Gazprom annonce l’entrée en phase finale du chantier du gazoduc Turkish Stream

Passage par le détroit du Bosphore du navire en charge de la construction du Turkish Stream en mai 2017

Passage par le détroit du Bosphore du navire en charge de la construction du Turkish Stream en mai 2017

Ali Aksoyer/Global Look Press
La mise en exploitation s’effectuera avant la fin de l’année, en respect des projections initiales.

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Alors que s’achèvent les travaux de construction du gazoduc Turkish Stream, reliant la Russie à la partie européenne de la Turquie, le géant gazier russe Gazprom a fait savoir sur son site qu’il avait récemment procédé au remplissage en combustible des deux conduites de la structure.

« À l’heure actuelle sont remplies de gaz les deux conduites, partant des infrastructures côtières près d’Anapa [sud de la Russie, au bord de la mer Noire] jusqu’au terminal d’accueil, situé près du village de Kıyıköy, sur le littoral turc », indique en effet la compagnie, précisant que du côté russe la station de compression Rousskaïa était opérationnelle, tandis que du côté turc le site de réception était sur le point d’être terminé.

Ainsi, le pipeline devrait-il entrer en exploitation avant la fin de l’année, conformément aux délais prévus, deux ans et demi après le lancement du chantier, en mai 2017.

Pour rappel, ce gazoduc, principalement sous-marin et d’une longueur de plus de 930 kilomètres, est constitué de deux conduites, d’une capacité chacune de 15,75 milliards de mètres cubes par an. La première alimentera la Turquie, tandis que la seconde est destinée à approvisionner les pays d’Europe du Sud et du Sud-Est.

Vous souhaitez en savoir plus sur le secteur énergétique russe ? Retrouvez dans cet autre article quatre questions/réponses cruciales le concernant.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies