«Butterflypocalypse»: les papillons envahissent la Sibérie

Anna Vasilenko
Des milliers de papillons ont envahi les régions sibériennes. Le nombre d’aporia crataegi ou Piéride de l'aubépine y est anormalement élevé. Les experts sont partagés sur les causes de ce phénomène. Certains mettent en cause les étés exceptionnellement chauds et les printemps froids, alors que d’autres affirment qu’il «n’y a aucune anomalie».

 / Anna Vasilenko / Anna Vasilenko

Début juin, les abonnés Instagram de Sibérie ont posté des centaines de photos de papillons blancs. Présents partout dans les rues de la ville, les parcs et les forêts, ils ne craignent pas l’homme. 

 / Anna Vasilenko / Anna Vasilenko

Les habitants étaient nombreux à croire qu’il s’agissait de la Piéride du chou, connue pour sa capacité à détruire les récoltes de chou, chou-fleur et chou de Bruxelles. La Piéride de l'aubépine est moins dangereuse, mais elle peut ravager les feuilles des arbres et affiche une préférence particulière pour la pomme et d’autres fruits.

 / Anna Vasilenko / Anna Vasilenko

Parmi les villes ayant vécu ce « butterflypocalypse » (apocalypse des papillons), nom que The Siberian Times a donné au phénomène, l’on retrouve Tomsk, Krasnoïarsk, Novossibirsk et d’autres villes plus petites.

 / Anna Vasilenko / Anna Vasilenko

Certains chercheurs sibériens affirment qu’il « n’y a aucune anomalie dans l’arrivée des papillons en aussi grand nombre ».

Pendant plusieurs années, la population de Piérides de l'aubépine « diminuait », explique Vladimir Romanenko, directeur de la faculté de zoologie des invertébrés à l’université de Tomsk, à RIA Novosti. « C’est classique pour la plupart des insectes : diminution pendant plusieurs années suivie d’une augmentation rapide de la population ».

L’année prochaine, la Sibérie pourrait voir un nombre encore plus important de ces papillons, ajoute Romanenko. « La nature fonctionne précisément comme elle est censée le faire », indique-t-il.

 / Anna Vasilenko / Anna Vasilenko

Lev Vartapetov, de l’Académie des sciences de Russie, estime que le printemps froid a raccourci et « concentré » le cycle de vie des papillons début juin. « Des milliers d’espèces se rassemblent près des flaques d’eau et les ruisseaux », ajoute-t-il.

 / Anzh (Proselkova) Druzhinina https://www.instagram.com/anzhorik/ / Anzh (Proselkova) Druzhinina https://www.instagram.com/anzhorik/

Irina Koudriachova, collaboratrice d’une autre université sibérienne, est convaincue que les étés anormalement chauds de 2016 et 2015 ont entraîné une croissance rapide de la population de papillons dans la région. Quelles que soient les raisons de cette croissance, la photo montrant des milliers de papillons blancs rappelle un rêve à la Alice aux pays des merveilles.

 / Anna Vasilenko / Anna Vasilenko

Un autre phénomène naturel d’une beauté exceptionnelle est dû aux Piérides de l'aubépine. Quand ils achèvent le stade nymphal, ils semblent saigner et laissent des gouttes rouges sur les feuilles des arbres. Avec les premières fortes pluies, les gouttes se transforment en « pluie de sang », une aubaine pour les photographes.

 / Anzh (Proselkova) Druzhinina https://www.instagram.com/anzhorik/ / Anzh (Proselkova) Druzhinina https://www.instagram.com/anzhorik/

La Sibérie n’a décidément pas fini de nous surprendre !

Lire aussi : 

Chevaux sauvages et feu affamé: expédition dans le Sud de la Sibérie

Dix raisons de ne jamais vous rendre en Russie

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer