Dix endroits incontournables de Crimée à explorer à tout prix

Cette pittoresque péninsule de la mer Noire est célèbre pour ses plages, ses montagnes, ses vignobles, ses palais et sa riche histoire. Nous vous présentons sans plus tarder ce que vous ne devez manquer sous aucun prétexte lors de votre venue.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Sébastopol

Il vaut mieux, bien sûr, voyager en Crimée en commençant par sa capitale, Sébastopol. C'est une ville de gloire militaire, où la flotte russe de la mer Noire est basée. Sur un bateau touristique, vous pouvez faire un tour depuis le Quai des comtes dans la baie de Sébastopol et voir de nombreux navires, y compris de combat. N'oubliez pas de visiter le majestueux panorama « La Défense de Sébastopol », qui narre la guerre de Crimée de 1854-1855.

L'une des principales attractions de la ville sont les ruines de l'ancienne cité grecque de Chersonèse. Au Xe siècle, elle appartenait à Byzance et, selon une légende, c'est là que Vladimir, prince ayant converti la Russie à l’orthodoxie, aurait embrassé cette foi.

Foros

Église de la Résurrection

Foros est le point le plus méridional de la Crimée. Il s’agissait autrefois d’un lieu de peuplement antique, et à l'époque soviétique, la nomenklatura du Parti s’est éprise de sa côte rocheuse pittoresque, caractérisée par un climat doux, une agréable brise et une forêt de pins, et y a donc fait établir des sanatoriums. Ces établissements de remise en forme sont d’ailleurs encore aujourd’hui opérationnels.

La principale attraction de Foros est l'église de la Résurrection, datant du XIXe siècle et construite sur une falaise abrupte. N'oubliez pas de monter de l'église vers les montagnes, et dans le petit restaurant du col des Portes de Baïdar (Baïdarskié Vorota), essayez les meilleurs tcheboureks (chausson fourré, plat typique tatar, la Crimée abritant l’ethnie des Tatars de Crimée) de la péninsule, et ce, en profitant d’une vue somptueuse.

Balaklava

Dans la baie sinueuse de Balaklava, vous pouvez contempler un incroyable paysage naturel, ainsi qu'une véritable marina criméenne, où l'on trouve toutes sortes de yachts et de bateaux. Nous vous recommandons vivement de louer une vedette et de faire une promenade dans la baie jusqu'aux grottes rocheuses, en pleine mer.

Toutefois, la chose la plus intéressante à Balaklava est peut-être le Musée historique militaire. Il est situé dans un complexe souterrain, où à l'époque soviétique se trouvaient des abris et des installations de réparation pour les sous-marins, ainsi qu'un arsenal avec des obus nucléaires.

Yalta

Il existe de nombreuses façons de se rendre à Yalta depuis l'aéroport de Simferopol, mais nous vous conseillons d'essayer le plus long itinéraire de trolleybus au monde – 86 kilomètres sur une route de montagne des plus pittoresques, surplombant la mer.

Yalta est la capitale officieuse de la côte sud de la Crimée, et c'est l'une des stations balnéaires les plus populaires de la péninsule, célèbre pour ses plages de sable. Aussi Yalta s’avère être une ville de fête, où la vie apparait toujours en ébullition. De nombreux restaurants y servent du poisson et des fruits de mer frais, tandis que sur la longue promenade l’on rencontre toujours beaucoup de monde, des artistes de rue et des magiciens.

À Yalta, aimaient également se reposer et se soigner les écrivains russes – Anton Tchekhov a passé les six dernières années de sa vie ici, et maintenant sa datcha a été transformée en musée. Sur les quais se trouve un monument à ce dramaturge et à sa « dame au petit chien », personnage d’une pièce dont l’intrigue se déroule en ces lieux.

Nid d'hirondelle

Non loin de la ville se trouve enfin une carte de visite de la Crimée – le château du Nid d'hirondelle, de style gothique. Le must est d’effectuer une promenade en bateau le long de la côte et de contempler depuis les eaux cet édifice situé au sommet d'une falaise escarpée.  

Aï-Petri

Outre les loisirs en mer, la Crimée est célèbre pour ses montagnes. L'un des points les plus élevés est la montagne Aï-Petri (1 234 m), qui est reliée à l'un des plus longs téléphériques sans pylônes d'Europe. Cependant, pour arriver au sommet, vous pouvez opter pour une  route ordinaire (enfin, il s’agit plus d’une serpentine extrême), en profitant du trajet pour admirer la chute d'eau Outchan-Sou.

Tout en haut, faites une halte au restaurant afin de découvrir les plats de la cuisine nationale des Tatars de Crimée – pilaf, lagman et tcheboureks –, ainsi que les vins locaux. N'oubliez pas de vous habiller chaudement – il y a beaucoup de vent à cette altitude.

Aloupka

Palais Vorontsov

Cette petite cité thermale est surtout connue pour son palais Vorontsov, construit dans le style anglais. Au XIXe siècle, un magnifique parc de plus de 40 hectares a été aménagé autour de la demeure et aujourd'hui encore, il attire l'attention des touristes et vacanciers. Il présente un paysage intéressant, de nombreuses sculptures, des fontaines, des terrasses, ainsi que plus de 200 espèces de plantes apportées du monde entier.

Qui plus est, Aloupka offre une vue incroyable sur Aï-Petri et la mer, c'est pourquoi le célèbre peintre mariniste Ivan Aïvazovski aimait travailler ici, et qu’en son honneur a été nommée une falaise.

Palais de Livadia

Non loin de Yalta se trouve l'un des plus luxueux palais de Crimée et la résidence d'été de l'empereur Alexandre II. Les tsars russes avaient l'habitude de faire venir leur famille ici durant la belle saison. Plus tard, Nicolas II y a d’ailleurs construit un bâtiment séparé pour lui-même.

Palais de Livadia

À l'époque soviétique, ce palais impérial a été transformé en sanatorium pour les ouvriers et les paysans, où le célèbre écrivain Maxime Gorki a été soigné. Ensuite, pendant la Seconde Guerre mondiale, Livadia a accueilli une conférence des dirigeants des alliés de la coalition anti-hitlérienne – Joseph Staline, Winston Churchill et Franklin Roosevelt.

C’est précisément dans ce palais qu’a été installé le héros du roman de Jonathan Lithell Les Bienfaisantes, dans lequel l’écrivain franco-américain décrit des promenades sur l’« allée impériale ».

Massandra

Massandra

Dans le village de Massandra se trouve une autre résidence impériale d'été avec un ravissant parc à la française. Cependant, aucun des tsars n’y a séjourné longtemps, préférant Livadia.

Visiter la Crimée et ne pas goûter le vin local est un crime. Le domaine viticole de Massandra propose des visites et des dégustations dans ses huit succursales de Crimée. Vous pouvez y visiter le vignoble, vous promener dans la cave à vin, ou encore observer le processus de vinification.

Eupatoria et le lac rose Sassyk

Cette ville est idéale pour des vacances avec des enfants – elle possède des plages de sable et une mer chaude peu profonde. À Eupatoria, une quantité considérable de camps d'enfants demeurent également depuis l'époque soviétique. On y trouve par ailleurs un monastère musulman unique en Crimée, datant des XV-XVIe siècles, ainsi que la mosquée Djouma-Djami, remontant au XVIe siècle. Ces lieux rappellent la domination séculaire de l'Empire ottoman sur la péninsule.

Mosquée Djouma-Djami

Non loin d'Eupatoria, vous est en outre accessible un véritable miracle de la nature – le lac Sassyk, qui n'est séparé de la mer Noire que par une étroite bande de terre. La couleur de ce lac est unique – elle varie du rose au rouge vif. Son secret réside dans les microorganismes qui y vivent et qui produisent du carotène. Dans le lac, les Grecs de l'Antiquité extrayaient du sel, qui a ensuite été également utilisé à la table des tsars russes. Sous cette couche de sel, se cache une boue curative, elle aussi très prisée.

 Lac Sassyk

Kertch

Kertch est située sur la côte orientale de la Crimée et est la première ville qui accueille les visiteurs sur la péninsule depuis le pharaonique pont de Crimée. Kertch est la plus ancienne ville de Russie et on pense qu'elle a été fondée par les Grecs de l'Antiquité à la fin du VIIe siècle avant Jésus-Christ.

Église Saint-Jean-Baptiste

Par miracle, Kertch a conservé les preuves historiques de toutes les périodes de l'histoire de la Crimée, qu’il s’agisse de ruines antiques, d’une basilique byzantine du VIIIe siècle, d’une forteresse turque du XVIIe siècle, ou d’une forteresse russe du XIXe siècle.

Dans cet autre article, nous vous relatons comment la Crimée a été intégrée à l’Empire russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies