Le Disciple, ou « Un Certain Regard » sur la Russie

Le réalisateur Kirill Serebrennikov.

Le réalisateur Kirill Serebrennikov.

service de presse du Centre Gogol
Le Disciple, film du metteur en scène russe Kirill Serebrennikov, fait partie de la sélection Un Certain Regard du 69ème Festival de Cannes. Retour sur l’œuvre d’origine et sur son adaptation dans un bref entretien du réalisateur avec RBTH.

Le nouveau film de Kirill Serebrennikov met en scène la crise d’adolescence de Veniamine, sa relation avec ses professeurs, ses camarades et sa mère célibataire.

Le Disciple est une adaptation au cinéma du spectacle du même nom, qui se joue depuis début 2015 au Centre Gogol, dont M. Serebrennikov est le directeur artistique. Il a basé sa réalisation sur la pièce Martyr du dramaturge allemand Marius von Mayenburg. « J’avais entendu parler de la pièce bien avant sa première berlinoise en 2012. J’ai écrit à Marius pour lui demander de m’en envoyer le texte, relate M. Serebrennikov. Après l’avoir lu, j’ai compris que cela pouvait être intéressant et important pour la Russie. Marius m’a autorisé à l’adapter pour notre public, [adaptation nécessaire, ndlr] car les réalités allemandes sont très différentes des nôtres ».

L’action se déroule dans une école russe moderne – « comme dans la plupart des cas chez nous, l’école est dirigée par une femme, plutôt que par un homme ». Elle met en scène des personnages typiques : « l’hystérique », une enseignante d’histoire coulée dans le moule de la période soviétique et un prêtre qui donne des cours de catéchisme à l’école - « il est orthodoxe bien sûr », précise M. Serebrennikov.
Le réalisateur explique que les problèmes soulevés par Le Disciple – « la présence de l’obscurantisme et du fanatisme religieux qui pèsent sur notre vie de tous les jours » – sont d’actualité et « préoccupent tout le monde ».

Le film a été tourné en août dernier dans la ville de Kaliningrad (enclave russe dans l’UE). En évoquant le tournage, M. Serebrennikov ne cache pas son émerveillement : « Ce fut l’un des mois les plus heureux de ma vie – tout était si simple et si facile [...] pas un moment sans que de l’aide nous soit fournie ».

« Par exemple, si le directeur photo Vlad Opeliants et moi disions : +Ce serait bien qu’il fasse gris demain !+, le lendemain, il faisait gris. C’est comme si nous avions tout le temps une aide. Nous avions une équipe de tournage et des acteurs très agréables », confie M. Serebrennikov.

Le réalisateur estime que la sélection de son œuvre pour la section considérée comme « l’antichambre » du Festival de Cannes est une excellente promotion pour son film : « hier, seuls ceux qui l’ont fait étaient au courant de son existence, et aujourd’hui, tout le monde le connaît ! ».

Le film était interprété par Yulia Aug, Viktoria Issakova et des acteurs du Centre Gogol. Le rôle du personnage principal, Veniamine, est incarné par le jeune acteur Piotr Skvortsov.

Kirill Serebrennikov est un célèbre metteur en scène et réalisateur. Son film Playing the Victim a reçu en 2006 le Grand Prix du Festival de Rome, et son film Betrayal a été nominé en 2012 pour un Lion d’Or à la Mostra de Venise. Le spectacle du Centre Gogol Les Idiots, basé sur un film de Lars von Trier a participé l’an dernier au Festival d’Avignon, et à l’été 2016, un autre spectacle, Les Âmes Mortes, participera à nouveau au concours.

Lisez aussi

Kirill Serebrennikov : « Le théâtre a été inventé pour désamorcer les révolutions »

Les Illusions d’Ivan Viripaev sur la scène du Théâtre de l’Aquarium

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.