En images: l’étonnant lac Baskountchak, plus grande réserve de sel de Russie

Le Baskountchak, situé dans la région d'Astrakhan, à la frontière kazakhe, compte parmi les lacs les plus salés du monde.

Le Baskountchak, situé dans la région d'Astrakhan, à la frontière kazakhe, compte parmi les lacs les plus salés du monde.

Alexeï Nikolaïev
Le lac Baskountchak, dans le sud de la Russie, n'est pas seulement une source majeure et inépuisable de sel, mais aussi une station balnéaire où les touristes peuvent profiter des qualités curatives de l'argile locale.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Depuis le VIIIe siècle, les gens y extraient du sel et l’acheminent sur la route de la soie vers l’Asie et l’Europe. Le lac a été mentionné pour la première fois dans des documents du VIIe siècle comme un lieu «où les gens cassent du sel aussi clair que la glace».
Le mot «Baskountchak» signifierait «tête de chien» dans diverses langues turciques. La légende raconte qu'un chien aurait tenté de traverser le lac alors que son niveau était au plus bas, mais ses pattes, meurtries par les cristaux de sel pointus, ne lui auraient permis d’en atteindre que le centre.
Les pluies auraient ensuite à nouveau rempli le lac et le corps du chien serait ainsi resté là, conservé intact par ce milieu salin. Plus tard, la tête de l’animal aurait longtemps pu être observée dépassant de l’eau.
De 1960 à 1963, le lac a été utilisé pour établir des records de vitesse automobile. Sur une piste circulaire de 20 km de long, 29 records soviétiques (dont 19 mondiaux) ont été établis.
Le lac est la plus grande source de sel de Russie, d'où sont extraits 80% de toute la production du pays. Pour transporter cette denrée, a été construite une voie ferrée qui relie le Baskountchak à la Volga.
L’on dit que le Baskountchak est inépuisable. Contrairement à de nombreux autres gisements, il est alimenté par de nombreuses sources qui lui fournissent de nouvelles et gigantesques réserves de sel.
Les rives du lac sont quant à elles composées d'argile curative. En été et automne, de nombreux touristes viennent donc ici pour se baigner dans l’eau salée et prendre des bains de boue.
L'eau du lac est si dense à cause du sel, même plus que dans la mer Morte, qu'il est impossible de s'y noyer. Quels que soient vos efforts, l'eau vous poussera toujours vers la surface.
Vous pouvez vous allonger à la surface du lac comme sur un canapé. Faites juste attention à ne pas avoir d'eau salée dans les yeux.

Lire aussi : Pourquoi les tsars russes adoraient-ils le lac Elton?

Les souches noires sur les rives du lac marquent les endroits où le sel est en train de cristalliser. Il convient de marcher avec précaution ici. La surface est plutôt solide, mais si vous commencez à sauter, vous risquez de tomber dans l'argile noire liquide qui se trouve sous la couche de sel.
Le désert steppique qui entoure le lac rend le climat local particulièrement hostile. Il n'y a tout simplement aucun endroit où se cacher. Si vous allez au Baskountchak, préparez-vous donc à un fort soleil, à un vent chaud et salé et à l’absence d’ombre.

Il est important d'emporter 3 à 5 litres d'eau fraîche avec vous. Elle sera certainement tiède après 10-12 minutes sous le soleil, mais au moins elle vous sauvera de la déshydratation.

De plus, vous en aurez besoin pour vous débarrasser du sel après une baignade – même si une autre option consiste à prendre une douche payante chez l’un des riverains.
Marcher sur le fond du lac n'est pas l'expérience la plus agréable, car il est couvert de sel épineux. C'est pourquoi beaucoup préfèrent se baigner chaussés.
Le sel est ici partout. On a parfois l'impression d'être au milieu d'un champ enneigé... jusqu'à ce qu'un vent chaud vienne briser cette illusion!
Au bord du lac Baskountchak se trouve le mont Bolchoïé Bogdo. Seule montagne de la dépression caspienne, elle est considérée comme sacrée par la population locale. On dit que le Bogdo aurait été consacré par le Dalaï Lama lui-même.

Dans cet autre article, retrouvez le récit photographique d’un Français s’étant justement aventuré jusqu’au Baskountchak.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies