Est-il vrai qu’un vaccin soviétique contre la tuberculose permet de soigner du coronavirus?

Igor Ivanko/Agence Moskva
Les scientifiques américains affirment qu’un vaccin répandu contre la tuberculose affecte la morbidité et la mortalité du coronavirus SARS-CoV-2. De quel traitement s’agit-il exactement et quelle est son efficacité réelle?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Ces derniers jours, les médias étrangers ont débattu de la question de savoir si un vaccin classique contre la tuberculose pouvait protéger contre le nouveau coronavirus. Il s'agit notamment de Bloomberg, Reuters, Daily Mail et The New York Times. D’innombrables publications sont en effet apparues à propos du vaccin bilié de Calmette et Guérin, plus connu comme BCG, répandu dans le monde entier depuis près d'un siècle, ainsi que de soudains rapports avançant que ce préparatif pourrait être une arme contre le Covid-19, à l'origine de la pandémie.

En Russie, ce vaccin est omniprésent et obligatoire pour tous les enfants du 3 au 5e jour de vie (sauf contre-indications). Cela peut-il expliquer pourquoi il y a encore si peu de cas de contamination dans le pays – seulement 3 548 au 2 avril sur 144,5 millions de personnes ?

D'où proviennent les données sur le lien entre le BCG et le coronavirus ?

Il s'agit d'une étude réalisée par le personnel du Collège américain de médecine ostéopathique. Le 28 mars, le site web MedRxiv a publié une préimpression de leur document de recherche montrant la différence de mortalité due au coronavirus entre les pays où la vaccination par BCG est obligatoire et ceux où elle est facultative ou inexistante. « Nous avons constaté que les pays sans politique universelle de vaccination par BCG (Italie, Pays-Bas, États-Unis) ont été plus sévèrement touchés que les pays ayant une politique universelle et de longue date en matière de BCG », y est-il assuré. La mortalité dans les pays où la vaccination est obligatoire est, il est vrai, 30 fois plus faible que dans les pays où la vaccination par BCG n’est plus pratiquée depuis longtemps. « Nous avons aussi constaté que la vaccination par BCG a également réduit le nombre de cas de Covid-19 signalés dans un pays », notent les chercheurs.

Selon leur version, cela explique pourquoi il existe une si grande différence d'indicateurs entre l'Espagne et le Portugal voisins. L'Espagne a un taux de mortalité beaucoup plus élevé et a cessé son programme de vaccination obligatoire au BCG en 1981. Au Portugal, cela ne s'est produit qu'en 2017. Il en va de même en Allemagne de l'Est (ex-RDA avec vaccination obligatoire), où le taux de mortalité est désormais inférieur à celui de l'Allemagne de l'Ouest.

Département de l'Institut Sklifosovski à Moscou pour les patients suspectés d'être infectés au coronavirus

Lire aussi : Ail enchanté et serpillières: ces grigris vendus en Russie contre le coronavirus

Qu’est-ce que ce vaccin ?

Il est ici question du seul vaccin certifié contre la tuberculose. Chaque année, il est administré à 130 millions de personnes dans le monde. En 2018, 153 pays l’ont fait. Les nations développées l’administrent partiellement (uniquement pour les enfants à risque) ou pas du tout, en raison du pourcentage radicalement faible de patients atteints de tuberculose. Les États-Unis et les Pays-Bas, par exemple, n'ont jamais utilisé le vaccin à grande échelle.

Toutefois, environ 10 millions de personnes dans le monde contractent la tuberculose chaque année. C'est pourquoi ce vaccin s’avère toujours obligatoire dans les pays à haut risque d'infection, notamment au Brésil, en Russie, en Inde, en Chine, en Afrique du Sud. Ce vaccin ne garantit pas une immunité absolue, mais il protège à 60-80%.

Qui l'a inventé ? Est-il vrai que cela a été fait en URSS ?

L'Union soviétique a été le premier pays où le vaccin est devenu obligatoire pour tous, mais il a été inventé non pas ici, mais en France, en 1919. Il a été fabriqué à partir d'une souche de bacille de la tuberculose bovine vivante affaiblie par les scientifiques Albert Calmette et Camille Guérin. Cependant, leur vaccin était liquide, ne se conservait pas longtemps et n'a guère été reconnu par le public (en 1930, à cause d'une erreur, le vaccin a tué 72 des 240 nouveau-nés de la ville de Lübeck).

En 1925, Calmette a donc transféré le vaccin aux scientifiques soviétiques pour qu'ils le révisent, et ceux-ci ont à leur tour prouvé son efficacité. En 3 ans, il a été accepté par la Société des Nations.

Dans un laboratoire de l'Institut d'immunologie du ministère de la Santé de l'URSS

Le vaccin n'aide pas seulement contre la tuberculose ?

De telles études ont été menées depuis longtemps. Actuellement, on estime que le BCG a un effet protecteur dans 20% des cas de lèpre. Il est également utilisé en immunothérapie pour le cancer de la vessie, et jusqu'en 2015, on pensait que le vaccin était efficace contre l'ulcère de Buruli.

Peut-il aussi aider à lutter contre le Covid-19 ?

Pour le déterminer, nous avons besoin, au minimum, de recherches sur des groupes précis et, en mars, il a été annoncé que de telles expérimentations se dérouleraient en Australie, aux Pays-Bas, en Allemagne et en Grèce. Mais beaucoup de scepticisme est déjà témoigné quant à l'efficacité du BCG contre le nouveau coronavirus. Par exemple, si cette théorie était correcte, alors pourquoi en Chine, où la vaccination au BCG est générale, compte-t-on tant de personnes infectées ?

De plus, la durée de la protection du BCG n'est pas exactement déterminée. On pense qu'il est pleinement actif pendant 10-15 ans, après quoi l'effet est atténué, et ce, à condition que la vaccination soit effectuée à un enfant. Sur les adultes, le préparatif peut se montrer bien moins efficace.

Les auteurs de l'étude sur la relation entre le BCG et le Covid-19 notent eux-mêmes que « différents pays utilisent différents calendriers de vaccination au BCG [vaccinés à des âges différents et en quantités différentes], ainsi que différentes souches de la bactérie ». Personne n'a jamais cherché à savoir quelle souche pourrait mieux empêcher la propagation de l'infection.

Hôpital clinique Filatov à Moscou, reconverti dans l'accueil des patients atteints du Covid-19

Lire aussi : Comment l’URSS mettait-elle fin aux épidémies de maladies mortelles?

Et que disent les médecins russes ?

« La vaccination au BCG est un moyen de stimuler l'immunité. Dans certaines conditions, cela aide vraiment. Là encore, pour l'évaluer, nous avons besoin d'une recherche clinique de qualité », déclare Nikolaï Korobov, pharmacologue et professeur associé de la Faculté de médecine fondamentale de l'Université d'État de Moscou.

De manière générale, en Russie, personne ne réfute que ce vaccin est un activateur de l'immunité, son introduction dans le corps entrainant une réponse immunitaire vive. Cependant, son effet possible contre le Covid-19 n'a pas encore résisté à la critique. « La seule chose qui unit le coronavirus et la tuberculose est la voie de transmission aérienne. Tout le reste est le fruit du fantasme de quelqu'un, affirme Alexander Panteleïev, principal phtisiologue de Saint-Pétersbourg et médecin en chef du dispensaire de tuberculose de la ville. Le vaccin BCG est un vaccin de courte durée, il protège au maximum pendant 10 ans. Pour cela une revaccination était également effectuée. Dans un organisme adulte, le vaccin BCG ne vit déjà plus par définition, donc dire qu’une certaine immunité contre le coronavirus est apparue n’est tout simplement pas sérieux. Ensuite, il s'agit de types d'infections complètement différents, et le type de mécanisme croisé qui peut exister ici n'est pas du tout clair ».

Le docteur-vaccinologue Evgueni Timakov estime également qu'en l'absence de preuves, ces arguments sont irrecevables : « Si nous parlons du fait que la vaccination protège le corps contre le Covid-19, il faut voir quelles vaccinations ont été faites ou pas du tout, quel niveau d'immunité, et même un tableau allergique de base. Et jusqu'à présent, il y a plus de questions que de réponses ».

Le Covid-19 vu au microscope dans les laboratoires du Centre de virologie et de biotechnologie Vector, près de Novossibirsk, en Sibérie

Mais même si l'on imagine que le BCG sera efficace, il ne faut pas l'espérer dans un avenir proche. « La vaccination doit être faite avant le début de l'infection. Je ne pense pas qu'elle puisse avoir un quelconque effet sur la pandémie actuelle. Pour que l'immunité se développe, cette vaccination doit prendre beaucoup de temps. Il est peu probable qu'elle soit utile maintenant », juge Vladimir Bolibok, un immunologiste.

Dans cet autre article, nous vous présentions un médicament soviétique controversé envisagé en Chine comme traitement du Covid-19.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies