En images: dix des phénomènes naturels les plus inhabituels de Russie

Legion Media
La plupart d'entre eux sont liés au froid et à la glace, mais qu'attendez-vous d'autre de la Russie?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Trous géants en Sibérie

Un énorme trou dans la toundra sibérienne a été découvert pour la première fois en 2013. Des gens ont attribué ce phénomène mystérieux à des tests militaires, à une chute de météorite ou même à un atterrissage extraterrestre. Très vite, l’on a toutefois commencé à trouver de tels trous dans toute la Sibérie. Les scientifiques ont alors dissipé toutes ces théories : les cratères ont été formés par l'explosion du méthane, qui remplit et s'accumule dans des cavités naturelles sous la surface de la terre en raison de la fonte du permafrost. L'explosion est causée par une étincelle accidentelle due au frottement des roches.

Le problème est que les scientifiques n'ont pas encore appris à prédire où se formera le prochain affaissement. Le territoire où les puits ont été creusés est en grande partie inhabité, mais en théorie, les rares établissements humains ne sont pas non plus à l'abri d’une telle « surprise ».

Zen du Baïkal

Une petite merveille de la nature se trouve sur le lac Baïkal, le lac le plus profond de la planète. Ce dernier est recouvert d'une épaisse couche de glace en hiver, et des cailloux sont poussés sur la glace par les vents forts de la rive. Pendant la journée, sous les rayons du Soleil, les pierres se réchauffent et font fondre la glace qui se trouve en dessous d'elles. L’eau de fonte est ensuite emportée par le vent le long des bords, et ce même vent ainsi que la propriété de l'eau à se dilater en volume pendant le processus de cristallisation, aident à construire un socle sous la pierre. C'est ainsi que se présente le phénomène appelé « zen du Baïkal ».

Lire aussi : Le Baïkal en hiver: un royaume de glace à couper le souffle

Аnneaux de glace du Baïkal

Néanmoins, les merveilles du Baïkal ne s'arrêtent pas là. Par exemple, des scientifiques de différents pays se sont demandé comment se forment les énormes anneaux de glace sur le lac en hiver – et y ont envoyé une expédition. Les résultats ont été annoncés en 2020. Il s'est avéré que la réponse ne réside pas dans les émissions de méthane comme on le pensait auparavant, mais dans les tourbillons d'eau chaude (ils sont de 1 à 2 degrés plus chauds que l’eau environnante).

Ces anneaux avaient pour la première fois été remarqués en 1969 et c’est précisément sur le Baïkal qu’a été enregistré le plus grand du monde – de 4 km de diamètre !

Colonnes lumineuses

Les colonnes verticales de lumière dans le ciel nocturne ressemblent à une scène de film d'OVNI, sauf que tout est réel. La raison de ce phénomène plutôt rare est une chute rapide de la température. La glace dans l'air se cristallise lorsqu'elle se refroidit brusquement (de 10 à 20 degrés) : l'humidité dans l'atmosphère gèle et tombe sous forme de cristaux jusqu'au sol. Au même moment, les cristaux de glace réfléchissent la lumière des lampadaires, de l'éclairage et d'autres sources de lumière vive sur le sol, créant ainsi une belle colonne de lumière.

Lard de glace

Une épaisse couche de petits cristaux de glace à la surface de l'eau est appelée lard de glace, bien que cela ressemble plus à un tourbillon atmosphérique ou à une peinture de Van Gogh. De telles stries glacées apparaissent lorsqu'une masse d'eau commence à geler de façon inégale. Le lard est l'une des étapes de la congélation de l'eau. Ensuite, toute cette beauté, le plus souvent, se transforme en une couverture de glace régulière.

Boules de glace

Il y a toutefois des cas où le lard de glace se transforme en boules – s'il y avait des vagues assez fortes sur l'eau, et que le lard devient grumeleux. On peut parfois l'observer sur le golfe de Finlande, que l'on surnomme alors la « soupe aux fricadelles de la Baltique ».

Lire aussi : Les types de glace les plus insolites visibles en Russie

Nuages de nacre

C'est le nom donné aux nuages stratosphériques polaires pour leur éclat brillant ressemblant à la nacre. En fait, ces nuages sont composés de glace, et ce phénomène est plus rare que les aurores boréales. Ils se forment à des températures inférieures au point de congélation – généralement autour de -85°C dans la stratosphère.

Cheveux de glace

Voici une autre forme inhabituelle de glace, qui ressemble à une touffe de cheveux. Elle « pousse » exclusivement sur les arbres, et plus précisément sur les vieilles branches de feuillus en décomposition. On peut donc assister à ce phénomène en marchant dans les forêts russes.

Les « cheveux » se forment la nuit et disparaissent à la lumière du Soleil. Des cristaux de glace apparaissent à une température inférieure à zéro et sont transformés en fibres argentées par le champignon Exidiopsis effusa. Comment cela se produit exactement reste un mystère, mais apparemment, une substance spéciale, appelée l'« inhibiteur de recristallisation », joue ce rôle. Ces cheveux peuvent mesurer jusqu'à 20 cm de long et ne pas être plus épais qu'un cheveu humain.

Rouleaux de neige

Ce n'est rien d'autre que le résultat du travail à l'unisson du vent et de la gravitation, et non d’une sculpture de neige enfantine. Un vent fort sur une pente « enroule » un bord de neige, qui commence alors à descendre et à « s'enrouler » d'une si étrange manière.

Ce phénomène météorologique est rare, car il exige que toutes les conditions soient réunies : une neige mouillée et meuble, une surface en pente, une force de vent qui pourra déplacer les rouleaux mais pas les détruire, et une température de l'air légèrement supérieure au point de congélation. Les rouleaux peuvent parfois atteindre un mètre de diamètre ! Ceux-ci, par exemple, ont été formés dans le parc Neskoutchny Sad, à Moscou.

Rides de pression

Les rides de pression ressemblent à un tas de verre brisé. Ces morceaux de glace se tiennent parfois presque à la verticale et peuvent atteindre 20 mètres de haut ! Ils émergent lorsque la couverture de glace d’un plan d’eau se contracte sous la pression et se fendille. Ce phénomène est typique de l'océan Arctique, mais on le retrouve aussi bien sur le lac Baïkal que sur la Neva à Saint-Pétersbourg.

Dans cet autre article, contemplez un autre phénomène naturel des plus époustouflants que l’on rencontre aussi en Russie – les aurores boréales.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies