Les meilleurs pistolets russes du XXe siècle

Legion Media
Ces armes à feu ont fait la différence dans les conflits en Russie et à l'étranger - et même dans l'espace.

À la fin de la guerre civile russe (1917-1922), l'Armée rouge était équipée du revolver belge Nagant, une arme efficace mais désuète datant du XVIIIe siècle. En conséquence, les autorités ont décidé qu'il était temps pour la Russie de créer un pistolet moderne de conception 100% nationale.

Cependant, à l'époque, les ingénieurs de l'URSS n'avaient aucune expérience de création d'armes à canon court, et il a donc fallu des années pour développer un pistolet digne de l'armée. En 1927, l'Union soviétique a sorti son premier pistolet chambré avec des cartouches de 6,35 mm. Il s'appelait Korovine et était distribué aux officiers de l'armée et aux généraux supérieurs. Mais comme le dit l'adage, la première crêpe est toujours ratée, et l'arme a rapidement démontré un certain nombre de défauts qui finiraient par provoquer son abandon.

Lire aussi : La Russie crée le premier fusil au monde capable de frapper l’ennemi à 4 km

« Tout d'abord, il s'agissait d'une petite arme de poing avec une crosse trop courte. Il était plus adapté au sac à main d'une femme qu'à l'étui d'un officier », a déclaré Dmitri Safonov, ancien analyste militaire du quotidien Izvestia, à Russia Beyond.

De plus, il devint vite évident que les balles du pistolet n'étaient pas assez puissantes au combat. Les soldats russes avaient besoin d'une puissance de feu supérieure.

Pistolet TT-30

Les ingénieurs russes ont décidé de développer une munition basée sur les cartouches de 7,63 mm du Mauser allemand. Ainsi, au début des années 1930, les Soviétiques étaient armés du fameux pistolet TT-30. Sa conception était basée sur une version simplifiée du pistolet Brauning. Le TT-30 a reçu de puissantes cartouches de 7,62 x 25 qui atteignaient 420 mètres par seconde.

« Ces munitions peuvent percer des arbres et atteindre quelqu'un caché derrière le tronc. Il s'agissait de munitions puissantes pour l'époque, avec une plus grande précision par rapport aux équivalents », ajoute Safonov.

Lire aussi : Ces armes qui ont changé le cours de la Grande Guerre patriotique

Selon lui, le calibre des pistolets Nagant et TT-30 est similaire, mais la puissance de feu de ce dernier est deux fois plus élevée en raison de la quantité de poudre utilisée dans les cartouches.

« Le TT-30 était une arme fiable qui était appréciée des soldats de l'Union soviétique. En passant, les gangsters russes dans les années 90 étaient également munis de cette arme, car les pistolets TT-30 ont envahi le marché noir du pays », poursuit l'expert.

Néanmoins, le pistolet n'avait aucun mode de sécurité, ce qui le rend un peu dangereux. Il était également moins coûteux de développer un nouveau pistolet que d'ajouter un dispositif de sécurité, de sorte que le pistolet Makarov est né.

Pistolet Makarov

Après la Seconde Guerre mondiale, l'armée avait besoin d'un nouveau pistolet adapté à la police et à l'armée. Dans les années 1950, les ingénieurs ont créé une nouvelle cartouche de 9 mm et un nouveau pistolet qui immortaliserait son créateur dans l'histoire des armes russes - le pistolet Makarov.

Lire aussi : Ces incroyables projets de l'aviation soviétique passés aux oubliettes

C'était une arme semi-automatique qui était plus petite que le TT-30, et pesait environ 810 g.

« Les forces de l'ordre et les officiers de l'armée étaient équipés du pistolet Makarov. Dans les années 1970, des aviateurs portaient ces armes durant les vols après que des terroristes eurent détourné un avion de ligne civil volant de Soukhoumi à Krasnodar », a déclaré Viktor Litovkine, expert militaire de l'agence TASS, à Russia Beyond.

« Le premier homme dans l'espace, Iouri Gagarine, en portait un à bord le 12 avril 1962. Bien sûr, il n'en avait pas besoin pour combattre les extra-terrestres, mais pour se protéger des animaux sauvages si quelque chose tournait mal et qu'il atterrissait quelque part au milieu de la toundra sur le chemin du retour vers la Terre », a ajouté l'expert.

Lire aussi : Ces sous-marins russes géants qui parcourent les océans

Le pistolet avait cependant ses faiblesses ergonomiques, ce qui le rendait impropre pour les groupes d'opérations spéciales. La crosse du pistolet n'était pas particulièrement confortable et il était difficile de remplacer les chargeurs rapidement.

« Il a aussi un viseur minuscule, ce qui rendait difficile de maîtriser l'utilisation de cette arme », a souligné Litovkine.

Mettez vos connaissance à l’épreuve avec cet quiz portant sur les armes soviétiques ayant permis à l’URSS de vaincre l’ennemi durant la Seconde Guerre mondiale.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies