Sable jaune et machines géantes : dans la plus grande mine de Sibérie orientale

L’immense roue pilote 24 seaux d’une capacité maximum de 20 m3.

L’immense roue pilote 24 seaux d’une capacité maximum de 20 m3.

SLAVA STEPANOV / GELIO
Sable jaune, ciel bleu et des machines immenses : bienvenue à la mine de charbon Nazarovski, près de Krasnoïarsk, réplique sibérienne de la friche de Mad Max.
La mine de charbon Nazarovski est l’un des plus grands gisements du bassin houiller de Kansk-Atchinsk entourant Krasnoïarsk, la plus grande ville de Sibérie orientale.
Les mines ont commencé à pousser comme des champignons autour de Krasnoïarsk lors de l’industrialisation entreprise à l’époque stalinienne.
Aujourd’hui, le bassin houiller de Kansk-Atchinsk produit plus de 40 millions de tonnes de lignite par an, consommé principalement par les stations thermiques régionales.
L’extraction de charbon à la mine Nazarovski est relativement difficile. Les gisements se trouvent à 70 mètres sous terre.
L’excavateur à roue TAKRAF SRs(K)-4000, qui extrait le charbon de la mine Nazarovski, semble vraiment immense. C’est la plus grande machine de ce type en Russie.
Avec ses 48 mètres de hauteur, il fait passer les camions lourds pour des jouets. Son poids total est de 9 800 tonnes, soit plus que la Tour Eiffel.
Depuis sa création en 1951, les mineurs ont extrait près de 45 millions de tonnes de charbon.
Les réserves de charbon sont estimées à près de 210 millions de tonnes.
La quasi-totalité charbon est consommé par la station thermique voisine Nazarovskaïa. Le charbon extrait de la mine y est transporté par voie ferrée.