Armes oubliées: les pistolets spatiaux soviétiques

Musée des armes de Toula; Russia Beyond
La passion et l’imagination des ingénieurs soviétiques n’avaient pas de limites: ils ont donné vie à certaines des armes les plus folles des romans de science-fiction.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les fabricants d'armes russes ont créé à l'époque soviétique des armes qui pourraient facilement servir d’accessoires dans un film de Star Trek ou devenir l'arme de prédilection de James Bond.

Pistolet spatial TP-82

La première arme, baptisée TP-82, a été créée par la société TSNIITOCHMACH. C’était un pistolet spécialement conçu pour les cosmonautes. Oui, vous avez bien lu - un pistolet pour cosmonautes.

L’armée était censée faire partie intégrante des missions spatiales soviétiques et un outil de sauvetage pour les cosmonautes atterrissant dans les immenses contrées sibériennes.

Comme l'a déclaré un porte-parole de TSNIITOCHMACH, le premier cosmonaute à effectuer une sortie dans l'espace, Alexeï Leonov, a lui-même demandé une telle arme, car les cosmonautes devaient parfois attendre des jours entiers dans des forêts sauvages en attendant l’évacuation et devaient même lutter contre des ours et des loups.

>>> Y aurait-il eu un homme dans l’espace avant Gagarine?

Ainsi, l'arme n'était pas destinée à combattre des extraterrestres dans l’espace, mais était un simple outil de survie après un atterrissage en territoire inconnu.

Le pistolet avait trois canons - deux à âme lisse et un pour des balles d’AK-74 de 5,45 mm. Et ce n’est pas tout ! Sa crosse n’était pas un modèle classique en bois : on y trouvait une vraie machette cachée dans une sorte de « fourreau » (pour couper les cordes et combattre les animaux une fois les munitions épuisées).

L'un des canons était censé projeter des fusées éclairantes, un autre a été créé pour des munitions de fusil de chasse de 12 mm et le troisième pour des balles de fusil d'assaut qui pouvaient frapper des cibles à 200 mètres de distance.

Le pistolet pesait jusqu'à 1,6 kg et mesurait 670 mm.

>>> Comment la Russie fait-elle revenir les cosmonautes sur Terre

Quelques-uns de ces modèles sont allés dans l'espace avec des cosmonautes soviétiques et russes, mais ont été retirés du service dans les années 1990, en raison de nouvelles lois interdisant aux équipages spatiaux de transporter des armes personnelles dans l'espace.

Pistolet Mars

Un autre revolver spatial conçu pour les cosmonautes russes était le TOZ-81 Mars, qui a été créé dans une usine d’armes légères à 180 km de Moscou, dans la ville de Toula. Le pistolet était un rival direct du TP-82. Pourtant, il a rapidement été relégué aux oubliettes de l’histoire.

« La conception du TOZ-81 était assez inhabituelle et complexe pour les fabricants d’armes russes qui se vantaient que leurs armes soient les plus fiables et les plus durables au monde. Les mécanismes du revolver étaient trop sensibles à la poussière, à la glace et à l’eau, il n’était donc pas apte à devenir l’arme privilégiée pour survivre dans la nature sauvage de la Sibérie, où les astronautes atterrissaient après leurs expéditions spatiales », déclare le membre de l’académie des sciences militaires Vadim Kozioulline.

Selon lui, le TOZ-81 de calibre .410 pouvait être chargé avec cinq balles à la fois. L’armée était spécifique en ce sens que le canon était placé en-dessous du barillet, lui-même en forme de canon. C’est tout à fait l’opposé de la façon dont les revolvers classiques fonctionnent.

>>> Pourquoi la flotte maritime spatiale de l'URSS a-t-elle disparu?

Comme proposé par les ingénieurs, le canon supérieur a été créé pour recevoir les munitions de 5,45x39 mm de l'AK.

Le revolver possédait également à l'avant un couteau, qui était logé au-dessus du canon.

Dans cet autre article, nous tentons d’éclaircir le mystère entourant la mort prématurée de Iouri Gagarine.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies