Le plus grand, le plus profond et le plus rapide: les records des sous-marins soviétiques

Certains records établis par des sous-marins construits en URSS n’ont pas été battus jusqu’à ce jour. Voici trois sous-marins uniques qui ne laissent pas d'impressionner.

Le plus grand

L'Union soviétique a construit les plus grands sous-marins de tous les temps : la classe Akoula (Requin), désignée sous le nom de « Typhoon » par l'Otan. Il faisait près de 173 mètres de long, soit plus qu'un terrain de football. La hauteur de l'Akoula est également impressionnante - 25 mètres, l'équivalent d'un bâtiment de huit étages. Le déplacement du sous-marin est de 48 000 tonnes.

Il est capable de transporter 20 missiles pesant chacun 80 tonnes. L’Akoula est une arme extrêmement dangereuse. La puissance de feu d'une salve suffirait à éliminer 300 grandes villes. Un fonctionnaire soviétique, après le test du sous-marin au début des années 1980, aurait déclaré : « Si l’on pouvait installer ce sous-marin à Moscou près du canon du tsar, l’humanité abandonnerait délibérément et volontairement la guerre pour toujours ».

Lire aussi : La Russie lève le voile sur son moteur nucléaire «éternel» pour sous-marins

Le développement des sous-marins de classe Akoula a débuté au début des années 1970 en réponse à la volonté des États-Unis de lancer de nouveaux sous-marins puissants de type Ohio. Les dirigeants soviétiques ont décidé de lancer une nouvelle génération de sous-marins appelés « croiseurs lourds » avec « de meilleurs missiles que les Tridents américains ». Les nouveaux missiles soviétiques R-39 ont été chargés à bord des sous-marins, mais ils étaient très volumineux et très lourds, raison pour laquelle les Akoula étaient si grands.

Au total, six sous-marins ont été produits, mais un seul est encore en service : le Dmitri Donskoï. Il a été rééquipé et a servi de plate-forme de test pour le développement du projet de missile Boulava.

Le plus abyssal

Le 4 août 1984, le sous-marin nucléaire soviétique K-278 Komsomolets a atteint une profondeur de submersion record de 1 027 mètres en mer de Norvège. À 800 mètres de profondeur, le sous-marin a effectué une salve de torpille. Personne n'avait rien fait de tel avant et personne n’a répété cela par la suite. Même les sous-marins actuels ne peuvent pas dépasser 600 mètres de profondeur.

Le Komsomolets était le seul sous-marin du projet « Plavnik » (Aileron). La tâche de créer un sous-marin capable de plonger à une profondeur extrême a été fixée par le gouvernement en 1966. Il a fallu des années pour concevoir le navire et le projet a finalement vu le jour en 1978. Les concepteurs ont utilisé du titane pour créer une coque légère et résistante. Le K-278 était prêt à entrer en service en 1984 et a été utilisé principalement comme sous-marin expérimental. Les tests ont démontré que l'URSS avait un sous-marin unique sans analogues dans le monde : il pouvait attaquer un adversaire tout en évitant les attaques de représailles.

Lire aussi : Ces sous-marins russes géants qui parcourent les océans

Cependant, le projet a connu une fin tragique. Le 7 avril 1989, un incendie s'est déclaré dans l'une des sections du sous-marin. Le sous-marin a réussi à faire surface, mais l’aide d’autres navires a mis trop longtemps à venir. En conséquence, l’équipage a passé plus d’une heure dans l’eau glacée de la mer de Norvège. Quarante-deux des 69 membres de l'équipage sont décédés, principalement d'hypothermie.

La raison pour laquelle un sous-marin à la pointe de la technologie fut victime d’un incendie peut s’expliquer par sa complexité technologique. Selon l’ancien officier de la Marine, Sergueï Toptchiev, l’équipage n’était pas assez formé pour faire fonctionner la technologie sophistiquée à bord. L'équipage de Komsomolets n'a pas bien géré la crise et le sous-marin est resté sur le fond marin. L'enquête criminelle sur la tragédie s'est achevée en 1998, mais aucun coupable ou motif probant de l'incendie n'a été trouvé.

Le plus rapide

Le plus rapide des sous-marins - le K-162 (rebaptisé par la suite K-222) du projet 661 « Anchar » - a été mis en service en 1969. En décembre 1970, il a battu un record mondial encore inégalé. À une profondeur de 100 mètres, le K-162 a réussi à atteindre une vitesse de 82,8 km/h. Le réacteur nucléaire qui alimentait le sous-marin n'utilisait que 97% de sa capacité et il aurait donc théoriquement aller encore plus vite.

Comme dans le cas du Komsomolets, le développement du sous-marin a pris beaucoup plus de temps que d'habitude. Le K-162 a été conçu et construit en 10 ans. On dit que les autorités ont clairement indiqué qu'elles souhaitaient un produit innovant basé sur les nouvelles technologies. Le K-162 a donc été équipé de 400 nouvelles solutions techniques. Le sous-marin avait une coque en titane et était très cher. Pour cette raison, le projet a été officieusement surnommé le « poisson d'or ».

Lire aussi : La marine russe reçoit le sous-marin le plus puissant de son histoire

Des missiles de croisière spéciaux capables de frapper des navires depuis une position immergée ont été développés pour la première fois pour le K-162. Avec ces missiles et sa vitesse incroyable, le K-162 a été spécialement conçu pour cibler les porte-avions américains - à l'époque, l'URSS n'avait guère de moyens pour contrer cette menace.

À l'automne de 1971, le sous-marin soviétique et un porte-avions américain se sont rencontrés pour la première fois. « Pendant plusieurs heures, le K-162 a poursuivi l’USS Saratoga, qui revenait de la Méditerranée à Miami, le dépassant parfois sous l'eau, même si le navire américain se déplaçait à plus de 60 km/h », a noté un observateur russe. Le capitaine du sous-marin soviétique a souligné que le K-162 avait eu de multiples occasions d’attaquer.

Le K-162 est resté le seul navire du projet 661 (car il était trop coûteux à produire), mais nombre de ses solutions techniques ont été utilisées dans les futurs sous-marins soviétiques.

Saviez-vous qu'un officier soviétique avait empêché la troisième guerre mondiale ? Pour en savoir plus, n'hésitez pas à vous diriger vers notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies