À la conquête des nuages: voyage dans les montagnes de l'Altaï

« Mais ces deux jours passent - l’Altaï vous accepte, et vous acceptez l’Altaï. Et maintenant, vous vous allongez sur la mousse humide de la taïga, qui désormais semble plus douce que tous les lits du monde » - une journaliste russe partage avec vous son expérience d’ascension dans ce pittoresque massif montagneux du sud de la Sibérie.

Un crachin désagréable avait commencé tôt le matin. Les chaussures de randonnée étaient froides et humides à l'intérieur, la saleté et l'herbe collaient à la tente et les imperméables commençaient à laisser pénétrer l'humidité. Le ciel inhospitalier était assombri par de gros nuages gris, descendus si bas qu'on ne voyait plus le sommet des montagnes. Nous n'avions pratiquement aucun espoir que cette nouvelle journée nous donne la moindre chance de sécher. Nous avons tout de même rassemblé un tas d'affaires et nous nous sommes engagés sur le sentier - la dernière longue route qui nous attendait pour rentrer à la maison, dans la civilisation, parmi les gens. C'était notre 14e jour dans les montagnes calmes et difficiles de l'Altaï - dans la partie sud de la Sibérie.

Le début du chemin. Mère Altai

« Où allez-vous ? Il y a seulement environ 40 personnes par an qui y vont ! Avez-vous au moins une carte ? » - un agent de sécurité dans le parking du village de Toungour, là où la plupart des voyages dans les montagnes de l’Altaï débutent, nous lance un regard dubitatif et anxieux.

L'itinéraire le plus populaire dans cette région se trouve au pied de Beloukha, le plus haut sommet de Sibérie (4.506 m), dont les pics blancs sont déjà visibles depuis la route de la Tchouïa, une route fédérale. Sur le chemin se trouve la rivière Koutcherla, le col Karatiourek, la vallée de Yarlou et la vallée des sept lacs, le lac Akkem et de nombreux touristes.

Lire aussi : Les aventures d’une famille russe dans la taïga

Notre itinéraire passait par d'autres lieux, presque déserts : les cols de Ioldo-Aïry (2 900 m), Kouragan (2 700 m) et le grand Kalagachski (3.000 m), le zone montagneuse d'Elan, la rivière Abiak et des glaciers. Bien sûr, ces endroits ne font pas partie de ceux dont on dit que « le pied de l'homme ne les a jamais foulés ». Pourtant, ces lieux sauvages, intactes, dont les chemins sont à peine marqués sur les cartes tout comme les lieux destinés au camping et aux feux de camp, nous aident à comprendre ce que mettent dans le mot « Mère-Altaï » les populations autochtones de cette région - les Altaïens, qui adorent encore les collines et réalisent des rituels chamaniques sur leurs sommets.

Nous avons pris la route au milieu du mois d'août, et nous avons tout de suite compris que si Peter Jackson était venu dans les montagnes de l'Altaï, il aurait probablement tourné le Seigneur des Anneaux ou The Hobbit en Sibérie.

Première semaine du chemin. Tapis de mousse de taïga

« Pourquoi suis-je venu ici ?! » - cette question nous hante les deux premiers jours, quand un sac à dos de 25 kg fait peser une pression douloureuse sur les épaules et que les jambes souffrent du fait des chaussures neuves et des charges inhabituelles après la vie urbaine. Notre café du matin nous manque, tout comme de l'eau tiède pour se brosser les dents, et nous brûlons toujours d'envoyer des SMS.

Lire aussi : Journal de l’Altaï: sur les routes de Sibérie méridionale

Mais ces deux jours passent - l’Altaï vous accepte, et vous acceptez l’Altaï. Et maintenant, vous vous allongez sur la mousse humide de la taïga, qui désormais semble plus douce que tous les lits du monde. Vous entrez pieds nus dans le lac glacé pour sentir les pierres brutes sur fond et les racines glissantes des arbres qui y pénètrent en profondeur. Vous escaladez les pierres et sentez comment vos muscles se contractent agréablement dans les jambes et les bras. Le goût du café est oublié, le travail, le téléphone et le courrier électronique semblent être quelque chose de lointain et d'irréel...

Votre « kit de touriste » quotidien, ce sont d'énormes rochers sur lesquels vous vous égratignez les mains, la rosée du matin, qui rend instantanément vos chaussures humides, les branches raides des bouleaux nains, qui vous arrivent en plein visage, les animaux sauvages, qu'il est souhaitable de maintenir à distance, la bouillie et un sac de couchage bien humide. Et pourtant, vous considérez l’Altaï non comme un obstacle, mais comme ce grand pays montagneux de Sibérie pour lequel vous avez eu la chance d’obtenir un visa.

Deuxième semaine du chemin. Au-delà des montagnes - des montagnes

Nous avons surmonté notre dernière passe, le grand Kalagachski. Une montée raide, où de petites pierres lâches vous entraînent vers le bas, et où les grandes vous poussent à tourner la tête et à murmurer une prière. Au sommet, on pousse un soupir de soulagement. On sent le vent dans les cheveux en admirant le paysage de montagne, que vous voulez graver dans votre mémoire, comme un dessin sur la roche. Et on prend une tasse de thé au genièvre et au cassis. La descente est une chute libre à 90 degrés, le long de la corde, presque sans regarder vers le bas - par peur de ce glacier sans fin, où vous enfoncez vos chaussures pour ne pas dévaler vers le bas. Les bosquets de bouleaux nains sont une vraie jungle de Sibérie, où vous avez besoin d'une machette. Le soir, en récompense pour notre marche, nous dégustons des cônes de cèdre cuits au feu, chauds, résineux et sucrés. Le tout suivi d'un sommeil profond.

Lire aussi : Journal du Baïkal: sur les traces d’un ours

Les Haïtiens ont un proverbe « Derrière les montagnes - les montagnes ». Cela signifie que cent nouveaux obstacles surgissent derrière cent obstacles. Dans l'Altaï, cela peut être compris littéralement. Chaque brin d'herbe, chaque cèdre et chaque montagne aspire ici à s'élancer vers le haut. Chaque voyageur qui vient ici a lui aussi tendance à s'élever en chœur avec eux. Pour voir les montagnes de l'Altaï, qui culminent ici depuis des siècles et des siècles. Puis revenir finalement à la maison.

Malgré l'éloignement de l'Altaï par rapport à Moscou et Saint-Pétersbourg, de nombreux étrangers s'y rendent, attirés par les reliques des anciennes pratiques chamaniques et les sculptures rupestres préhistoriques parsemant de vastes prairies en fleurs. Dans cette publication Russia Beyond vous donne quelques conseils pour votre éventuel voyage dans l’une des régions les plus exotiques de Russie.

Les droits sur cette publication sont la stricte propriété du journal Rossiyskaya Gazeta

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies