette mystérieuse histoire, filmée dans le style Art Nouveau, a lieu au début du siècle dernier. Un artiste de génie rencontre un jour une superbe femme, ressemblant comme deux gouttes d'eau à l’une de ses créations.

LES CHIENS, FROLEMENT, LA SOURCE DES SERPENTS

4. Les chiens


Année : 1989

Réalisateur : Dmitri Svetozarov

Une ville abandonnée. Autrefois, elle était située au bord de la mer, mais l'eau a disparu, et le désert l’entoure désormais. De temps à autre apparaissent des meutes de chiens sauvages, abandonnés par l'homme. Afin de venir à bout des chiens, un groupe de chasseurs se rend dans la ville.

5. Frôlement

Année : 1992

Réalisateur : Albert Mkrtchian

L’inspecteur Andreï Kroutitski est chargé d'enquêter sur le mystérieux suicide d'une jeune mère. Avant de s'ouvrir les veines, Olga Maltseva a étouffé son propre fils avec un oreiller. L’amant d’Olga affirme qu'elle a été poussée au suicide par le fantôme de son père, qui a trouvé la mort il y a 12 ans lors d’un accident dans une usine chimique. Le fantôme lui apparaissait tous les jours, la persuadant de tuer son fils. Immédiatement après la conversation avec l’enquêteur, l'homme se donne également la mort.

6. La source des serpents

Année : 1997

Réalisateur : Nikolaï Lebedev

Une histoire provinciale, magnifiquement jouée dans l'esprit d’un film détective effrayant. La ville où se rend pour un stage Dina, élève de l’institut de formation des professeurs, est paralysée par la peur. Une série de mystérieux meurtres de jeunes femmes qui se ressemblent physiquement, force les gens à penser qu’un maniaque a élu la ville comme terrain de chasse.

LES FILLES MORTES, CARGO 200, MIRACLE

7. Les filles mortes


Année : 2007

Réalisateur : Pavel Rouminov

Recettes en Russie: 1 095 488 euros.

Trois filles maudites : l’homme qui tombe sous leur influence meurt trois jours plus tard. La malédiction a été créée par trois sœurs étranges, qui ont été tuées par leur propre mère. Au moment de leur mort, leur grande colère a donné naissance à la malédiction. En Russie, le film a été vu par plus de 247 000 spectateurs.

8. Cargo 200


Année : 2007

Réalisateur : Alexeï Balabanov

Recettes : 440 296 euros

URSS. 1984. Fin de l'ère soviétique. En province. La fille d’un membre du parti disparaît après être sortie de discothèque. Il n'y a pas de témoins. On ne retrouve pas les coupables. Le soir même, dans une maison en périphérie de la ville, une personne est cruellement assassinée. Le coupable est le propriétaire de la maison. Les deux enquêtes sont confiées au capitaine de police Jourov...

9. Miracle


Année : 2008

Réalisateur : Alexeï Prochkine

Recettes en Russie : 39 129 euros

Cette histoire que des religieux se transmettaient était connue sous le nom de Zoé pétrifiée en 1956. Durant une fête dans une ville soviétique perdue (la ville de Grechansk dans le film et selon l'histoire de Kouïbychev), une jeune fille du nom de Tatiana saisit dans un élan de folie et sans réfléchir l'icône de saint Nicolas et réalise une danse avec elle. Tout à coup, elle s’arrête, se tenant raide comme une colonne. Ses amis fuient terrorisés de l’isba, et la jeune fille reste immobile comme un pilier pendant de longues semaines.

IOULENKA, NOSFERATU, PHOBOS

10. Ioulenka


Année : 2009

Réalisateur : Alexandre Strijenov

Recettes en Russie : 2 262 070 euros

Le professeur d’un lycée de Moscou, Andreï Belov, quitte la capitale pour une ville de province. Dans l’école de filles locale, Andreï devient professeur principal. Rapidement, il ressent que les filles de sa classe se comportent bizarrement. Il s'avère qu'il y a eu au moins un suicide d’enfant : Sonia Yalinskaya a sauté par la fenêtre. Dans le carnet d’une des écolières, Andreï trouve une note qui dit: « Sauvez-nous ! ». Il se rend compte que ses étudiantes cachent un terrible secret.

11. Nosferatu. L’horreur de la nuit (dessin animé)

Année : 2010

Réalisateur : Vladimir Marinitchev

Recettes en Russie : 35 132 euros

Le jeune clerc Jonathan part vers des contrées lointaines, en Transylvanie, au pied des Carpates. Un lieu où, selon les contes et les films, vivent des loups-garous, des vampires, et le sombre comte Dracula.

12. Phobos. La discothèque de la peur

Année : 2010

Réalisateur : Oleg Assadouline

Recettes en Russie : 452 182 euros.

Une soirée d'été pluvieuse. Des jeunes se rendent dans la boîte de nuit en construction, Phobos, située dans le sous-sol d’un ancien abri antibombe. Dans un premier temps, la rencontre n’augure rien de mauvais. Cependant, la fermeture d'urgence des portes de l’abri se déclenche, et les lumières de la salle s’éteignent. Les prisonniers involontaires ne réalisent pas le danger de ce qui s'est passé : ils plaisantent, se font des frayeurs, mais ils vont bientôt découvrir que leurs téléphones mobiles sont hors service, et qu’ils n’ont averti personne de leur intention de se rendre à la discothèque ...

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.