Cinq types de guides touristiques russes que vous pourriez rencontrer en Russie

Natalya Nosova
Beaucoup de voyageurs séjournant en Russie font appel à un guide : dans les musées, propriétés de campagnes d’illustres personnages ou dans les centres-villes. Nous vous dressons aujourd’hui le portrait de ceux que vous êtes le plus susceptible de rencontrer afin que vous sachiez à quoi vous attendre lors de votre prochain passage dans le pays !

L’employée de musée

Phrase favorite : Regardez comme c’est beau ! C’est simplement merveilleux !

Tenue : Quelque chose d’éclectique, comme un pull en laine par-dessus une robe de soirée des années 70, même s’il fait 25 degrés dehors.

La Russie compte de nombreux musées ; en réalité, ils sont près d’un millier. Les employés (généralement des femmes) de ces établissements peuvent travailler à mi-temps comme guide, et après leur retraite ils se lancent souvent en freelance, animant les visites des touristes pour joindre les deux bouts.

Ce sont généralement des personnes de nature sympathique, mais leurs connaissances sont souvent limitées à ce qu’elles ont appris durant leur jeunesse en URSS, ce qu’elles tentent de compenser en utilisant des exclamations à propos de la beauté et de l’ancienneté des objets exposés. Aussi, si ce type de guide est en mesure de s’exprimer dans la langue de Shakespeare, ce sera sûrement dans un anglais soviétique, singulier et étrange.

L’historienne abonnée à la bibliothèque

Phrase favorite : Je ne sais pas exactement, mais je vais chercher pour vous.

Tenue : Des vêtements si passe-partout que vous pourriez aisément la perdre dans la foule en quelques instants, à moins qu’elle ne porte un parapluie de couleur vive.

Pour l’historienne, la diligence est l’alpha et l’oméga de son travail. Elle se prépare des jours entiers (enfin des nuits entières, car en journée elle travaille et étudie) et elle connait cinq fois plus d’information qu’il n’en faut pour la visite. Elle peut être timide et parler d’une petite voix, mais il vous suffit de vous en approcher pour l’entendre.

Ce genre de guide fait de son mieux pour répondre à toutes vos questions, mais certaines, plus complexes, nécessitent des recherches approfondies. Elle vous enverra donc un mail un ou deux jours après, comprenant une véritable thèse alors que vous aviez déjà oublié tout cela.

Lire aussi : Le Top 5 des erreurs que commettent les étrangers à Moscou

Le gars du coin arrogant

Phrase favorite : Vous n’êtes pas d’ici, n’est-ce pas ?

Tenue : Un gilet multi-poches, des sandales-chaussettes, un porte-voix pour se faire mieux entendre car il fume constamment.

Cette personne d’âge moyen connaît une tonne de choses à propos de sa ville natale. Il est même probable qu’il ait un diplôme en histoire locale et qu’il puisse donc s’étendre indéfiniment sur chaque monument et bâtiment des environs.

Ces vertus, néanmoins, sont souvent accompagnées d’une attitude arrogante. Ce genre de guide pense que toute question est stupide (« car c’est de la culture générale et que tout le monde est censé le savoir ! »), et ne cesse de vous montrer à quel point vous êtes ignorant. Comment OSEZ-vous ne pas tout connaître au sujet de notre  histoire ?!

En termes d’informations, c’est une réelle mine de savoir et il est le meilleur pour ce poste. Toutefois, si vous avez le malheur d’aborder son sujet préféré, soyez prêt à en avoir pour plusieurs heures.

Lire aussi : Choisir un hôtel à Moscou: votre guide pour chaque occasion de voyage

Le BCBG

Phrase favorite : Pour faire court … (et s’ensuit une explication de 30 minutes).

Tenue : Quelque chose de contemporain, les derniers vêtements à la mode, des lunettes de soleil et montre bling-bling, barbe méticuleusement taillée.

Grâce au récent boom touristique en Russie, et particulièrement à Moscou, beaucoup de jeunes intellectuels au look soigné s’essayent en tant que guides. Ils sont d’ores et déjà des sortes de stars dans leur domaine.

Ils préparent leurs excursions avec attention et minutie, mais celles-ci sont au final toujours courtes et informelles. De plus, ils sont en mesures de vous faire entrer dans presque n’importe quel bâtiment historique, même ceux qui sont fermés ou privés. Leur anglais est impeccable, le seul inconvénient est le coût de leurs visites.

L’historien porté sur la boisson

Phrase favorite : Cette information m’échappe, mais voici une autre histoire…

Tenue : Quelque chose d’absolument chaotique, mais avec une subtile touche de style, comme un foulard de soie mauve au-dessus d’un t-shirt des années 60.

Pour ce guide, l’excursion est déjà une récompense en soi. Il a longtemps été exclu du monde du travail en raison de ses mauvaises habitudes et de son manque de ponctualité. Néanmoins, avoir la chance de partager ses connaissances historiques est toujours un plaisir pour lui. Il a été dans quasiment toutes les rues de la ville, a bu un coup à chaque angle et une bonne partie de ses visites se consacre à ses récits sur comment il participait à des raves parties en Union soviétique.

Pour ce qui est des faits historiques, ils sortent de sa bouche en flots désordonnés : il connait beaucoup de choses, mais ces savoirs sont parfois exprimés entremêlés de ragots et de légendes urbaines. Cela peut être une excursion éclectique, mais elle sera assurément trépidante ! Ne commencez juste pas à boire avec lui, car il vous abandonnera sous la table.

Maintenant que vous êtes familier des guides touristiques russes, découvrez une liste non exhaustive de musées fascinants mais pourtant méconnus de Moscou.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies