«Boa» de l'armée russe: des armuriers présentent le successeur potentiel du pistolet Makarov

Nikita Osetrov
Un nouveau pistolet capable de percer une plaque en acier blindée de 4 mm d'épaisseur à une distance de 50 m est en compétition avec le PL-15 de la société Kalachnikov pour le droit de devenir la nouvelle arme principale de l'armée russe.

Le holding TsNIITotchMach a présenté au pays et au monde son nouveau modèle de pistolet Oudav SR-2 (« oudav » signifie boa en russe, ndlr), qui pourrait remplacer le pistolet soviétique Makarov entre les mains des forces de l’ordre et de l’armée russes.

Le nouveau pistolet a été conçu pour tirer une cartouche haute puissance de 9 x 21 mm, ce qui devrait lui conférer des avantages par rapport aux exemplaires existants, tels que les pistolets Makarov et Yarygin (MP443 «Gratch»). Les cartouches de l’Oudav se distinguent de celle des Yarygin et Makarov par une puissance accrue et la présence de balles perforantes.

Sa munition standard est capable de percer une plaque blindée en acier de 4mm d'épaisseur à une distance de 50m. Des munitions infrasoniques sont utilisées pour le tir avec un silencieux, dont les capacités de pénétration sont nettement supérieures aux balles standard.

>>> Les meilleurs pistolets russes du XXe siècle

Il convient de souligner qu'actuellement, le développement de l’arme se déroule sous le sceau du secret : nous ne parlerons donc que de la partie des informations révélées par le holding avant la fin du processus de tests d’État (les tests de la nouvelle arme seront terminés en mars 2019 et il sera alors décidé de l’inclure ou non dans les forces armées).

Comment il fonctionne

Le produit est conçu selon le schéma classique avec un cadre en forme de T, comprenant le manche et un bloc de culasse mobile. Les concepteurs utilisent largement les polymères dans le travail sur le pistolet. Cela concerne en particulier la poignée et le cadre du pistolet. Seuls le bloc de culasse, la gâchette et le chargeur sont entièrement en métal.

Les concepteurs ne divulguent pas le type d’automatisme. Selon les données des médias, ils utilisent un système à canon oscillant dans lequel l’obturation est assurée par l’interaction des saillies du canon et de la fenêtre d’éjection des douilles.

>>> La Russie crée le premier fusil au monde capable de frapper l’ennemi à 4 km

Le pistolet possède un mécanisme de percussion à double action de type revolver avec une gâchette dépassant à l'extérieur de l'arme. Il a été doté d’un chargeur à 18 coups pour munitions de 9 x 21 mm. En même temps, il possède des organes de contrôle unilatéraux conçus pour un droitier (son principal concurrent, le Kalachnikov PL-15, est ambidextre).

Le silencieux du nouveau pistolet a été fabriqué sur une imprimante 3D et, dans sa partie inférieure se trouvent des fixations pour l’installation de divers accessoires tactiques, tels qu’un système de visée laser.

La masse du « boa » est légèrement supérieure à celle du Makarov - 780 grammes contre 730. Dans le même temps, la force de recul est équivalente à celle du Makarov.

Les caractéristiques tactiques et techniques plus précises du pistolet sont classées secrètes et ne seront annoncées qu’à la fin des tests d'État, lorsque la commission du ministère de la Défense choisira la nouvelle arme chargée de remplacer le Makarov.

>>> Les couteaux utilisés par les forces spéciales de la Fédération de Russie

Le principal concurrent du «boa»

Au cours des dernières années, le holding Kalachnikov a perfectionné son modèle le plus récent, le pistolet PL-15. En octobre 2018, il a présenté sa version « compacte ».

Une caractéristique agréable du PL-15K, comparé au Makarov obsolète, est constituée par des leviers de commande de l’arme très souples, qui se logent de façon idéale sous les doigts du tireur. Ainsi, le bouton permettant le retrait du chargeur et la gâchette sont si finement positionnés qu’on ne ressent aucun recul superflu du canon dans la paume de la main, et il n’y a pas de pression trop importante à fournir pour actionner le pistolet, dans un effort qui ferait sortir les yeux des orbites comme c’est le cas sur un pistolet Makarov.

En outre, les concepteurs ont doté l’arme d’une gâchette très souple, qui est disponible en deux versions - avec course courte et longue.

La première est destinée aux forces spéciales, qui s’entraînent toute la journée au travail avec les armes.

La deuxième option, avec une course longue, a été pensée pour les tireurs peu entraînés et permet de frapper plus précisément la cible. En même temps, cette gâchette a été réalisée avec une sécurité en cas d’échange de tirs, de sorte que sous l’effet de l'adrénaline et de la tension de tous les muscles du corps, on ne tire pas un coup accidentel sur sa propre jambe ou sur celle d’un passant.

>>> Ce fusil antichar est-il la meilleure arme jamais créée par la Russie?

Dans le même temps, les personnes qui tirent régulièrement savent qu’au départ, les mains et les doigts d'une personne, involontairement, « tirent » la gâchette et projettent le pistolet vers le haut et de côté par rapport au point de visée. Par conséquent, les concepteurs ont pris en compte une nuance aussi importante en vue du remplacement du Makarov et ont réduit autant que possible le recul du PL-15.

Le canon standard du PL-15 est de 120 millimètres avec une longueur totale de l’arme de 207 millimètres. On prévoit une version du canon allongée pour le silencieux. En outre, comme pour toute arme du XIXe siècle, on peut installer sur le PL-15 un collimateur, une lampe et un viseur laser.

Le seul inconvénient possible du nouveau pistolet est qu’il n’est pas encore possible de prédire combien le modèle qui sera produit en série pourra effectuer de tirs avant de devenir inutilisable.

Dans cet autre article, nous vous présentons cinq unités des forces spéciales de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies