Alchimie musicale: comment un mystérieux moine a fusionné folk russe et drum'n'bass

Artem Geodakyan /TASS
De vieilles ondes slaves, de la danse avec un ours et une personnalité mystérieuse: voilà ce qu'il faut pour être Neuromonakh Feofan.

Qu'obtenez-vous lorsque vous mixez du Drum and Bass (DnB), des vêtements traditionnels russes et de la musique folklorique ? Un groupe de musiciens russes déguisés en moines qui a pris d'assaut la Russie. Associé à une dose de mystère et à des performances live remarquables, Neuromonakh Feofan (« monakh » signifie « moine » en russe) est passé de la musique bidouillée dans sa chambre à une tournée mondiale en trois ans. Mais qui est Neuromonakh Feofan? Eh bien, c'est un peu difficile à dire.

La première chose que vous remarquez quand vous voyez Neuromonakh est la longue capuche qui couvre son visage. Son anonymat est sa carte de visite, à la fois en live et dans les clips musicaux. Cela peut sembler être un gadget au début, mais en réalité, l'homme derrière l'artiste n'a jamais officiellement révélé son identité, préférant l'image mystérieuse de son alter ego artistique.

Lire aussi : Monetotchka, popstar en passe de devenir le visage de la jeunesse russe

Dans une interview avec Iouri Doud (célèbre intervieweur russe), Neuromonakh a admis qu’il avait commencé par mixer les genres comme passe-temps de fin de soirée. Au fur et à mesure que sa musique décollait, passant d'un nombre relativement restreint d'auditeurs au grand public, il a fait ce que ferait tout musicien de DnB folklorique - il a créé un groupe et s'est aventuré sur le territoire inexploré de ce genre hétéroclite.

Le groupe n'a pas tardé à adopter une image correspondant à sa musique, ajoutant de l'authenticité à une combinaison de genres autrement bizarre. Les sarafans, les kossovorotkas et les sabots (vêtements traditionnels russes) sont devenus une composante indissociable de leur tenue sur scène. Ils sont allés encore plus loin en voyageant avec un ours - le stéréotype russe ultime. Eh même si c'est un membre du groupe déguisé dans un costume d'ours, il est malgré tout difficile d'imaginer quelque chose de plus symboliquement russe... sauf un ours dansant sur des chansons interprétées avec une balalaïka qui, comme vous l'aurez deviné, est justement l'instrument principal du groupe.

Leurs paroles se fondent également parfaitement dans l'ambiance « vieux slave » du groupe. Dans une de leurs chansons les plus célèbres, I Want To Dance (Je veux danser ), une chanson qui à bien des égards ressemble à une version russe du hit du début des années 2000 Because I got high par Afroman, Neuromonakh refuse de faire les tâches quotidiennes d'un paysan russe :

Je devrais couper l'herbe,
Je devrais aller chauffer le bania,
Je devrais aller nourrir le poulet,
Je devrais aller laver le sol dans la cabane,
Mais après tout, pas maintenant
Parce que maintenant je veux danser !

Lire aussi : Soundtrack à l'âme russe: huit chansons qui expliquent tout

C'est accrocheur, et même si la plupart des chansons du groupe sont placées dans un contexte historique éloigné du mode de vie urbain de la plupart des Russes modernes, elles sont étonnamment familières. Ce pourrait être lié à la relation du Russe moyen à la datcha (maison de campagne), où de nombreux Russes cultivent encore des fruits et légumes. Cela pourrait être la représentation sincère de la vie traditionnelle dans un nouveau contexte. Quoi qu'il en soit, Neuromonakh apporte sans aucun doute une nouvelle approche de la musique traditionnelle et de la danse.

Dans une interview avec le quotidien en ligne Meduza, le célèbre musicien russe Sergueï Chnourov (du groupe Leningrad) a décrit le groupe comme « une combinaison d’incompatibilités, ce sont athées orthodoxes, ce sont des communistes croyants ». Trois ans et des millions de vues sur YouTube, la sortie d'un album et d'innombrables tournées plus tard, une chose est claire : Neuromonakh est allé loin au-delà de la simple parodie musicale.

Avec leur dernier album ayant atteint le top 10 de l'iTunes russe et leurs concerts à travers le pays, qui leur ont valu le prix Yandex Performeur indépendant russe de l'année, ces moines méritent certainement d'être écoutés.

Si vous êtes mélomane, écoutez donc ces différentes chansons de folk contemporaine russe, il y en a pour tous les goûts !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies