En images: la cité antique de Derbent, porte russe vers l’Orient

Photographie d'archives
Selon les archives, les murs de la ville de Derbent sont apparus sur les rives de la mer Caspienne il y a près de 2.000 ans. Découvrez cette ville du Daghestan au travers de photographies historiques.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

L'Académie russe des sciences fait remonter la première population de la cité au IVe siècle avant J.-C.. Or, bien que Kertch ait revendiqué le titre de cité la plus ancienne du pays après l'intégration de la Crimée à la Russie, Derbent reste l’une de celles dont les origines remontent le plus loin.
Elle est située sur le rivage de la mer Caspienne, là où les montagnes du Grand Caucase s'étendent vers les eaux, formant le Grand Passage du Caucase.
Les anciennes tribus de la région étaient sédentaires et pratiquaient l'agriculture.
Le christianisme est arrivé à Derbent en 313, lorsqu’Ournaïr, le souverain de l'Albanie caucasienne, l'a institué officiellement. La cité, partie de cet État, est tombée sous l'influence de cette religion, et ce, bien avant le baptême de la Russie, pays qu'elle n'intègrera que 1500 ans plus tard.
Les fortifications que l'on rencontre en visitant Derbent ont été érigées pour se défendre contre les attaques constantes des nomades – les Huns et les Khazars – au cours des V-VI siècles.
La citadelle de Naryn-Kala fait partie de la forteresse de Derbent, qui est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.
Au VIIe siècle, les Arabes musulmans ont apporté leur propre religion à Derbent et l’islam prédomine aujourd’hui tant dans la cité que dans l’actuelle République du Daghestan tout entière. Au début du VIIIe siècle, Derbent est devenue le principal point d'appui local du Califat caucasien.
Derbent a véritablement prospéré entre les VIIIe et XIIIe siècles, lorsqu’elle est devenue l'une des villes les plus importantes de la période médiévale.

Lire aussi : La mosquée la plus ancienne de Russie, toujours debout après 1.300 ans d'histoire

En 1222, l'armée de Gengis Khan est apparue devant les murs de la cité. Au début, cette dernière a réussi à repousser les Mongols, mais en 1239, Derbent est finalement tombée.
Au fur et à mesure que l'État russe devenait une force avec laquelle il fallait compter, son intérêt pour la ville augmentait. Tout comme Saint-Pétersbourg est considérée comme la fenêtre de la Russie sur l'Europe, Derbent était vue comme la porte vers l'Orient.
En 1722, Pierre le Grand a débarqué sur la rive nord du Daghestan et s’est dirigé vers Derbent. Après avoir reçu les clés de la ville, l'empereur russe y a passé la nuit. La légende veut que Pierre ait personnellement fait un trou dans le mur de sa chambre pour créer une fenêtre donnant sur la mer.
Cependant, Derbent n’intègrera la Russie que bien plus tard, en 1806. La région ne sera pas sûre pour les troupes russes pendant un certain temps.
Durant une longue période au XIXe siècle, le Daghestan a subi la guerre du Caucase, au cours de laquelle l'armée de l'Empire russe s'est battue pour l'annexion des régions montagneuses de Ciscaucasie.
La région n'a pas non plus été épargnée lors de la Révolution d'Octobre et de la guerre civile qui a suivi entre les Armées rouge et blanche, ainsi que lors de la Seconde Guerre mondiale.
Aujourd'hui, par temps de paix, tout le monde peut visiter Derbent et sa citadelle autrefois inaccessible pour s'émerveiller de l'histoire ancienne qui imprègne les murs de la cité antique.

Dans cet autre article, retrouvez notre guide touristique ultime pour un voyage inoubliable au Daghestan.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies