Les Russes, un peuple amateur de sciences?

Xinhua/Global Look Press

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Si au cours du siècle passé l’URSS a brillé par ses nombreuses prouesses techniques et scientifiques, enthousiasmant la population locale, qu’en est-il de nos jours ? Quel intérêt les Russes portent-ils à ces sujets et quelle place mondiale pensent-ils occuper dans ce domaine ? Pour le savoir, le Centre panrusse d’étude de l’opinion publique (VTsIOM) a mené l’enquête.

Il en ressort tout d’abord que 60% des Russes se disent habituellement intéressés par les innovations technico-scientifiques, 38% admettant ne pas y accorder d’attention et 2% n’ayant su trancher. À noter toutefois que l’intérêt accordé à ce domaine varie grandement en fonction du sexe des répondants : les hommes s’y intéressent à 73%, contre 50% des femmes.

En ce qui concerne les champs de spécialisation suscitant le plus la curiosité des Russes, c’est la médecine qui occupe la première place, obtenant 38% des voix, suivie de l’astronomie (27%), des avancées techniques (22%), de la psychologie (20%), de la biologie/biotechnologie (20%), des technologies du numérique (17%), de la sociologie/politologie (11%), de la physique (9%), des sciences économiques (8%), de la philosophie (7%), des mathématiques (5%) et de la chimie (4%).

Là encore, le sexe joue cependant un rôle majeur, puisque les femmes se tournent principalement vers la médecine (52%), la psychologie (27%), la biologie/biotechnologie (25%) et l’astronomie (23%), alors que ces messieurs privilégient les avancées techniques (35%), l’astronomie (31%), les technologies numériques (24%) et la médecine (20%). L’âge semble toutefois également grandement influer les résultats, puisque les plus de 60 ans sont par exemple 48% à s’intéresser à la médecine, contre 19% des 18-24 ans, tandis que ces derniers sont 48% à se montrer curieux à l’égard de la psychologie, contre 13% des séniors.

44% des participants s’accordent par ailleurs à dire que le leadership technique s’avère être une condition « très importante » pour l’indépendance d’un pays. Ce critère est qualifié de « plutôt important » par 38% des sondés, de « plutôt pas important » par 6% et de « pas du tout important » par 3%.

À ce propos, 18% des Russes considèrent qu’il est aujourd’hui « absolument possible » de citer la Russie parmi les nations les plus techniquement avancées du monde. 37% jugent que cela est « plutôt possible », 25% « plutôt impossible » et 16% « absolument impossible ».

Parmi les secteurs scientifiques et techniques où la Russie compterait parmi les États les plus développés, les sondés ont tout d’abord mentionné le domaine de la défense (65%), puis de l’espace (42%), du nucléaire (41%), de la médecine (25%), et de la génétique/biotechnologie (13%).

Enfin, 36% des participants de l’étude ont affirmé qu’ils seraient « absolument favorables » à ce que leur enfant s’oriente vers une carrière scientifique. 50% accueilleraient cette nouvelle « plutôt positivement », contre 5% de « plutôt négativement » et 3% d’« absolument négativement ».

Ce sondage a été réalisé sur plusieurs mois de 2021 auprès de 1 600 citoyens russes âgés de plus de 18 ans.

Dans cet autre article, nous vous révélions le taux de sentiment d’appartenance des Russes à l’Europe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies