Ce fusil antichar est-il la meilleure arme jamais créée par la Russie?

Kalashnikov Media
Au début de la Seconde Guerre mondiale, les ingénieurs soviétiques ont créé une nouvelle version du fusil Mosin d'un calibre de 7,62 x 155 mm, capable de percer une feuille d'acier de 15 mm.

Au début des années 30 du siècle dernier, l'usine qui créerait le fameux AK-47 une quinzaine d’année plus tard a fabriqué une nouvelle arme antichar à partir d'un vieux fusil. C’était le « Mosin trois lignes contre les véhicules blindés », qui a permis des succès, sur les champs de bataille, contre les plus terribles chars et véhicules blindés de l’époque.

Au cours de ces années, les concepteurs ont expérimenté les nouvelles munitions et sélectionné la nouvelle « plateforme », le fusil sur la base duquel on créerait l’arme. Le choix s’est porté sur un fusil Mosin de calibre de 7,62 x 54 mm, qui possédait une force de frappe assez puissante capable de percer une brique à une distance de 100 mètres.

Lire aussi : Le Top-3 des meilleurs fusils d'assaut au monde 

Il a été décidé d’améliorer le « nouveau vieux » fusil en l’adaptant aux cartouches anti-blindage spéciales de 7,62 x 122 mm et 7,62 x 155 mm. Visuellement, la nouvelle munition ressemblait à une balle allongée pour le Mosin standard. En fait, c’était une cartouche à pénétrabilité accrue, qui volait hors du canon à une vitesse de plus d'un kilomètre par seconde (la vitesse initiale d'une balle était de 1 200 m/s) et pouvait percer une feuille de métal de 15 mm d'épaisseur à une distance de 100 mètres.

Dans le même temps, le fusil lui-même a également subi un certain nombre de modifications afin de pouvoir tirer avec des cartouches aussi puissantes. Les concepteurs ont donc augmenté la taille des « organes internes » du Mosin, créé un nouveau chargeur, prolongé le canon et accroché un frein de bouche de manière à ce que chaque tir atteigne précisément la cible.

Cependant, après une série de tests, les militaires ont conclu qu'il était inefficace de rééquiper le Mosin pour en faire une arme anti-blindés - la solution était coûteuse et, à cet effet, les cartouches de 14,7 mm restaient beaucoup plus efficaces.

Gros plan sur le « Mosinka »

Il s’agit d’un fusil 1891 à cinq cartouches, doté d’un calibre de 7,62 x 54 mm - un analogue du .308 Win de l’Otan.

Durant toute son existence, il s’est révélé être l’une des armes les plus simples et les plus précises au monde. Ces deux qualités ont permis à l'armée russe de faire face à la Première Guerre mondiale (1914-1918) et à la Grande Guerre patriotique (1941-1945).

De plus, le « Mosinka » est devenu l'un des fusils les plus répandus de l’époque moderne : un peu plus de 37 millions d’exemplaires ont été produits. Certains peuvent être facilement achetés sur le marché pour le prix acceptable de 200 dollars, et certains exemplaires peuvent être trouvés aujourd'hui dans les conflits militaires au Moyen-Orient. En particulier, les troupes russes ont récupéré des Mosin « capturés » en tant que trophées parmi les militants de l'État islamique (organisation terroriste interdite en Russie) lors des combats en Syrie.

Dans cette autre publication apprenez tout sur le premier fusil au monde capable de frapper l’ennemi à 4 km 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies