Vytegra: à mi-chemin entre les capitales russes

Maison du marchand Nikolaï Veretennikov (construite en 1894). Le 28 août 2006

Maison du marchand Nikolaï Veretennikov (construite en 1894). Le 28 août 2006

William Brumfield
William Brumfield, historien et expert en architecture russe, nous dévoile les charmes de l’une des villes les plus visitées de Russie.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

En juin et juillet 1909, le photographe et chimiste russe Sergueï Prokoudine-Gorski a reçu une commande du ministère des Transports : il devait photographier le système de canal Mariinsk, dans le nord-ouest de la Russie.

Cette voie navigable connectait certains des plus anciens sites archéologiques de Russie. Elle met également en lumière des épisodes importants du développement de Saint-Pétersbourg, ville fondée en 1703 et désignée comme capitale de la Russie neuf ans plus tard. Confronté au défi de l’approvisionnement de la nouvelle capitale en céréales et autres produits essentiels depuis l’intérieur des terres, Pierre le Grand a lancé le développement d’un réseau de transport dont le but était de relier Saint-Pétersbourg au bassin de la Volga.

La voie navigable a été davantage étendue durant le règne de l’Empereur Paul (1796-1801), et en 1799 il fut nommé canal de Mariinsk en l’honneur de sa compagne, l’Impératrice Maria Féodorovna. Le système s’étendait de Saint-Pétersbourg au lac Ladoga en passant par la Neva, puis jusqu’au lac Onega en passant par le Svir. 

Au-delà du lac Onega, la voie navigable tournait au sud jusqu’à la rivière Vytegra, qui était reliée à la rivière Kovja par un canal et allait jusqu’au lac Beloïe. Ce dernier était quant à lui drainé par la rivière Cheksna, qui débouchait sur l’important port céréalier de Rybinsk, sur la Volga. Ainsi, Saint-Pétersbourg était reliée aux vastes ressources du bassin de la Volga.

Lire aussi : La cathédrale de la Dormition de Smolensk hier et aujourd’hui 

Un centre de commerce

Vue vers le nord-est depuis le canal Mariinsk. Arrière-plan: cathédrale de la Résurrection, manoir Kouznetsov. Été 1909

Un point essentiel de l’itinéraire de Sergueï Prokoudine-Gorski sur le canal Mariinsk a été la ville de Vytegra, qui tirait son nom de la rivière sur laquelle elle était située. De nos jours, cette petite cité (environ 10 000 habitants) dans le nord-ouest de la région de Vologda pourrait donner l’impression d’être assez reculée. Cependant, avec la finalisation du canal de l’ère soviétique de Volga-Baltique au début des années 1960, Vytegra s’est retrouvée à peu près à mi-chemin sur la grande voie navigable qui relie Moscou à Saint-Pétersbourg (alors appelée Leningrad). 

Par conséquent, on pourrait dire que Vytegra est l’un des endroits les plus visités en Russie, en dehors des deux plus grandes villes. Tous les étés, des milliers de touristes qui font la croisière populaire entre Moscou et Saint-Pétersbourg passent directement devant Vytegra. J’ai fait le voyage plus d’une fois, mais ma visite la plus approfondie de cette région s’est faite en prenant la route depuis Kadouï (près de Tcherepovets) en août 2006, presque un siècle après Prokoudine-Gorski.

La première référence à Vytegra date de 1496, quand le village était un arrêt sur la route commerciale médiévale entre le centre de commerce de Novgorod la Grande et le bassin fluvial de la Cheksna.

Rivière Vytegra avec les vestiges du canal Mariinsk à l'écluse de Saint-Serge. Arrière-plan: bâtiment en bois du XIXe siècle. 28 août 2006

En 1710, un petit chantier naval fut construit sur le cours d’eau proche de Viangui (un affluent de la Vytegra) afin d’assurer une liaison sur la route difficile entre la capitale naissante de Saint-Pétersbourg et « la fenêtre sur l’Ouest » précédente de la Russie : le port de la mer Blanche d’Arkhangelsk, fondé à la fin du XVIe siècle. 

Avec le développement progressif de la voie navigable vers le sud, le village s’agrandit. En 1773, Catherine la Grande approuva sa désignation en tant que ville (un statut légal important) et lui redonna le nom de « Vytegra » d’après la rivière principale. En 1776, Vytegra était devenue le centre administratif d’une grande région qui s’étendait au-delà du bassin de la rivière Vytegra. En effet, la ville fut rapidement considérée comme une concurrente à Petrozavodsk sur la rive occidentale du Lac Onega (désormais la capitale de la République de Carélie).

Manoir Kouznetsov (1787), à l'angle de la perspective Lénine et de la perspective Sovietski.  28 août 2006

Le système de canal Mariinsk, qui avait une série complexe d’écluses à l’intérieur et autour de la ville, a apporté un élan majeur à l’enrichissement de Vytegra après son ouverture officielle en 1810. Chacune de ces écluses portait le nom d’un saint. Des améliorations considérables ont été apportées dans les années 1890.

Des signes de prospérité

Jusqu’au XXe siècle, les bâtiments de Vytegra étaient principalement faits de bois, chose typique dans les provinces russes. La prospérité de la ville en tant que plateforme commerciale sur un canal majeur permit la construction de plusieurs structures importantes en brique au début du siècle dernier.

Maison Vikouline, au 54 perspective Lénine. 28 août 2006

Les vues générales de Prokoudine-Gorski contiennent des bâtiments administratifs, des maisons de commerçants, des écoles et des églises. Comme le montrent mes photographies, certains de ces bâtiments ont été préservés, tandis que d’autres ont été démolis ou sont méconnaissables. 

Rivière Vytegra. Vue du pont Sivers avec le chemin de halage de l'écluse Saint-Serge. Arrière-plan: clocher et cathédrale de la Résurrection (1796-1800), vue nord-ouest. Été 1909

La cathédrale de la Résurrection, bâtie entre 1796 et 1800 dans un style qui mélange des éléments simplifiés des styles baroque et néoclassique est un parfait exemple. Dans deux des photographies de Proukoudine-Gorski, la cathédrale est partiellement visible depuis l’Ouest, avec son clocher et sa flèche.

Maison de la culture (modifiée à partir de l'ancienne cathédrale de la Résurrection), 5а perspective Lénine. Vue sud-est avec l'abside semi-circulaire qui contenait l'autel principal. 28 août 2006

Au début de la période soviétique, la cathédrale a été fermée et même reconvertie en club pour bateliers, avant de devenir une Maison de la Culture par la suite. Une comparaison de la photographie de Prokoudine-Gorski avec la mienne révèle que cette conversion a impliqué de raser la tour du clocher et de détruire la structure supérieure avec ses coupoles afin d’effacer les traces de son ancienne fonction religieuse.

Caserne de pompiers et tour de guet avec des membres des pompiers et de l'administration locale. À gauche : vue partielle des galeries commerciales. Été 1909

Prokoudine-Gorski a aussi photographié la caserne de pompiers principale, avec sa grande tour de surveillance. Pendant la période soviétique, la tour a été détruite, et les allées commerçantes adjacentes ont été considérablement reconstruites.

Lire aussi : Les trésors architecturaux du monastère Saint-Cyrille-Belozersk 

Des monuments à la foi

Église de la Purification (1869-1873), vue sud-est. 28 août 2006

Aujourd’hui, le monument architectural primordial de Vytegra est la grande église de la Purification, bâtie sur le site d’une ancienne église dans un style « néo-byzantin » standard et consacrée en 1873. Pendant la période soviétique, le bâtiment devint un musée local d’histoire, mais sa forme extérieure fut quant à elle préservée. Désormais, l’intérieur a été consacré à nouveau pour pouvoir servir à l’Église orthodoxe.

Église de la Purification, vue nord-ouest. 28 août 2006

Hélas, Prokoudine-Gorski n’a pas photographié l’église de la Purification. En son temps, la voie navigable de Mariinsk suivait la rivière Vytegra qui remontait le long du centre-ville. Il avait placé sa caméra volumineuse sur la rive sud du canal et photographié en direction du Nord, tournant donc le dos à l’église.

Pendant les années 1950, le canal Volga-Baltique, bien plus large, a été dévié vers le sud pour être coupé et contourner le centre de la ville. L’Église de la Purification se trouvait alors au nord du nouveau canal. Ses coupoles sont désormais visibles depuis les bateaux de croisière qui passent par les écluses du canal de Vytegra.

Chapelle de Saint Isaac de Dalmatie (1881). 28 août 2006

Ceux qui descendraient du bateau pour explorer la ville trouveront une ravissante surprise sur le terrain de l’église. La petite chapelle de Saint Isaac de Dalmatie, bâtie en 1881, était située à l’origine au sud de la ville sur un promontoire connu sous le nom de colline de la Conversation. Son nom était dérivé d’une rencontre qui aurait soi-disant eu lieu entre Pierre le Grand et la population locale, pendant laquelle le tsar parla de son rêve : un canal reliant les rivières Vytegra et Kovja.

Avec la finalisation de la construction du canal Volga-Baltique et le remplissage du réservoir de Vytegra en 1961, cette chapelle festive en rondins était en proie à l’inondation. Heureusement, elle a été démantelée puis déplacée vers sa position actuelle. C’est aujourd’hui une chapelle active, un incontournable que les jeunes mariés veulent visiter pour y être photographiés.

La « maison des merveilles »

Maison Matveïeva (aujourd'hui un jardin d'enfants), 41 rue Tsiouroupa (ancienne noblesse). Façade donnant sur le ruisseau Viangui. Au premier plan: abri en bois au-dessus de la source d'eau. 28 août 2006

Pendant ma visite en 2006, le centre de Vytegra avait encore plusieurs bâtiments qui dataient du XIXe siècle et du début du XXe. (À la fin du XIXe siècle, Vytegra avait 17 maisons en briques et 470 en bois.)

Bâtiment Loparev (1902), 52 perspective Lénine.  28 août 2006

Ma préférée est la maison Matveïeva en bois, bâtie en 1879 puis changée en refuge pour les personnes âgées démunies par la veuve Evdokia Matveïeva en souvenir de son mari commerçant.

Lycée féminin Saint-Nicolas (1910), perspective Sovietski.  28 août 2006

Pendant la période soviétique, la maison Matveïeva fut convertie en garderie, fonction qu’elle remplit toujours aujourd’hui. Son nom de Maison des Merveilles (tchouda-dom) lui a été donné par les enfants, de par son architecture singulière avec des balcons, des porches et des mansardes dont les fenêtres donnent sur le ruisseau Viangui.

Manoir Galachevski (1804), 62 perspective Lénine.  28 août 2006

Juste en dessous de la maison se trouve une source naturelle où les habitants viennent pour prendre de l’eau pure. Debout depuis toutes ces décennies, la maison Matveïeva mérite bel et bien sa merveilleuse réputation.

Manoir Galachevski, balcon en fonte. 28 août 2006

Au début du XXe siècle, le photographe russe Sergueï Prokoudine-Gorski a mis au point un processus complexe pour prendre des photographies en couleur. Entre 1903 et 1916, il a voyagé au travers de l’Empire russe, et a pris plus de 2 000 photographies en utilisant ce processus qui impliquait trois expositions sur une plaque de verre. Il a quitté la Russie en août 1918 pour finalement s’installer en France avec une grande partie de sa collection de négatifs sur plaque de verre, ainsi que 13 albums de tirages contacts. Après sa mort à Paris en septembre 1944, ses héritiers ont vendu la collection à la bibliothèque du Congrès américain. Cette dernière a numérisé la collection de Prokoudine-Gorski et l’a mise en libre accès pour le public au début du XXIe siècle. Quelques sites internet russes en proposent désormais des versions. En 1986, l’historien de l’architecture russe et photographe William Brumfield a organisé la première exposition des photographies de Prokoudine-Gorski à la Bibliothèque du Congrès américain. À partir de 1970, Brumfield, travaillant alors en Russie, a photographié la majorité des sites visités par Prokoudine-Gorski. Cette série d’articles juxtaposera les vues de Prokoudine-Gorski sur les monuments architecturaux et les photographies prises par Brumfield plusieurs décennies plus tard.

Dans cet autre article, William Brumfield vous emmène à la découverte des superbes églises en bois du littoral de la mer Blanche.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies