20 000 tonnes de carburant se déversent dans l’Arctique russe, la Russie déclare l’état d’urgence

Reuters
Un important déversement de carburant dans une centrale électrique de Norilsk, en Russie, a gravement endommagé l'environnement fragile de l'extrême Nord du pays. Le propriétaire du site a reçu un avertissement du président Poutine, furieux de la lenteur de sa réaction.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le déversement s'est produit dans une centrale électrique située à quelque 10 km à l'ouest de Norilsk, une grande ville de l'extrême Nord de la Sibérie occidentale. Vendredi dernier, un réservoir de stockage a en effet été endommagé et on estime que 20 000 tonnes de diesel se sont échappées dans l'environnement, contaminant le sol, deux petites rivières et un lac.

Un incendie de faible ampleur a par ailleurs suivi la fuite, après qu'un véhicule a roulé dans le liquide inflammable et l’a embrasé. Heureusement, les flammes ont été toutefois rapidement éteintes. Le travail de la centrale électrique de 440 MW n'a en outre pas été affecté par l’incident. Elle est alimentée au gaz naturel et ne stockait du diesel qu'en cas de secours.

Mercredi 3 juin, quelque 100 tonnes de carburant et 780 tonnes de terre contaminée ont été récupérées sur place par les agents. Les dirigeants de la région et de l'entreprise ont déclaré qu'environ deux semaines supplémentaires seraient nécessaires pour faire face aux conséquences immédiates de l'incident.

Les dommages causés à l'environnement seront néanmoins durables, les organisations environnementales prévoyant qu'il faudra des années pour les réparer. Norilsk est en effet située au-dessus du cercle polaire arctique, où l'environnement s’avère particulièrement lent et fragile.

>>> Vivre à Norilsk, entre climat extrême et défis écologiques

Malgré la gravité de l'incident, son statut d’urgence au niveau fédéral n’a été déclaré que cinq jours plus tard, et les fonctionnaires se disputent maintenant la responsabilité de ce désastre. Lorsque la situation a été discutée dans le cadre d'une réunion du gouvernement mercredi, le ministre des Situations d’urgence Evgueni Zinitchev a déclaré que l'exploitant de la centrale n'avait pas informé les autorités du déversement pendant deux jours et qu'il avait géré l'incident seul.

« Sommes-nous censés apprendre les urgences par les réseaux sociaux ?, a de son côté demandé le président Vladimir Poutine au directeur de la société après avoir entendu cela. Vous vous sentez bien là-bas ? »

Le propriétaire de cette filiale du géant métallurgiste Nornickel a alors insisté que l’entreprise avait bien signalé immédiatement le déversement et qu'elle dispose de traces écrites pour le prouver. La société NTEK est la compagnie d'électricité desservant toutes les usines de Nornickel et tous les environs de Norilsk. Elle fournit le chauffage et l'eau courante à Norilsk ainsi qu’aux agglomérations environnantes et exploite un réseau électrique qui n'est pas connecté au réseau fédéral principal en raison de l'éloignement de la ville.

Le bureau du procureur général examinera par conséquent les circonstances de l'incident, qui a été initialement traité comme un cas de violation des codes de sécurité et de dommages environnementaux graves. Le directeur de l'usine immédiatement responsable du réservoir de carburant a été arrêté et a utilisé son droit constitutionnel de ne pas s'incriminer.

Les premiers rapports indiquent que le déversement a été causé par une défaillance structurelle des fondations du réservoir. L'exploitant a à ce sujet déclaré que ce dernier était utilisé depuis plus de 30 ans et qu'il était peut-être compromis soit par son âge, soit par le fait que le changement climatique a rendu le permafrost moins solide qu'il ne l'était lors de la conception de la structure.

Le ministère russe des Situations d'urgence a enfin déclaré mercredi qu'il disposait d’un plan d'action solide pour contrer pleinement ce déversement. La propagation du carburant a été signalée comme entièrement contenue dès mardi, l'empêchant de s'infiltrer dans toute voie d'eau importante susceptible de transporter le carburant au nord, vers l'océan Arctique.

Cet article est la traduction d’une publication rédigée par Russia Today.

Dans cet autre article, nous vous expliquions les implications de la fonte du permafrost.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies