Sept grands philosophes russes

Kira Lisitskaïa (Photo: Sputnik)
Certaines personnes ne semblent jamais à court d'idées. Et leurs pensées sont si profondes qu’elles contribuent à façonner et transformer le paysage changeant de la société humaine. Voici sept philosophes et penseurs russes révolutionnaires qui ont été à l'avant-garde de leur époque.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Piotr Tchaadaïev (1794-1856)

La vie de Tchaadaïev est devenue un cauchemar après la publication de sa Première lettre philosophique en 1836. « Après avoir lu l'article, je trouve que son contenu est un mélange d'absurdités audacieuses dignes d'un fou », a déclaré le tsar Nicolas Ier. Selon Alexandre Herzen, la lettre de Tchaadaïev était comme « un coup de feu qui a retenti dans la nuit noire ». Adulé et décrié, Tchaadaïev a été placé en résidence surveillée pendant un an et s’est vu interdire de publier quoi que ce soit. Cet ami d'Alexandre Pouchkine a été déclaré fou par le gouvernement pour ses écrits, dans lesquels il critiquait vivement la réalité russe, à savoir le servage et l'autocratie. Il avait des vues peu orthodoxes sur la mission de la Russie, son avenir et son identité culturelle. Tchaadaïev considérait l'Europe comme un modèle et a déclaré que la Russie était un pays arriéré à la traîne des autres, blâmable pour son inertie, son  indifférence et son manque de créativité. Il a décrit la vie sociale de la Russie comme « une existence terne et sombre, dépourvue de force et d'énergie ».

Nikolaï Tchernychevski (1828-1889)

Tchernychevski s'est distingué en tant qu’essayiste, écrivain, philosophe, scientifique, démocrate révolutionnaire et théoricien du socialisme utopique critique. Ce penseur aux multiples facettes a laissé une empreinte notable sur la philosophie sociale, la critique littéraire et la littérature russe.

Tchernychevski est devenu l'inspirateur idéologique du groupe révolutionnaire Terre et Liberté, qui était en désaccord avec les conditions dans lesquelles Alexandre II a affranchi les serfs en 1861. Soupçonné de liens avec la clandestinité révolutionnaire, Tchernychevski a été emprisonné dans la forteresse Pierre-et-Paul, à Saint-Pétersbourg. Il a été qualifié d’« ennemi numéro un de l'Empire russe », et une enquête à son encontre a duré plus d'un an. Mais Tchernychevski n'a pas perdu de temps et a écrit son célèbre roman utopique Que faire ? Sa publication a abouti à la condamnation de Tchernychevski à sept ans de travaux forcés en Sibérie. Il est libéré en 1883, inspirant plusieurs générations de révolutionnaires russes, dont Vladimir Lénine. « Le plus grand mérite de Tchernychevski est qu'il a non seulement montré que toute personne sensée et vraiment honnête devait être révolutionnaire, mais aussi quelque chose d'autre, d’encore plus important : ce qu'il faut pour être un révolutionnaire, quelles sont les règles et comment il devrait atteindre ses objectifs », a déclaré un jour le leader bolchevique.

>>> «Cerveaux de la nation» ou «m*rde»? Comprendre l'intelligentsia russe

Piotr Kropotkine (1842-1921)

On pourrait faire un film de la vie de ce philosophe. Après la révolution bolchevique, le prince Kropotkine est retourné en Russie, d’où il avait été absent pendant plus de 40 ans en raison des persécutions, et a vécu les dernières années de sa vie à Dmitrov, une petite ville près de Moscou.

Kropotkine a rencontré aussi bien Alexandre Kerenski que Vladimir Lénine, qui l’idolâtraient comme le « grand-père de la révolution russe ». L'œuvre clé de Kropotkine, La conquête du pain, est un élément essentiel de la littérature anarchiste politique qui semble toujours influencer les anarchistes du monde entier. Kropotkine a essayé d’établir une identité entre anarchisme et communisme. Il a écrit que l'anarchisme sans communisme débouchait sur l’arbitraire et le chaos, tandis que le communisme sans anarchisme rimerait selon lui avec violence et privations. Par conséquent, il a essayé d’élaborer un « anarcho-communisme » scientifique. Kropotkine n'a pas seulement cherché à construire des « châteaux de sable », il a recherché des exemples concrets et des tendances de gestion horizontale dans la vie réelle et dans l'histoire. Selon Kropotkine, révolution rimait avec évolution et création. Il était un défenseur d'une société communiste décentralisée exempte de gouvernement central et basée sur des communautés autonomes. Les écrits de Kropotkine traçaient une voie directe vers un ordre social humaniste et juste, le long duquel la société pourrait avancer sans aucunes « périodes de transition ». Bien que ce qu'il a écrit il y a cent ans soit toujours d'actualité aujourd'hui, ses idées ont toutes les chances de rester des vœux pieux.

>>> Avoir l’État pour ennemi: trois anarchistes russes célèbres

Vladimir Soloviev (1853-1900)

On pense que Soloviev était le prototype d'Ivan Karamazov dans Les Frères Karamazov de Fiodor Dostoïevski. Soloviev et Dostoïevski étaient de bons amis. L'année 1881 a été une année charnière pour le philosophe. La Russie a été choquée par l'assassinat de l'empereur Alexandre II. Soloviev a condamné le crime de l'organisation terroriste Narodnaïa Volia, mais a appelé le nouvel héritier du trône à faire preuve de miséricorde et à pardonner les meurtriers. Cet acte a été dicté par la conviction, profondément enracinée chez Soloviev, de la nécessité du pardon chrétien.

La base de sa doctrine philosophique est l'idée d’humanité divine. Elle a été présentée pour la première fois par le scientifique en 1878. Son message principal réside dans l'unité de l'homme et de Dieu. Dans ses enseignements, Soloviev a utilisé le terme Sophia, ou Sagesse, qui allait devenir le principe directeur d'une foi renouvelée. Selon le philosophe, seules une Église et une religion renouvelées peuvent combler le vide idéologique apparu à la fin du XIXe siècle, lorsque de nombreuses théories et mouvements politiques radicaux ont surgi. De longues recherches spirituelles ont conduit Soloviev à croire que seule la foi en Dieu permettrait à l'humanité de survivre.

Vassili Rozanov (1856-1919)

Tout comme les idées de Konstantin Stanislavski ont révolutionné le théâtre, la façon de penser de Rozanov a changé le visage de la philosophie, s’imposant comme un genre nouveau. Sa réflexion est basée sur une expérience personnelle sans filtre et une impression fugacité. « Une minute s'était écoulée entre "je veux m'asseoir" et "je me suis assis". D'où viennent toutes ces pensées hors-sujet complètement différentes ? ». Rozanov se qualifiait lui-même souvent comme l’« homme du sous-sol » de Dostoïevski (et en fait, Rozanov admirait Dostoïevski avec tant de dévotion et de fidélité qu'il épousa sa maîtresse Apollinaria Souslova, bien qu’il fût dix-sept ans plus jeune que son épouse).

Alors que Léon Tolstoï a le premier essayé d'introduire les éléments du « courant de conscience » dans ses œuvres classiques, Vassili Rozanov a écrit une trilogie philosophique - Solitaire et deux parties des Feuilles tombées en utilisant cette forme innovante de narration. Dans ses écrits, Rozanov a tenté de mettre sur papier ses pensées et ses sentiments bruts et intimes. Ce mode de narration a atteint son apogée dans Ulysse de James Joyce.

Les opinions du philosophe sur de nombreuses questions sont contradictoires car passionnées. Par exemple, d'une part, Rozanov a déclaré que l'échec de la révolution de 1905 avait fait des ravages, d'autre part, il croyait que ces événements rapprochaient la Russie d'un avenir meilleur.

Ce philosophe peu orthodoxe jugeait nécessaire de décrire les choses sous différents angles et sous différentes formes : « Il faut avoir exactement 1 000 points de vue sur le sujet. Ce sont les "coordonnées de la réalité" et la réalité n'est capturée que sous ces 1 000 angles ».

>>> Cinq grands dramaturges russes à connaître absolument

Nikolaï Berdiaïev (1874-1948)

Philosophe religieux et politique et expert de la mentalité russe, Berdiaïev a été nominé pas moins de sept fois pour le prix Nobel de littérature ! « L’aspiration russe à comprendre le sens de la vie est le thème majeur de notre littérature et c’est le véritable sens de l’existence de notre intelligentsia », écrivit-il un jour. Berdiaïev a obtenu une reconnaissance mondiale pour son livre révolutionnaire, intitulé Le nouveau Moyen Âge: Réflexions sur les destinées de la Russie et de l'Europe, qui a paru à Paris où il s'est installé en 1924. Sa vie dans la Russie postrévolutionnaire fut cependant complexe. « Le bolchevisme est une folie rationaliste, une manie de la régulation finale de la vie, fondée sur un pouvoir populaire irrationnel ». Berdiaïev a atteint le point de non-retour lorsqu'il a été accusé de complot, arrêté et emprisonné. Les événements se sont enchaînés à rythme grand V dans la vie du philosophe. « J'ai été emprisonné quatre fois, deux fois sous l'ancien régime et deux fois sous le nouveau, j'ai été exilé dans le nord du pays pendant trois ans, j'ai été confronté à un procès qui me menaçait de résidence éternelle en Sibérie, j'ai été expulsé de ma patrie et je finirai probablement ma vie en exil ». Malheureusement, il avait vu juste. Berdiaïev était un représentant clé de l'existentialisme chrétien, qui menait une exploration profonde sur la condition humaine et l'état du monde dans un cadre chrétien.

Dans son meilleur ouvrage, L'idée russe (1946), Berdiaïev a formulé l'idée par excellence qui lui a permis de développer sa créativité au cours des derniers jours de sa vie. Le philosophe croyait qu'un système plus juste pourrait être créé dans la Russie postsoviétique et qu'il serait en mesure de remplir la mission clé du pays - devenir un unificateur des bases de l'histoire orientale (religieuse) et occidentale (humaniste).

Constantin Tsiolkovski (1857-1935)

Tsiolkovski est l'un des fondateurs du mouvement philosophique appelé « cosmisme », qui a influencé la théologie et les sciences physiques, ainsi que les arts visuels en Russie et à l'étranger.

Ce scientifique autodidacte est né les yeux levés vers les étoiles et est devenu le fondateur de la cosmonautique moderne. En 1887, Tsiolkovski a écrit une nouvelle intitulée Sur la Lune, dans laquelle il décrivait les sensations d'une personne qui se retrouve sur le satellite naturel de la Terre. Une partie importante des hypothèses exprimées par Tsiolkovski se sont finalement avérées exactes. À partir de 1903, Tsiolkovski se consacre pleinement à l'exploration spatiale. Dans l'article « Exploration des mondes spatiaux avec des appareils à réaction », il a pour la première fois démontré qu’une fusée pourrait permettre de réaliser des vols spatiaux réussis. Le scientifique a également développé le concept de moteur de fusée à propergol liquide. En particulier, il a déterminé la vitesse nécessaire à un engin spatial pour entrer dans le système solaire (« vitesse de libération »). Tsiolkovski a traité de nombreux problèmes pratiques liés à l'espace, qui ont ensuite constitué la base de l’industrie des fusées soviétiques. Ce pionnier a élaboré des options de guidage des missiles et des systèmes de refroidissement, et conçu des buses et des systèmes de distribution de carburant. Ses travaux ont inspiré le père de la cosmonautique pratique, Sergueï Korolev, qui fut à l’origine du programme spatial soviétique.

Dans cette publication découvrez quatre grandes questions philosophiques qui obsèdent le peuple russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies