Dix parcs nationaux de Russie que vous devez visiter au moins une fois dans votre vie

Getty Images
Explorez de sombres forêts au beau milieu de Moscou, ou traquez des léopards en vous promenant dans Vladivostok.

Avec leurs paysages uniques, leur air frais et leurs eaux pures, ainsi que la possibilité qu’ils offrent d’observer des animaux sauvages dans leur habitat naturel, les parcs nationaux de Russie attirent de nombreux touristes. Le pays en compte 49, dont certains dans des endroits difficiles d’accès, préparez-vous donc pour l’aventure.

Le parc national de Lossiny Ostrov

L’un des premiers parcs nationaux de Russie, Lossiny Ostrov, fut créé en 1983. Il est situé au nord de la capitale et s’étend en profondeur dans sa région. Les locaux s’y retrouvent le week-end pour partager de paisibles randonnées, promenades à vélo, et bien sûr pour admirer de véritables cerfs.

Pour s’y rendre : l’entrée se trouve à proximité du métro Belokamennaïa, sur la ligne circulaire. Si vous voulez voir les cerfs à la Station de recherches biologiques, vous pouvez monter dans un bus ou un taxi depuis VDNKh. L’entrée du parc est gratuite.

Le lac Plechtcheïevo, région de Iaroslavl

Le parc national du lac Plechtcheïevo s’étend dans la région de Iaroslavl (à environ 120 km au nord-est de Moscou), sur le parcours touristique de l’Anneau d’Or. Vous pourrez vous y sentir pénétrés par l’esprit ancien de la Rus, et y accueillir le crépuscule sur les berges du lac.

Lire aussi : Reportage: l’inoubliable périple de deux Français en péninsule de Kola, dans l’Arctique russe

Pour s’y rendre : prenez un bus depuis la gare routière centrale de Moscou en direction de Pereslavl-Zalesski. Voici les horaires. Tous les bus partent du quai numéro 2. L’entrée du parc coûte 50 roubles (70 centimes d’euro).

Le parc national de Sotchi

Le parc national de Sotchi (à environ 1600 km au sud de Moscou) fut créé en 1983 et est l’un des plus populaires auprès des Russes. Depuis 2007, des léopards du Caucase ont été réintroduits dans la région. Les touristes pourront y apprécier les chutes d’eau, cavernes et canyons, ou bien se baigner dans la mer Noire, située aux pieds des montagnes enneigées du parc.

Pour s’y rendre : prenez l’avion pour Sotchi. Vous devrez ensuite prendre le bus 86, 101 ou 104 depuis la gare centrale et descendre au magasin GIBDD. Vous trouverez les horaires ici. L’entrée coûte 100 roubles (1,5 euro).

La terre du Léopard, Vladivostok

Si vous voyagez à Vladivostok (à environ 9 000 kilomètres à l’est de Moscou) et que vous aimez les chats rares à pois, vous allez aimer ce lieu. La Terre du Léopard s’étend de la baie de l’Amour (mer du Japon) à la frontière russe avec la Chine, et même au-delà. Il n’existe qu’une voie touristique dans le parc, nommée « la tanière du Léopard ». Des traces de félins sauvages peuvent être repérées depuis le début du sentier de randonnée, jusqu’à la grotte, qui fut probablement occupée un jour par un léopard. Des visites guidées dans le parc existent aussi.

Lire aussi : Arctique: à la recherche les fantômes du passé soviétique

Pour s’y rendre : prenez l’avion pour Vladivostok. Ensuite rendez-vous au centre des visites du parc, dans le village de Barabach (Khasanskaïastreïe, 6a) en sautant dans un bus (consultez les horaires et achetez vos tickets ici). L’entrée coûte 100 roubles (1,5 euro). Si vous désirez réserver une visite guidée, rendez-vous aux bureaux du parc à Vladivostok (Perspective Stoletiya Vladivostok, 127).

Le parc national de la Chorie, région de Kemerovo

Ce parc sur la rivière Mras-Sou offre le meilleur de la Sibérie : les hautes montagnes de l’Altaï, les sommets enneigés de l’Ouest des monts Saïan, la densité de sa taïga, des chutes d’eau bouillonnantes, des lacs clairs comme le cristal et plus de 70 points naturels. Y vivent des oiseaux rares ainsi que bien d’autres animaux, et si vous êtes suffisamment chanceux, vous serez amenés à les observer. Cinq routes touristiques existent à travers le parc, où sont autorisés les véhicules.

Pour s’y rendre : prenez l’avion pour Novokouznets (environ 3 200 km à l’est de Moscou). Il vous faudra ensuite vous rendre dans la ville de Tachtagol en bus (consultez les horaires et achetez vos tickets ici). L’administration du parc se trouve rue Sadovaïa, 8a. Pour obtenir un passe pour le parc, veuillez contacter l’administration par e-mail, par téléphone ou via son site internet. L’entrée coûte 200 roubles, mais vous pouvez réserver une visite guidée en supplément.

Lire aussi : 11 idées d’aventures qui vous donneront envie de vous envoler sur le champ pour la Russie

Le parc national Zabaïkalski

Ce parc est le domaine de véritables animaux de Sibérie : de curieuses zibelines, des ours bruns et des renards duveteux. Et, bien évidemment, s’y trouve le lac Baïkal, le plus profond au monde. Vous trouverez les phoques du Baïkal près des îles Ouchkani.

Pour s’y rendre : prenez un vol pour Oulan-Oude (environ 5 600 km à l’est de Moscou). Prenez ensuite un minibus depuis la station Oujny jusqu’à la ville d’Oust-Bargouzine (de 7h du matin à 3h de l’après-midi, chaque jour). L’entrée visiteurs du parc est située dans la ville, 71 rue Lénine. Pour visiter le parc, vous devez obtenir un permis au centre des visites. L’entrée coûte 100 roubles (1,5 euro).

Le parc national Kenozorski

Le parc national Kenozorski (environ 880 km au nord de Moscou) impressionne par ses lacs pittoresques, ses chapelles de bois, villages anciens et vallées ondoyantes. En raison de sa position géographique, la plaine forme un relief unique, entouré de vastes terres humides et de la taïga. En 2004, l’UNESCO l’a classé au rang de ses réserves de biosphères.

Lire aussi : Les erreurs typiques à éviter lors d’un voyage en Russie

Pour s’y rendre : prenez le train de Moscou à Saint-Pétersbourg, ou d’Arkhangelsk à Niandoma. Vous devrez ensuite monter dans un bus pour Kargopol puis de Kargopol à Morchtchikhinskaïa. Consultez les horaires sur le site officiel du parc. L’entrée coûte 100 roubles (1,5 euro).

L’isthme de Courlande, Kaliningrad

Les plus hautes dunes de sables européennes se situent dans le plus petit parc national de Russie, l’isthme de Courlande, où vous pouvez passer trois jours sans même posséder de visa russe, à condition de voyager à bord d’un bateau de croisière. Ses dunes de la taille d’un bâtiment de plusieurs étages, sa forêt de pins dansants, et les plages de la Baltique qui s’étendent sur de nombreux kilomètres attirent près d’un million de touristes chaque année.

Pour s’y rendre : le parc est situé à la frontière russo-lituanienne – la douane s’y trouve. Prenez un bus de Kaliningrad à Klaipėda (consultez les horaires ici) et descendez avant d’atteindre la frontière.

Le parc national Samarskaïa Louka, Samara

Prenez part à un merveilleux voyage vers la Volga et les monts Jigouli, au cœur de la Russie. Parmi les points de vue les plus populaires, se trouvent Molodetski Kourgane, Devitchaïa Gora et l’énorme rocher de Visli Kamen, suspendu à 80 mètres au-dessus des eaux.

Lire aussi : Prendre le train en Russie: petit guide de survie

Il existe de nombreuses entrées pour le parc, selon le sentier de randonnée emprunté. Visitez l’office du tourisme de Jigouliovsk (rue Tkatcheva 109a) ou Samara (rue Kouïbycheva 127). Vous pourrez vous rendre à Jigouliovsk depuis Samara en bus. L’entrée coûte 50 roubles (70 centimes d’euro).

Valdaï, Novgorod

La beauté naturelle de ce parc, proprement picturale, est une véritable attraction pour les touristes : des magnifiques lacs de Valdaï et Seliger, aux monts Valdaï et forêts d’origines glaciaires.

Pour s’y rendre : prenez un train de Moscou à Valdaï ou un bus depuis Saint-Pétersbourg. L’entrée coûte 100 roubles (1,5 euro). Vous pouvez acheter vos tickets à l’office du parc de Valdaï (rue Pobedy 5).

Si vous êtes un amateur de nature sauvage et d’expéditions inoubliables, pourquoi ne pas envisager un séjour au Kamtchatka, la terre des ours ? Retrouvez ici un aperçu de ce qui vous y attend.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer