De Voronej à Novgorod la Grande: cinq villes russes sous-estimées

Legion Media
Cette année, pourquoi ne pas visiter des villes russes hors des sentiers battus? Découvrez ces joyaux historiques et ces vues spectaculaires que vous ne trouverez ni à Moscou, ni à Saint-Pétersbourg.

Voronej

Pourquoi est-elle sous-estimée?

Encore récemment, Voronej n'était qu'une ville secondaire d’une région agricole de la Russie. Située à environ 500 km de Moscou, elle ne fait pas partie de l'Anneau d'or mais s'est récemment transformée en un centre économique animé, avec un produit régional brut (PRB) en hausse de 301 milliards de roubles (4,1 mds EUR) en 2009 à 950 milliards en 2017. En 2011, Voronej a célébré son 425e anniversaire et la ville est devenue plus adaptée aux touristes pour marquer l’occasion.

À faire/à voir

1. Le premier navire russe de ligne

Le premier navire de ligne construit par la Russie, baptisé Goto Predestinatsia (La prédestination de Dieu), est un cuirassé de quatrième classe doté de 58 canons. Il a été construit dans les chantiers navals de Voronej en 1700. Le navire d'origine a été vendu aux Turcs en 1712, mais le cuirassé a récemment été recréé et a retrouvé son ancienne gloire à Voronej grâce aux plans originaux. Il fait désormais partie d'un musée.

2. Le plus grand réservoir d’Europe

En 1972, un barrage a vu le jour sur rivière Voronej pour créer un réservoir à l’intérieur des limites de la ville. Couvrant une superficie de 59,9 km2, il est connu sous le nom de « mer de Voronej ». Vous pourrez admirer le plus grand réservoir d’Europe lors d’une promenade le long du barrage.

>>> Quatre raisons de tout abandonner pour visiter Voronej

3. Les fascinants piliers de craie de Divnogorie

Le plateau de Divnogorie (« magnifique région montagneuse » en russe) est situé à 140 km au sud de Voronej. C’est l’une des régions les plus pittoresques de la Russie centrale et elle attire environ 60 000 touristes par an. Ne manquez pas l’occasion de voir ces églises uniques construites en pierre calcaire locale.

Comment s’y rendre

Un billet de train à partir de 1 250 roubles (17 euros) vous conduira à Voronej en 7 à 12 heures. Il est donc préférable de prendre deux jours de vacances. Vous pouvez également prendre un avion qui s’y rendra en un peu plus d'une heure.

Kostroma

Pourquoi est-elle sous-estimée?

Bien que Kostroma ait été fondée en 1152 par le prince Iouri Dolgorouki (le prince qui aurait fondé Moscou), elle est tombée en déclin jusqu'au XVIIe siècle, lorsqu'elle est devenue une ville réputée pour ses artisans. De toutes les villes de l’Anneau d’or, c’est la plus éloignée de Moscou, et elle passe donc souvent inaperçue.

À faire/à voir

1. Bâtiments historiques uniques du centre-ville

Dans la tradition russe, Kostroma est considérée comme le lieu de naissance de la jeune fille des neiges russe, Sniégouroutchka, mais en été, ce sujet n'est pas tout à fait de saison. Kostroma est l’une des villes russes les mieux conservées du XVIIIe siècle. Son agencement et ses bâtiments n’ont pas beaucoup changé depuis. Ici, vous pouvez voir les arcades commerciales du XVIIIe siècle, les bâtiments originaux des douanes, de nombreuses églises, etc. C'est un endroit formidable pour découvrir comment les Russes vivaient il y a quelques siècles.

>>> Les 100 plus beaux lieux de Russie en images

2. Monastère d'Ipatiev

La légende raconte que le monastère de la Sainte-Trinité d’Ipatiev a été fondé au début du XIVe siècle par un noble tatare converti au christianisme. Ici, dans le monastère, le premier Romanov, le tsar Mikhaïl, a été déclaré nouveau souverain de la Russie en 1613, mettant ainsi fin au Temps des troubles. Ce lieu est donc une partie importante de l’histoire de la Russie. Il existe également un musée de l’architecture en bois à l’intérieur du territoire du monastère.

Comment s’y rendre

Le train de nuit Moscou-Kostroma part de la gare de Iaroslavl. Le trajet dure environ 7 heures. Il est plus rapide d’arriver à Kostroma en voiture : prenez l’autoroute M8 qui passe par Korolev, Pereslavl-Zalesski, Rostov et Iaroslavl, puis prenez l’A113 en direction de Kostroma.

Souzdal

Pourquoi est-elle sous-estimée?

Bien qu’il s’agisse d’un haut lieu de l’Anneau d’or, Souzdal n’est pas accessible en train directement depuis Moscou, ce qui dissuade souvent les touristes de s'y rendre. Pour cette raison, Souzdal est probablement la moins fréquentée de toutes les villes mentionnées dans cet article, et si vous recherchez une vieille de Russie sereine et assoupie, cet endroit est fait pour vous.

À faire/à voir

1. L'ensemble de la capitale médiévale

Souzdal est si vieille que les historiens russes ne connaissent pas la date exacte de sa fondation. Mais elle existait certainement avant l'an 1000. Au cours des XII-XIIIe siècles, cette ville fut la capitale de trois duchés (Rostov-Souzdal, Vladimir-Souzdal et Souzdal). C'est pourquoi il y a tant d'églises, de temples et d'édifices civils brillamment conservés. Au total, il y a plus de 200 monuments historiques, les plus anciens datant du XIIIe siècle. De plus, Souzdal n’a pas été touchée par la Seconde Guerre mondiale et seulement 15 églises ont été démolies sous l’URSS. Elle reste donc figée dans le temps et est encore mieux préservée que Kostroma. De plus, Souzdal ne possède pas d’immeubles contemporains à plusieurs étages - aucun bâtiment ici ne fait plus de deux étages.

2. Dégustez des spécialités locales

Manger les spécialités locales à Souzdal c’est vraiment spécial. Ne manquez pas la chance d’essayer la medovoukha locale (une boisson légèrement alcoolisée à base de miel) et les yaourts locaux (fabriqués à partir de lait frais provenant de vaches broutant dans les pâturages environnants). Assurez-vous de visiter l’un des restaurants russes de Souzdal - même si le choix n’est pas énorme, la ville ne dispose pas d’un seul fast-food.

3. Écoutez les cloches du monastère de Saint-Euthyme

Fondé en 1352, le monastère Saint-Euthyme est une imposante forteresse médiévale qui a longtemps servi de prison. En outre, le prince Dmitri Pojarski, l'un des deux hommes qui ont sauvé la Russie de l'invasion polonaise, a été enterré ici. Mais la caractéristique unique du monastère est son clocher qui abrite 17 cloches historiques. Chaque dimanche à 13h30, on y organise une visite guidée avec démonstration des cloches.

Comment s’y rendre

Pour vous rendre à Souzdal, vous devez d’abord aller à Vladimir. Le voyage en train dure environ 2 heures et ils partent de la gare de Koursk. De Vladimir, vous pouvez prendre un bus pour Souzdal, le voyage dure environ une heure.

Samara

Pourquoi est-elle sous-estimée?

Parmi toutes les villes de cette liste, celle-ci est la plus éloignée de Moscou, raison pour laquelle elle est rarement incluse dans les itinéraires touristiques. Même si Samara n’est pas considérée comme un joyau architectural ou historique, elle vaut vraiment le détour, surtout en été, lorsque la vie bouillonne sur les rives de la Volga et ses îles.

À faire/à voir

1. Le paradis de la Volga

Tous les habitants de Samara vouent un amour particulier à la « rivière mère » de la ville, la Volga. Il est tellement relaxant de venir ici en été pour profiter de tous les loisirs offerts par la rivière… Faites un tour en bateau jusqu’aux îles dispersées sur ce fleuve immense. Partez en excursion et campez pour la nuit sur l’une des îles. C’est sans danger, car de nombreux habitants vivent ici avec leur famille tout l’été. Ou prélassez-vous simplement vous à l'infini sur la plage une chope de bière locale à la main...

2. Usine de bière

Samara est célèbre pour avoir produit une des bières les plus populaires du pays, la Jigoulevskoïe, qui tire son nom des collines qui entourent la ville. Fondée en 1881 par l'Autrichien Alfred von Vacano, la brasserie de Samara produit de la bière depuis cette époque. Le soi-disant « Dno » (« Le fond »), un endroit où vous pouvez acheter de la bière directement de l’usine, est très populaire, alors ne manquez pas la chance de découvrir la culture de la bière locale sous son meilleur jour !

3. Le vrai bunker de Staline

C'est la seule installation souterraine construite pour le dirigeant en dehors de Moscou, au cas où la capitale serait envahie par les nazis. Depuis les années 1990, il est ouvert aux visites guidées, mais il faut réserver à l’avance.

4. Architecture Art nouveau

Samara était l'un des plus grands centres commerciaux de la région de la Volga, où vivaient de nombreux marchands fortunés et influents. Leurs maisons et les bâtiments municipaux forment un ensemble unique. Les demeures de Kourlina et de Naoumov, l'église catholique du Sacré-Cœur, la synagogue chorale de Samara et la célèbre Datcha Golovkine, également connue sous le nom de « maison aux éléphants », ne sont que quelques-uns des joyaux que l'on peut trouver ici.

Comment s’y rendre

Les trains pour Samara partent de la gare Kazan tous les jours ; il faut environ 16-17 heures pour s'y rendre en train. Vous pouvez également prendre un vol de deux heures, mais assurez-vous de réserver un taxi ou de faire en sorte qu’on vous attende à l’aéroport de Kouroumoch, situé assez loin de la ville.

Veliki Novgorod 

Pourquoi est-elle sous-estimée?

Située à mi-chemin entre Saint-Pétersbourg et Moscou, Veliki Novgorod (également appelée «Novgorod la Grande») est généralement fréquentée par les touristes se déplaçant entre les deux villes. Quoi qu’il en soit, les touristes n’y passent que quelques heures - mais pour une visite en profondeur, cette ville mérite au moins deux jours.

À faire/à voir

1. Le Kremlin de Novgorod

Cette imposante forteresse date de 1044. Elle a longtemps été le fief de l’un des États les plus puissants d’Europe du Nord, la République de Novgorod. C’est ici, sur ces terres, que l’histoire de l'État russe a commencé il y a mille ans. Le Kremlin offre un excellent exemple de forteresses médiévales du Nord et abrite de nombreux musées.

2. Les anciennes fouilles archéologiques de Novgorod

Près du Kremlin de Novgorod, de nombreuses fouilles archéologiques sont en cours. On y a trouvé de nombreux manuscrits réalisés sur écorce de bouleau. Vous pouvez marcher au-dessus des anciennes rues et en apprendre davantage sur la riche histoire de la ville. En été, vous pourrez également observer les plus grands archéologues et historiens de Russie travailler à la découverte des secrets du passé.

3. Fresques de Théophane le Grec

Fascinant ! Dans l’église de la Transfiguration de Veliki Novgorod, située rue Ilina, les fresques originales de Théophane le Grec sont encore intactes. Cet artiste était le peintre d’icônes par excellence de la Russie, et fut le maître du non moins célèbre Andreï Roublev. Les autres œuvres de Théophane ne se trouvent qu’à Moscou, où elles sont beaucoup plus difficiles à voir à cause de la foule et des horaires capricieux du Kremlin de Moscou. Mais ici, dans l’Église de la Transfiguration de Veliki Novgorod, vous pourrez apprécier son art aussi longtemps que vous le souhaitez.

Comment s’y rendre

Un train en partance de la gare de Leningrad de Moscou vous emmènera à Veliki Novgorod en 6 à 7 heures, tandis qu’un trajet en voiture dure 5 à 7 heures (534 km).

En suivant ce lien, découvrez par le biais de notre quiz quelle ville russe est faite pour vous.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies