Le mythique avion soviétique Tu-154 tire sa révérence civile en Russie

joseluiscel (Aviapics)/Visual Hunt

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le seul Tupolev Tu-154 encore en exploitation dans l’aviation civile russe a effectué aujourd’hui son dernier vol, informe la presse nationale, s’appuyant sur un communiqué d’Alrosa, compagnie aérienne ayant réalisé ce trajet.

Ce vol était à destination de Novossibirsk, capitale de la Sibérie, depuis la cité minière de Mirny, en Iakoutie. 140 passagers étaient à son bord.

« Ces 18 dernières années, l’avion a volé presque 27 500 heures. Rien que durant son service au sein d’Alrosa, le Tu-154M a effectué 737 vols aller-retours, a transporté 160 000 passagers, 1 224 tonnes de chargement et 52 tonnes de courrier », a précisé cette dernière.

Son certificat de capacité de vol ayant touché à son terme, l’appareil sera entreposé à l’aéroport de Novossibirsk jusqu’à ce que décision soit prise quant à son sort.

À l'aéroport de Vnoukovo, à Moscou

Pour rappel, le premier vol du Tu-154 s’est déroulé le 3 octobre 1968, tandis que son exploitation a débuté en février 1972. Il s’agit de l’avion de ligne soviétique le plus fabriqué en série et de l’un des plus rapides d’URSS.

Néanmoins, son histoire a également été tristement marquée par de nombreuses catastrophes aériennes qui ont entrainé la mort, notamment, en 2010, du président polonais Lech Kaczynski, ou encore, en 2016, dans la mer Noire, de dizaines de membres des Chœurs de l'Armée rouge.

Actuellement toutefois, ce modèle reste utilisé dans l’armée russe ainsi que par le ministère des Situations d’urgence. De plus, deux modifications de cet appareil demeurent en exploitation au sein de la flotte d’Air Koryo, compagnie aérienne de Corée du Nord.

Dans cet autre article, découvrez ces avions soviétiques transformés en cinémas après leur «retraite».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies