Défense de cueillir: dix fleurs de Russie somptueuses mais menacées

Bobi Dimitrov/Visual Hunt
Comme partout dans le monde, il existe en Russie de nombreuses espèces de flore et de faune nécessitant d’être protégées. Si vous rencontrez l'une de ces précieuses fleurs, considérez que c'est votre jour de chance, mais ne les cueillez pas pour autant!

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Chaque année, le nombre de plantes menacées augmente dans le monde entier, y compris en Russie. Selon le Livre rouge, recensant les espèces de flore et de faune rares et menacées sur le territoire fédéral, le pays compte actuellement près de 500 plantes à fleurs en danger – et cela sans compter les centaines d'autres espèces ne fleurissant pas. Heureusement, il y existe plus de 300 parcs naturels, réserves et jardins, qui protègent ce qui peut encore l'être.

Voici donc 10 des nombreuses fleurs menacées de Russie. Comme on dit, on ne touche ici qu’avec les yeux, alors veillez à ne pas les cueillir si vous avez la chance de les apercevoir dans la nature.

Pivoine à feuilles de fougère (Paeonia tenuifolia)

La Paeonia tenuifolia est une espèce herbacée de pivoine originaire des steppes et poussant dans la péninsule des Balkans, en Europe de l'Est ainsi qu’en Asie centrale. Présente principalement dans les régions méridionales de la Russie, y compris le Caucase, cette plante est aujourd'hui considérée comme menacée : son nombre décroît en raison de la diminution des espaces steppiques.

Azalée royale (Rhododendron schlippenbachii)

Le rhododendron schlippenbachii, ou azalée royale, pousse principalement dans la péninsule coréenne, au Japon et en Extrême-Orient russe. À feuilles caduques et atteignant 4,5m de haut, cette plante dense est l'un des plus beaux arbustes à floraison précoce, mais elle souffre de l'activité humaine comme les projets d'infrastructure, les incendies et l'élevage de rennes.

Crocus de Bieberstein (Crocus speciosus)

Originaire du Sud de la Russie, du Caucase, de la Turquie et de l'Iran, le Crocus speciosus est une plante vivace à corme qui peut atteindre 10 à 15cm de hauteur. Il pousse dans les régions steppiques, mais en raison de l'activité humaine, l’on constate sa raréfaction.

Lire aussi : Huit merveilles naturelles de Russie (relativement) faciles d'accès

Lotus sacré (Nelumbo nucifera)

Le Nelumbo nucifera (également connu sous les noms de lotus sacré, lotus d’Orient, lotus des Indes, ou encore fève d'Égypte) a une très large distribution indigène et se trouve en Russie, tant dans la partie européenne qu’en Extrême-Orient, notamment dans les régions d'Astrakhan, de l'Amour, de Khabarovsk, près de la mer Caspienne et dans le Primorié. Comme de nombreuses autres fleurs menacées, le lotus est sous protection depuis la fin des années 1970, mais l’homme continue de nuire à sa population.

Lys fauve de Sibérie (Erythronium sibiricum)

Communément appelé lys fauve de Sibérie, l’Erythronium sibiricum est une plante vivace bulbeuse de la famille des Liliacées. À l'état sauvage, on le trouve en Russie dans les régions de l'Altaï, de Krasnoïarsk, de Tomsk, de Novossibirsk, de Kemerovo, de Khakassie et de Touva. Encore une fois, il pâtit lui aussi grandement de l’activité humaine, n’y touchez donc pas pour en faire un bouquet, aussi joli soit-il.

Viola incisa

Présente dans toute la Sibérie, l'Altaï et la Primorié, la Viola incisa, de la famille des « violettes » et « pensées », pousse dans les vastes steppes. Les pâturages excessifs et les infrastructures nuisent cependant à son équilibre. Par exemple, en République de Touva, la zone naturelle de la plante a été détruite par l'expansion de la capitale, Kyzyl.

Sabot de Vénus à grandes fleurs (Cypripedium macranthos)

Espèce d'orchidée originaire de la partie européenne de la Russie et de la Sibérie, le Cypripedium macranthos pousse dans les forêts claires de feuillus et mixtes, parfois dans celles de conifères et à leur orée, ainsi que dans les prairies de bord de mer. Protégée depuis la fin des années 1970, cette plante est aujourd'hui rare et menacée par de nombreux facteurs, notamment la déforestation, l'utilisation intensive des terres et la cueillette.

Lire aussi : Voyage au plateau de Poutorana, très loin du monde des hommes

Orpin rose (Rhodiola rosea)

Également connue sous les noms de racine d’or, d’orpin rose et de racine arctique, la Rhodiola rosea est une plante à fleurs vivaces qui pousse dans les régions arctiques sauvages d'Europe, d'Asie et d'Amérique du Nord. En Russie, on la trouve dans de nombreuses régions (dont l'Altaï et le Touva, qui se trouvent pourtant dans le Sud du pays), mais elle n'est protégée que dans la partie nord de la Russie européenne, dans l'Oural et dans les régions arctiques et montagneuses de Sibérie et d'Extrême-Orient. C'est une plante médicinale précieuse qui souffre de la cueillette.

Lys tigré (Lílium lancifólium)

Originaire de Chine, du Japon et de Corée, le Lílium lancifólium, qui partage son appellation commune de lys tigré avec d’autres espèces, est une plante rare en Russie et on le trouve dans les régions d'Extrême-Orient, telles que le Primorié et l’île de Sakhaline. Il pousse souvent sur les rochers et les terres côtières, dans les clairières des forêts de conifères et de feuillus, et près des sources chaudes. Comme beaucoup, la population de cette plante est victime d’une cueillette trop importante.

Tulipe de Schrenk (Tulipa suaveolens)

Cette plante herbacée bulbeuse pérenne de la famille des tulipes habite la steppe eurasienne. En Russie, elle pousse dans les régions du Sud et du Sud-Est de la partie européenne du pays et dans le Caucase du Nord. Elle est en difficulté en Tchétchénie, en Ingouchie et en Ossétie du Nord. En tant que plante décorative et médicinale, la tulipe souffre en effet de la collecte humaine, de la perturbation des terres et du pâturage.

Dans cet autre article, nous vous présentions 10 espèces animales emblématiques de Russie mais malheureusement également menacées.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies