La première arme de Mikhaïl Kalachnikov

Kalashnikov Media
Avant l'AK-47, Mikhaïl Kalachnikov a créé une mitraillette qui aurait pu se retrouver entre les mains de tous les équipages de chars de l'Union soviétique. L’histoire en a décidé autrement…

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

En 1942, Mikhaïl Kalachnikov, futur concepteur d’armements de renommée mondiale, mais à ce moment-là sergent dans un équipage de char, a été transféré du front à l'hôpital avec de graves blessures qui ne lui permettraient plus de reprendre part aux batailles contre l'Allemagne nazie.

Allongé dans son lit d’hôpital, le sergent a commencé à travailler sur la création de sa première arme, qui, à son avis, était nécessaire pour l'armée soviétique dans les batailles contre l’envahisseur - un nouveau pistolet mitrailleur compact destiné aux tankistes.

Arme d’un genre nouveau

Avec ses croquis et ses conceptions, Kalachnikov s'est rendu dans une usine d'armes à Tachkent (Ouzbékistan), où il a fabriqué le premier prototype d'une arme de petite taille à crosse pliable, sur le modèle du pistolet-mitrailleur allemand MP38-40.

Les armes de Kalachnikov ont emprunté leur chargeur de petite capacité (25 cartouches) à la mitrailleuse Degtiarev, la plus utilisée à l'époque, et ont également reçu une poignée avant pour augmenter l'ergonomie de l'arme.

>>> «Boa» de l'armée russe: des armuriers présentent le successeur potentiel du pistolet Makarov

« Selon le plan de Kalachnikov, son pistolet-mitrailleur était vital pour les équipages de chars, car ces derniers étaient complètement désarmés après la destruction de leur monstre blindé face à un ennemi muni de fusils automatiques. Et avec l’apparition d'une nouvelle arme compacte, les équipages de chars pourraient se sentir à l'aise dans les batailles contre l’envahisseur allemand à une distance de 50 mètres », explique Vadim Kozioulline, professeur à l'Académie des sciences militaires.

Sort de l’arme

Après des tests à Tachkent, Kalachnikov se rendit en février 1943 dans la région de Moscou pour des tests d'État au ministère de la Défense.

« L'arme a affiché des résultats moyens : elle tirait avec retard et a subi plusieurs pannes lors des tests de combat. En conséquence, lors de la dernière étape des tests figuraient des mitrailleuses Chaguine et Soudaïev - des armes automatiques de haute technologie pour l’époque réalisées par d'éminents concepteurs avec lesquels l'armée travaillait depuis de nombreuses années », a ajouté l'expert.

Selon lui, c’est finalement la mitraillette Soudaïev qui a été choisie pour équiper l'armée pendant la guerre, tandis que Kalachnikov lui-même se forgeait une renommée dans les cercles militaires.

>>> Les dix Russes les plus célèbres à l'étranger (Poutine mis à part)

Après 1943, Kalachnikov est envoyé dans une usine d'armes d’Ijevsk, où il commence à travailler sur un nouveau fusil d'assaut automatique pour l'armée, qui restera dans l'histoire sous le nom d’AK-47.

Vous pouvez trouver tous les détails sur l’AK-47 et le travail de Kalachnikov à Ijevsk aux côtés d’ingénieurs allemands dans cet article de Russia Beyond.

Les performances du pistolet mitrailleur Kalachnikov :

Poids, kg: 2,9 / 3,233

Longueur, mm: 750/535

Longueur du canon, mm: 250

Munitions : 7,62x25 mm TT

Calibre, mm : 7,62

Principes de fonctionnement : obturateur semi-libre avec interaction de deux paires de vis

Cadence de tir, coups/min : 824

Portée, m : 500

Type de munitions : magasin à compartiments de 30 cartouches

Viseur : sectoriel

Dans cet autre article, nous vous présentons cinq unités des forces spéciales de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies