Les cinq découvertes archéologiques russes qui ont changé le monde

Ces découvertes d'archéologues russes ont constitué des contributions majeures au patrimoine scientifique et culturel de l'humanité. Les objets trouvés vont de la sculpture en bois la plus ancienne du monde aux extraordinaires trésors en or des nomades scythes.

L'idole de Chiguir

Considérée comme l'un des plus grands trésors de la Russie, l'idole de Chiguir a été sculptée il y a environ 11 000 ans, au Mésolithique. C'est la sculpture en bois la plus ancienne du monde, faite 6 000 ans avant Stonehenge et les pyramides de Gizeh. L'idole a été trouvée en 1890 lorsque des archéologues ont creusé sur le versant oriental du Moyen-Oural, à environ 100 kilomètres d'Ekaterinbourg.

Découverte à une profondeur de quatre mètres dans la tourbière de Chiguir (d'où son nom), l'idole a été trouvée sous forme de morceaux de mélèze de Sibérie. En 1914, les chercheurs ont tenté de reconstruire l'idole et de lui rendre son apparence originale d'une hauteur de 5,3 mètres.

Lire aussi : À la recherche de la bibliothèque disparue d’Ivan le Terrible

Malheureusement, la partie inférieure de la sculpture a été perdue pendant la période de la guerre civile russe (1918-21). Décorée avec des ornements et des visages sculptés, l'idole fait aujourd'hui de 2,8 mètres de haut, et est exposée au Musée régional des traditions de Sverdlovsk à Ekaterinbourg.

Princesse d'Ukok

La soi-disant princesse d'Ukok a été découverte en 1993 sur le plateau d'Ukok dans la République de l'Altaï en Russie. Cette momie d'une femme de 25 ans est attribuée à l'ancienne culture nomade de Pazyryk qui existait dans la région entre le Ve et le IIIe siècle av. JC.

La tombe était recouverte de glace et a donc été parfaitement conservée. Portant une perruque, le corps est couvert de tatouages. Très probablement, la femme appartenait à la noblesse, comme l’indique par le fait qu'elle a été enterrée avec six chevaux harnachés.

Lire aussi : Trésors de l’Altaï: des dessins vieux de 5000 ans sculptés dans la pierre

La momie a été envoyée au musée national A.V. Anokhine à Gorno-Altaïsk, mais les habitants croient que l'Altaï souffre de tremblements de terre et d'inondations parce que la princesse d'Ukok n'est pas en son lieu de repos éternel. Ils exigent le retour de la momie sur son site funéraire d'origine, sur le plateau.

Or des Scythes

Les Scythes étaient d'anciens nomades qui habitaient les steppes eurasiennes occidentale et centrale du IXe au Ier siècle av. JC. Ils ont laissé de nombreux tumulus, connus sous le nom de kourganes, sur le territoire de la Russie et de l'Ukraine actuelles.

Ces tumulus étaient remplis d'objets en or, qui jouaient apparemment un rôle important dans la vision du monde scythe et symbolisaient la vie éternelle. Ces chefs-d'œuvre en or sont une source de fierté pour de nombreux musées russes, dont le musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg.

Lire aussi : L’or des Scythes ravive les tensions entre la Russie et l’Ukraine

L'or scythe est également une pomme de discorde entre la Russie et les Pays-Bas. De tels objets provenant de musées de Crimée faisaient le tour de ce pays européen lors de la réunification de la péninsule avec la Russie en 2014. Les Pays-Bas refusent de rendre les trésors d'or à la Russie et projettent de les remettre à l'Ukraine.

«Pays des villes»

Dans les années 1960-1980, les archéologues soviétiques du sud de l'Oural ont découvert plusieurs colonies datant d'environ 2000 ans avant Jésus-Christ, connus aujourd'hui sous le nom de « Pays des villes ». La région couvre près de 350 kilomètres carrés et compte des dizaines de colonies dispersées.

La plus jeune des villes a 3 700 ans, soit environ 1 000 ans de plus que la construction des pyramides de Gizeh. Les colonies sont remarquables en raison de leur conception avancée - il y a des égouts pluviaux, des barrages et des canaux. Cependant, la plupart des villes doivent encore être fouillées et étudiées par des archéologues.

Lire aussi : Quatre endroits en Russie où d’anciennes civilisations pourraient avoir vécu

Les hommes de Denisova

Un fragment d'os de doigt et plusieurs molaires trouvées dans la caverne de Denisova dans l'Altaï, ont permis aux scientifiques de faire la découverte extraordinaire de cette espèce disparue, ou sous-espèce du genre Homo. Les hommes de Denisova vivaient il y a environ 40 000 ans dans la région des montagnes de l'Altaï.

Le génome de Denisova diffère significativement de celui des humains modernes, et on pense qu'avant leur disparition, ils se sont en partie mélangés avec les Homo sapiens. Plus de 20 couches archéologiques ont été étudiées dans la grotte de Denisova, aujourd'hui ouverte aux touristes.

Comment chercher des trésors en Russie sans finir en prison ? Pour en savoir plus lisez notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer