Kondior, cet inouï massif montagneux circulaire de Sibérie regorgeant de platine

Domaine public
Cette chaîne de montagnes unique en forme d'anneau est située dans l'Extrême-Orient russe. Mais vous ne pourrez jamais vous y rendre.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le massif montagneux de Kondior, dans la région de Khabarovsk, a une forme d'anneau presque parfaite si vous l’observez d'en haut. Et c'est le seul de ce type au monde. Le plus étonnant est qu’il est d'origine tout à fait naturelle, et il ne s'agit même pas d'un cratère de volcan ou de météorite. Un lieu exceptionnel depuis longtemps considéré comme sacré par les peuples des Evenks et des Iakoutes.

Malgré son caractère pittoresque, plusieurs facteurs l’empêchent de devenir une attraction touristique : le climat rude qui règne ici, mais aussi le fait que dans cet anneau d'un diamètre de 8 km de roches nues et dépourvues de végétation, se trouve le plus grand gisement alluvial de platine au monde – l'un des métaux précieux les plus rares sur Terre. D’ailleurs, la Russie est le deuxième producteur mondiale de platine, après l’Afrique du Sud, et les plus grandes mines se trouvent sur la péninsule de Taïmyr (Arctique), dans l’Oural, et à Kondior.

L’on trouve ici également d’autres métaux et minéraux particulièrement prisés. En ce lieu, a tout d’abord été extrait de l'or dans les années 1970, mais les mineurs trouvaient régulièrement du platine dans les terrains alluviaux de la rivière Kondior. Il s'est avéré qu’un gisement était en réalité tout près.

L'exploitation du platine a donc commencé en 1984. Pendant cette période, les travailleurs de la coopérative de production Amour ont trouvé dans la rivière Kondior des pépites de 1,5 à 3,5 kg. Ainsi, depuis le début de l'exploitation du gisement, 100 tonnes du métal le plus précieux y ont été produites.

Métal vierge de platine

Lire aussi : Sable jaune et machines géantes: dans la plus grande mine de Sibérie orientale

Voici à quoi ressemble le platine extrait avant d'être envoyé à la raffinerie, où il sera débarrassé de ses impuretés. Les miettes jaunes sont de l'or « associé ». Il contient d'autres métaux du même groupe que le platine, ainsi que quelques fragments de fer et de titane.

Outre le platine, on extrait ici du grenat noir, de la calcite bleue et de la condérite, un métal unique en son genre : un alliage de cuivre, de plomb, de rhodium, de platine et d'iridium.

Il est très difficile de se rendre à Kondior : la capitale régionale, Khabarovsk, se trouve à 1 100 km et le point de peuplement le plus proche à 75 km. Le climat est également rude : permafrost, hivers longs et vents provenant de la mer d'Okhotsk. Une personne lambda pourra donc difficilement atteindre ce point du globe, mais pour les travailleurs, en 2014, a été construit l'aéroport d’Ourgalan.

Les prospecteurs vivent dans un village également spécialement construit à cet effet, où en plus des auberges, se trouve une station médicale, une salle de sport, un bania (sauna russe) et une cantine. Environ 800 personnes y résident pour des périodes allant généralement de 3 à 6 mois.

En suivant ce lien, découvrez en vidéo la mine Mir, en Sibérie, l’une des plus grandes carrières à ciel ouvert creusées par l’homme sur Terre.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies