Ces lieux énigmatiques de Moscou aux origines insoupçonnées

Legion Media
Les fonctions de ces trois sites historiques de Moscou sont difficiles à définir à première vue.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Lobnoïé mesto

Le Lobnoïé mesto est apparu sur la place Rouge au milieu du XVIe siècle. La tradition la plus populaire des touristes ici est de lancer une pièce de monnaie de sorte à essayer d’atteindre le centre de la structure. Malgré la popularité de ce site, beaucoup de gens ne sont pas conscients de sa vocation première.

La structure même de l'installation – un podium rond en pierre sur une élévation – ne laisse aucun indice à l'homme moderne sur son passé. En outre, il existe depuis de nombreuses années une légende parmi la population, mais qui n'a rien à voir avec la vérité, selon laquelle le Lobnoïé mesto aurait été créé pour procéder à des exécutions publiques brutales.

Cependant, il est fort probable que des exécutions n'aient jamais eu lieu ici. Pour cela, il y avait des endroits spéciaux à Moscou – des échafauds en bois sur les places Bolotnaïa et Loubianka.

Au XVIIe siècle

Le Lobnoïé mesto était en réalité destiné à la déclaration des décrets du tsar et des actes de l'État par les crieurs publics. Par exemple, à l'époque pré-Pierre le Grand, les noms des patriarches et des héritiers du trône étaient révélés ici. Ce lieu était également utilisé pour exposer périodiquement les saintes reliques. C'était donc une sorte de tribune de l'époque et elle était située sur le « vzlobié » (mot duquel est dérivé son nom), c’est à dire tout en haut de la rive de la rivière Moskova.

Kouznetski most

Le nom de cet endroit, qui est devenu une grande zone piétonne dans le centre de Moscou ces dernières années, peut sembler un mystère pour beaucoup. Pourquoi « Kouznetski most » (ce qui signifie le « pont du forgeron ») ? Si avec « Kouznetski », c'est plus ou moins clair (au XVe siècle, a ici été fondé le quartier des forgerons), en ce qui concerne le pont, les choses se corsent.

Le quartier des forgerons était situé sur la rive gauche de la rivière Neglinka. Or, un pont en bois a enjambé cette dernière jusqu'à la seconde moitié du XVIIIe siècle. En 1754, il a été remplacé par un nouveau pont en pierre blanche, conçu par le célèbre architecte russe Dmitri Oukhtomski. Les approches du pont sont devenues une rue, qui a alors reçu le nom de Kouznetski most.

Lire aussi : Comment la place Rouge a-t-elle fait son apparition à Moscou?

Cependant, la rivière Neglinka sortait régulièrement de ses berges, ce qui provoquait des inondations dans la ville. C'est pourquoi il a par la suite été décidé d’enfermer le cours d’eau dans un canal souterrain.

Au XVIIIe siècle

Le pont en pierre blanche n'a pas été détruit, mais simplement recouvert de terre. Plus tard, lors de fouilles pendant des travaux de construction, le monument a été préservé. Ainsi, aujourd'hui, lors d’une promenade à Kouznetski most, il ne faut pas oublier que le pont se trouve ici, sous nos pieds, mais ne peut tout simplement pas être vu.

Fortifications de Strokino

À l'est de Moscou, dans le district d'Izmaïlovo, il existe un objet historique unique – un système de remparts de terre ronds, qui ne peut être pleinement vu que du ciel. Le diamètre du plus grand d'entre eux est d'un demi-kilomètre, et sa hauteur est d'environ deux mètres. Au milieu de celui-ci, il y a des fortifications plus petites ainsi qu’une île et l'étang qui l'entoure. Il s’agit des fortifications de Strokino et elles sont considérées comme l'un des endroits les plus mystérieux de Moscou.

Cet objet est très inhabituel en raison de sa forme idéalement ronde, qui n'est pas des plus typiques pour la Russie. C'est la raison pour laquelle diverses légendes ont vu le jour à son sujet. Selon la version la plus courante, ce lieu aurait servi autrefois de redoute militaire pour les bataillons d’amuseurs de Pierre le Grand.

Cependant, en réalité, ce site n’est autre que les vestiges d'une briqueterie, sur le même territoire que celui où se trouvait un parc à bétail. La fabrique elle-même est apparue dans la seconde moitié du XVIIe siècle, et nous ne pouvons la voir que sur les plans et dessins de 1660 du greffier de l'Ordre des affaires secrètes Piotr Koudriavtsev. Les briques produites ici ont très probablement servi à construire la cathédrale, la tour et les portes de l'île d'Izmaïlovo, qui se trouve à proximité.

Plans de 1660

En URSS, le territoire des fortifications a été accordé au sovkhoze de jardinage décoratif d'Izmaïlovo. Cette ferme d’État existe encore aujourd'hui : sa forme de propriété a changé, mais le nom soviétique a été conservé. Son territoire est fermé à la visite, de sorte qu'aujourd'hui, il est impossible pour un touriste ordinaire de visiter ce lieu d’apparence énigmatique.

Dans cet autre article, nous vous présentons des objets archéologiques de Russie aux origines inexplicables.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies