Ces chiens mignons détecteront le coronavirus dans les aéroports de Moscou

Mikhail Japaridze/TASS
À partir de 2021, 15 «chalaïkas», ces chiens conçus en 1977 par le biologiste Klim Soulimov, vont être déployés dans les aéroports de Moscou pour détecter les personnes infectées par la Covid-19. Le coup d’envoi de leur entraînement a été donné.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

À l’aéroport moscovite Cheremetievo, les maîtres-chiens de la compagnie Aeroflot ont entamé l’entraînement de 15 « chalaïkas », ces chiens issus du croisement de chacals et de laïkas. Ces animaux apprendront à détecter les personnes atteintes de Covid-19. La nouvelle a été annoncée le 2 octobre 2020 par la vice-première ministre Tatiana Golikova.

« Nos principaux instituts sont engagés dans ce travail, des échantillons biologiques de porteurs et de bénévoles ont été octroyés pour que les chiens puissent s’entraîner. Nous sommes à peu près à mi-chemin et un biomatériau diversifié est utilisé », a-t-elle expliqué.

Selon Golikova, certains des chiens retenus savent déjà détecter par le biais de l’odorat les personnes atteintes du cancer ou munies d’un explosif.

« La réduction du temps [qu’une personne infectée] passe parmi les autres, à l’aéroport, dans un avion avant le débarquement et une différenciation rapide – c’est ce qui nous permettra de réduire les risques pour les autres personnes se trouvant à côté », a précisé pour sa part Anna Popova, qui est à la tête de l'agence sanitaire russe Rospotrebnadzor.

L’entraînement standardisé dure une demi-heure, après quoi le chien doit se reposer pendant au moins une heure. Pendant l’entraînement, on familiarise le canidé avec une nouvelle odeur, puis on lui demande de la détecter parmi les biomatériaux et de réagir en aboyant ou à l’aide de gestes, explique dans son reportage un journaliste de la chaîne Rossiya 1.

>>> Ces chiens-chacals qui surpassent en précision tous les détecteurs

Pour le moment, on ignore par quel bais ces experts quadrupèdes vont examiner les passagers. Comme l’explique le directeur général d’Aeroflot Vitali Saveliev, il se peut qu’ils auront à flairer le masque ou un échantillon de salive des passagers.

L’entraînement prendra fin vers décembre 2020 et on s’attend à ce qu’ils prennent leur service dès janvier 2021.

Dans cet autre article, nous nous penchons sur l’histoire des chiens dans la police et l’armée russes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies